Aller au contenu principal

LES DÉMOCRATIES « PAS CAPABLES « FACE AUX ENJEUX DU CLIMAT ? POINT DE VUE

Un scientifique dégoûté par les politiques: interviews de François Gemenne et de Valentine Python [RTS]

Urgence climat

Francois GEMENNE , chercheur membre du GIEC alerte sur notre état d’aphasie au niveau national et mondial.

 » Ne pas demeurer dans l’inaction en attendant tout des États. Il y a lieu que les entreprises, les financements bancaires soient plus orientés vers des investissements associant les nouvelles énergies.  » déclare Francois GEMENNE .

Pendant ce temps , le Président de la République Emmanuel MACRON prépare pour son second mandat la mise en œuvre d’ une priorité : Une planification écologique avec le Haut Conseil du Climat.

ENTRETIEN

Pour François Gemenne, les démocraties ne sont pas capables de lancer une action significative pour le climat

LIEN VERS LA VIDÉO RTSINFO :

https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/13072298

Invité jeudi dans Forum aux côtés de la conseillère nationale verte vaudoise Valentine Python, le scientifique belge et membre du GIEC François Gemenne s’est exprimé sur les capacités selon lui limitées de la démocratie représentative à être vectrice de solutions face à la crise climatique.

Lundi soir, l’émission « C ce soir » de la chaîne de télévision France 5 accueillait François Gemenne, scientifique et membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU, qui s’est récemment engagé dans le groupe Europe Ecologie-Les Verts (EELV) en tant que président du conseil scientifique pour soutenir la candidature à l’élection présidentielle de Yannick Jadot.

Lors de son interview, l’expert a fait part de son désarroi face à l’inaptitude de la classe politique à apporter des solutions à la crise environnementale.

« Je ne pense pas que la démocratie soit capable aujourd’hui de mettre en oeuvre les changements nécessaires à la transformation » climatique, a assené François Gemenne sur le plateau de l’émission. « Je ne crois plus du tout à la capacité de la politique à changer » la situation, a-t-il encore ajouté.

>> Un extrait de l’intervention de François Gemenne dans l’émission « C ce soir »:

La défense d’intérêts et non d’une cause

Invité dans Forum jeudi, François Gemenne est revenu sur ses propos. Le scientifique estime que la démocratie représentative révèle aujourd’hui ses limites dans l’engagement d’actions « vraiment significatives et transformatrices pour le climat ». Mais le désarroi du Belge n’est pas dirigé contre la classe politique, a-t-il expliqué au micro de la RTS, « qui est elle-même prisonnière d’un système qui voit la population comme une sorte de grand marché électoral dont il faut se disputer les parts ».

« Le problème est que chaque parti représente les intérêts d’une catégorie d’électeurs et défend ses intérêts. Mais personne ne défend véritablement les intérêts du climat, car en réalité si on vote pour le climat, on va souvent demander aux gens de voter contre leurs intérêts et pour une cause », a argumenté François Gemenne.

Le chercheur considère ainsi que les personnes pouvant se permettre de voter pour les programmes ambitieux en matière de climat appartiennent à une catégorie de gens aisés dont la vie « n’est pas véritablement influencée par la politique ».

Des pistes à chercher ailleurs

Selon François Gemenne, les solutions pour faire face à la crise climatique sont à chercher hors de la sphère politique. « Je pense désormais que le changement, s’il advient, viendra de minorités très déterminées dans les entreprises, dans les municipalités ou dans la société civile », avançait-il lundi dans l’émission « C ce soir ».

Il ne faut pas trop remettre les clés du changement dans les mains des seuls gouvernements, sinon nous allons au-devant de graves désillusionsFrançois Gemenne, scientifique et membre du GIEC 

Revenant sur sa brève expérience politique chez les écologistes, le scientifique s’est dit choqué « par la violence et la logique de camp, où vous n’êtes jamais assez pur ou radical, et si vous essayez de parler aux autres, vous êtes reniés par votre propre camp ». « Dans un Parlement, il y a toujours divers intérêts représentés qui sont par nature contradictoires. La démocratie va essayer de trouver un consensus acceptable pour ces différents intérêts, mais on ne va jamais placer le climat au-dessus de ces intérêts », a-t-il déploré.

La climatologue et conseillère nationale verte Valentine Python partage en partie ce constat. Au Parlement suisse, « où la gauche est confrontée à une majorité de droite qui freine le plus possible l’adoption de mesures fortes qui seraient à la hauteur de l’urgence climatique et écologique », le rapport de force est défavorable, a souligné la Vaudoise dans Forum. Mais pour elle, la politique revêt tout de même de l’importance: « Il faut prendre le pouvoir de l’intérieur », a-t-elle affirmé.

Si François Gemenne s’accorde sur la nécessité d’un système parlementaire et législatif, il estime qu’il existe d’autres moyens d’action. « La démocratie ne se réduit pas aux élections. On attend parfois trop des gouvernements. Il ne faut pas trop remettre les clés du changement dans les mains des seuls gouvernements, sinon je crois que nous allons au-devant de graves désillusions », a conclu le scientifique.

Propos recueillis par Mehmetb Gultas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :