Aller au contenu principal

METÂHODOS-MILLE PUBLICATIONS. « D’un mot – Démocratie »

Enrico Letta au festival d’économie de Trente, en 2013. (Crédits: CC - Niccolò Caranti)

METÂHODOS – LES ENTRETIENS DE LA MÉTHODE : MILLE PUBLICATIONS depuis Avril 2020.

Des milliers de lecteurs chaque jour

Metahodos, s’est avéré – avec des milliers de lecteurs, chaque jour sur le site ou les médias sociaux – être cet espace ouvert et pluraliste de réflexion et de débat sur la démocratie et l’action publique.

Chaque jour, grâce aux contributions, commentaires, suggestions, publications, des analyses se consolident; Elles concernent le constat, les enjeux, les objectifs; des pistes d’action également.

Des propositions se consolident également au fil des publications; Elles concernent les institutions, les pratiques de gouvernement et de gestion, la culture démocratique, l’éthique de responsabilité

Notre travail collectif – fidèle à NOTRE PROJET https://metahodos.fr/2020/04/19/notre-projet-synthese/ enrichit et « outille » les trois types de démocratie qui doivent selon nous se compléter: représentative, participative, directe…c’est à dire une démocratie continue.

Nous vous proposons un billet de l’ancien président du conseil des ministres italien et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Enrico Letta qui nous rappelle dans cette chronique que la démocratie est un choix qu’il faut sans cesse renouveler.

BILLET

D’un mot – Démocratie

Revue Emile

Démocratie – Définition

Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple. État ayant ce type de gouvernement.

(Source: Larousse)


« La démocratie n’est pas un état, c’est un acte. » Ces propos de John Lewis, militant historique des droits civiques, ont été rappelés fort opportunément par Kamala Harris pour célébrer la victoire, avec Joe Biden, aux élections présidentielles américaines.

C’est une définition très puissante de la démocratie, peut-être l’épigraphe la plus puissante de la période difficile que nous traversons. Une définition qui condense deux dimensions également directes : d’une part, la préférence pour la démocratie, qui s’est imposée en Occident comme le modèle choisi par les sociétés, passées au cours des siècles par d’autres régimes discutables et donc rejetés ; d’autre part, le caractère évolutif de la démocratie elle-même, qui en fait non pas une conquête définitive, mais un choix de liberté et de citoyenneté à renouveler jour après jour, à la fois comme individus et aussi comme communauté.

Cette interprétation –renforcer et protéger les institutions de la démocratie représentative sans jamais les considérer comme acquises– prend une importance encore plus stratégique au regard de la fatigue qui, partout en Occident, semble affaiblir les vieilles démocraties. Elle s’applique aux États-Unis, mais aussi aux pays européens, exposés ces dernières années aux poussées destructrices du populisme, aux tensions sociales et politiques provoquées par la grande crise économique, à l’incertitude liée aux phénomènes mondiaux, dont le dernier est la pandémie de Covid-19.

Ces développements sont particulièrement cruciaux pour l’UE, qui souffre plus que les États membres d’une crise d’affection et de légitimité démocratique. Pour cette raison, la Conférence sur l’avenir de l’Europe a été lancée : il s’agit d’une grande réunion au cours de laquelle les institutions de l’UE et les États membres discuteront de l’avenir de la démocratie avec les jeunes et la société civile. Les formes de démocratie délibérative, comme celle vécue en France avec les consultations citoyennes sur le changement climatique, seront au centre de cette voie. Elle constituera la plus grande expérience transactionnelle de participation démocratique de l’histoire. Tous les États membres doivent se préparer en mobilisant la plus large implication des citoyens et de la société civile autour de ce projet. C’est un acte, en fait. Une voie collective pour renouveler et relancer le choix de la démocratie et l’adapter à cette période tumultueuse que nous traversons.

1 réponse »

  1. Il faut d’abord se rappeler qu’en droit constitutionnel, étymologiquement la démocratie désigne le gouvernement du peuple par le peuple, ce qui suppose en théorie l’identification des gouvernants et des gouvernés.
    Plus concrètement, c’est le régime dans lequel tous les citoyens possèdent à l’égard du pouvoir un droit de participation (vote) et un droit de contestation (liberté d’opposition).
    Il est à souligner que cette liberté d’opposition est essentielle dans la démocratie libérale.
    A contrario la liberté d’opposition est inexistante dans la démocratie autoritaire.
    À cela s’ajoute que la démocratie se décline sous plusieurs formes : la démocratie directe, la démocratie libérale, la démocratie médiatisée, la démocratie participative, la démocratie pluraliste, la démocratie populaire, la démocratie représentative et la démocratie semi-directe.
    Voilà ma contribution à cet espace ouvert et pluraliste de réflexion et de débat qu’est METÂHODOS 😃😇
    Bonne journée 🌞☀
    Anne BRUNET

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :