Aller au contenu principal

VIVRE EN POÍĒSIS : TOMAS TRANSTROMER : « L’EVEIL EST UN SAUT EN PARACHUTE HORS DU REVE »

Le poète Tomas Tranströmer, lauréat du prix Nobel de littérature en 2011,

est décédé il y a quelques mois à l’âge de 83 ans. Relisons elire cette chronique, que lui consacrait Alexandre Lacroix en 2012, à l’occasion de l’édition des œuvres complètes de l’écrivain suédois. Philosophie Magazine a republié cet article que nous partageons ci contre.

Mort du poète suédois Tomas Tranströmer

Réédition Alexandre Lacroix publié le 27 March 2015 Philosophie Magazine

Le poète Tomas Tranströmer, lauréat du prix Nobel de littérature en 2011, est décédé à l’âge de 83 ans. L’occasion de relire cette chronique, que lui consacrait Alexandre Lacroix en 2012, à l’occasion de l’édition des œuvres complètes de l’écrivain suédois.

Lorsque l’Académie de Stockholm a remis, en 2011, le prix Nobel de littérature à Tomas Tranströmer, la presse française a réagi par l’incompréhension. Le fait que Tranströmer soit complètement inconnu et suédois alimentait le soupçon de favoritisme, et j’avoue avoir eu la même méfiance. Quelle erreur ! L’œuvre poétique de Tranströmer est tout simplement vertigineuse d’exigence, de perfection, de concision, de discrétion.

Tout ce qu’il a publié en cinquante ans tient dans un petit volume. Comment approcher ces vers libres ? Tranströmer ne ressemble pas à Victor Hugo ni à Arthur Rimbaud. Il n’y a pas de lyrisme chez lui, et très peu d’épanchement subjectif ; ce ne sont pas ses sentiments qui coulent sur la page. Panthéiste, il saisit la beauté du monde et de la nature à travers des images.

Qu’il proclame, dans la première phrase de son premier poème, « l’éveil est un saut en parachute hors du rêve », ou qu’il décrive les vagues comme « des lynx pâles, cherchant vainement un appui sur le gravier des plages », il est toujours dense et percutant, jamais dans le cliché. Nul étonnement qu’il se soit, dans les dernières années, mis au haïku – un art japonais du poème bref où il s’est imposé comme un maître. Une œuvre à rencontrer : elle ne raisonne pas, mais éclaire.

Chronique du recueil Baltiques. Œuvres complètes 1954-2004 initialement parue en décembre 2012.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :