Aller au contenu principal

CONTROVERSE : 200 DÉCÈS SUPPLÉMENTAIRES PAR JOUR DEPUIS LE 1ᵉʳ JANVIER 2021 PAR RAPPORT À 2020. INSEE.

CONTROVERSE

Les chiffres de la mortalité due à la pandémie sont peu fiables et l’exécutif n’a certainement pas contribué à faire la lumière sur la nature des sources et leur imprécision ( décès en Ehpad, au domicile, causes véritables…).

RAPPEL ( Publication d’hier ) DE L’EVOLUTION EN 2020

Si l’Insee peut nous aider à y voir clair ? en tous cas sur la mortalité globale – il faudra encore attendre pour connaitre l’effet propre à la pandémie, même si les corrélations sont claires dans l’espace et le temps – quelques éléments :

  • Sur l’ensemble de l’année, l’excédent de mortalité par rapport à 2019 s’établit à 53 900
  • Les plus forts excédents de mortalité en Île-de-France et dans l’est de la France
  • Pas de hausse de la mortalité avant 65 ans
  • Six départements ont connu un excédent de décès d’au moins 20 %
  • Sur l’ensemble de l’année 2020, les cinq régions métropolitaines présentant les plus forts excédents de mortalité par rapport à 2019 sont : l’Île-de-France (+ 18 %), Auvergne-Rhône-Alpes (+ 14 %), Grand-Est (+ 13 %), Bourgogne-Franche-Comté (+ 11 %) et Hauts-de-France (+ 10 %). Dans les outremers, Mayotte enregistre également un fort excédent (+ 24 %).
  • Sept régions n’ont pas eu ou eu peu de décès supplémentaires (moins de 5 %). Il s’agit de la Bretagne, la Nouvelle-Aquitaine, les Pays-de-La Loire et l’Occitanie. Mais aussi en outremer de La Martinique, la Guyane et La Réunion.

PUBLICATION D’HIER: CONTROVERSE SUR LA MORTALITE EN 2020 : LES CHIFFRES DE l’INSEE. https://metahodos.fr/2021/03/29/controverse-sur-la-mortalite-en-2020-les-chiffres-de-linsee/

NOUS PUBLIONS CE JOUR LES ÉVOLUTIONS DEPUIS LE 1 JANVIER 2021

Pour prendre la mesure – si possible – des effets des atermoiements de l’exécutif depuis trois mois dans la mise en place de mesures qui auraient pu avoir pour objectif de ralentir la pandémie et ses effets sur la population.

Du 1er janvier au 26 mars 2021:

12 % de décès en plus que sur la même période de 2020

150 372 décès, toutes causes confondues, sont enregistrés en France à la date du 26 mars 2021, ( soit 16 039 décès à nombre de jours identiques, 2020 étant une année bissextile).

200 décès supplémentaires par jour en moyenne sur cette période par rapport à 2020.

Pour suivre l’évolution de la mortalité en 2021, l’Insee fait le choix de privilégier la comparaison avec l’année 2019, année sans épidémie Covid. Ce choix, qui est acceptable pour la période à partir de mars, conduit – toutefois – en ce début d’année à comparer la période hivernale de janvier-février 2021 à la période hivernale de janvier-février 2019, pourtant marquée par une grippe saisonnière plus virulente que celle de janvier-février 2020.

Santé Publique France a ainsi estimé qu’en janvier-février 2019, l’excès de mortalité toutes causes confondues avait été de 13 100 et que 8 120 décès étaient au cours de cette période attribuables à la grippe. La grippe de l’hiver 2019-2020 a quant à elle, selon les estimations de Santé Publique France, occasionné environ moitié moins de décès qu’à l’hiver 2018/2019 (3 680 selon le décompte arrêté au 15 mars 2020).

Au niveau départemental – échelon bien plus pertinent pour les analyses – en France métropolitaine, un peu plus des deux tiers des départements enregistrent, entre le 1  janvier et le 15 mars 2021, un nombre de décès supérieur à la même période de 2019. Pour quatre d’entre eux la hausse dépasse 20 %. Les plus fortes augmentations sont enregistrées en Haute-Saône (+ 27 %), dans les Deux-Sèvres (+ 26 %), en Ardèche et dans les Alpes-Maritimes (+ 22 %).

Dans quasiment toutes les régions de France métropolitaine, le nombre de décès enregistrés entre le 1er janvier et le 15 mars 2021 est supérieur à celui mesuré sur la même période en 2019

En France métropolitaine, l’excédent de décès par rapport à 2019 est le plus important en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 15 %), dans le Grand-Est (+ 11 %) et en Bourgogne-Franche-Comté (+ 10 %). Il est faible en Normandie, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Deux régions enfin enregistrent un nombre de décès entre le 1er janvier et le 15 mars 2021 inférieur à celui constaté sur la même période en 2019 : la Corse (- 6 %), la Bretagne (- 2 %).

Lors de la deuxième quinzaine de février, le nombre moyen de décès quotidiens diminue, par rapport à la première quinzaine de février, dans toutes les régions sauf en Auvergne-Rhône-Alpes (+ 1 %) et dans les Hauts-de-France (+ 3 %). Les baisses les plus importantes sont enregistrées en Occitanie (- 12 %), en Bretagne (- 10 %), en Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans le Grand-Est (- 8 %). Selon les données encore provisoires enregistrées au 26 mars 2021, le nombre moyen de décès quotidiens diminuerait la première quinzaine de mars dans toutes les régions sauf en Bretagne, et tout particulièrement en Bourgogne-Franche-Comté.

La situation est très hétérogène dans les départements d’outre-mer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :