Aller au contenu principal

La gravité  d’une privation « volontaire » ou « sous contrainte » de libertés ne doit pas être sous estimée, ni aujourd’hui, ni pour demain. Dictature, démocrature, autoritarisme, brutalité, imposture…?

AUTORITARISME ET BRUTALITÉ … MAIS PAS  «DICTATURE SANITAIRE» ?

À l’heure des débats autour du pass sanitaire, nombreux sont les onservateurs qui critiquent l’autoritarisme ( exécutif versus législatif ) et la brutalité ( libertés maintenues sous conditions ) des mesures visant a contraindre – sans obliger par la loi – à la vaccination, en échange du maintien de certaines libertés.

Par ailleurs  les termes de dictature ou de dictature sanitaire – comme sous forme d’un retour de brutalité  – n’ont ils pas été utilisés à tort ?

La gravité  d’une privation « volontaire » ou « sous contrainte » de libertés ne doit pas être sous estimée, ni aujourd’hui, ni pour demain

Pourtant la privation « volontaire » ou « sous contrainte » de libertés  est un évènement  d’une grande gravité. Le Conseil d’Etat semble avoir été  plus conciliant avec l’exécutif que dans les épisodes précédents  de la pandémie. Il a, en tous cas, accepté et cautionné une méthode de gestion sanitaire mêlée d’entraves sélectives aux libertés dont le fondement juridique reste à démontrer. Quant à la faille éthique, elle est béante.

Que fera le cONSEIL Constitutionnel ?

Étonnamment,  les juristes et constitutionnalistes sont prudemment silencieux.

L’usage abusif du terme dictature

La philosophe et politologue Renée Fregosi met en garde contre l’usage abusif du terme dictature, qui fait paradoxalement le jeu des régimes autoritaires.

Lisons son article.

ARTICLE

« DICTATURE », « DÉMOCRATURE » ET IMPOSTURE

Par Renée Fregosi – La Revue des Deux Mondes – JUIL 23, 2021 

On n’a jamais autant entendu parler de dictature en France que pendant cette crise du covid et tout particulièrement à propos du pass sanitaire : « dictature sanitaire », « dictature vaccinale », « atteinte aux libertés », « autoritarisme présidentiel »… Il faut reconnaître que le gouvernement n’a pas été en reste lui non plus de concepts martiaux voire autoritaires : « guerre », « état d’urgence », « mobilisation », « couvre-feu »… et n’a pas lésiné sur les interdits (littoral, forêts, jardins publics…) et les restrictions à la libre circulation (limitations horaires et à des périmètres parfois de quelques km seulement, frontières départementales…) qui pouvaient apparaître d’autant plus arbitraires que d’autres mesures étaient obstinément réprouvées (strict contrôle aux frontières nationales, isolement…). Il n’empêche.

Cet usage abusif du terme de dictature ne relève pas seulement de l’outrance coutumière des joutes politiques, et la perte de sens généralisée dont souffrent nos sociétés n’est pas uniquement en cause. Qualifier de dictature une démocratie (aussi mal en point soit-elle) procède à la fois de l’abaissement de la démocratie et de la réhabilitation sournoise du véritable autoritarisme politique. Certes, la longue période démocratique qu’a connue l’Occident depuis 1945 a contribué à amollir l’esprit de résistance à l’oppression, et ce qui a pu apparaître comme une banalisation de la démocratie après la décomposition du système soviétique, a paradoxalement tendu à dévaloriser la démocratie comme régime politique. Enfants gâtés de la démocratie, les Occidentaux sont devenus paresseux à défendre les acquis démocratiques par une vigilance constante et une inventivité renouvelée pour s’adapter aux nouveaux enjeux.

Nombre d’intellectuels et de politiques de pays démocratiques, notamment en France et aux États-Unis, donnent alors dans un anticonformisme de pacotille consistant dans un autodénigrement systématique et jouent avec le feu en dissolvant par tous les moyens la ligne de démarcation entre dictature et démocratie, voire en louant des régimes liberticides, répressifs, assassins souvent, et même à visée génocidaire parfois. Car la dictature, la vraie dictature a la vie dure, elle fait florès dans nombre de régions à travers la planète, de l’Asie à l’Afrique en passant par le Moyen-Orient et le Maghreb, et elle résiste ou tente de se réimplanter où elle est combattue ou avait été mise à bat dans les années 80-90, notamment en Amérique latine, à Cuba, au Venezuela ou au Nicaragua.

« Lorsque la démocratie connaît des basses eaux, il est légitime d’en être insatisfait, mais cela ne justifie aucunement d’en rejeter le principe et de verser dans la complaisance à la dictature. »

Que la démocratie comme régime politique soit imparfaite, cela fait partie intégrante de sa définition-même puisqu’elle est fondée sur la négociation et le compromis comme principe politique. Selon l’état du rapport des forces et des intérêts en présence, on progresse vers davantage de partage au plus grand nombre de la décision politique et des biens matériels et culturels, ou bien on régresse vers des situations de types oligarchiques. Lorsque la démocratie connaît des basses eaux, il est légitime d’en être insatisfait, mais cela ne justifie aucunement d’en rejeter le principe et de verser dans la complaisance à la dictature même et surtout lorsque celle-ci se pare des apparences de la démocratie.

Ce que l’on appelle en français « démocrature » (à partir du néologisme latino-américain des années 80, bien plus savoureux dans la langue espagnole « democradura », accolant la racine « democra » de democracia à la terminaison « dura » qui veut aussi dire « dure », de dictadura) est en effet une dictature déguisée en démocratie par la tenue d’élections. Mais il s’agit, en l’espèce, d’élections non libres, frauduleuses, « contrôlées » de diverses façons qu’elles sont, par le pouvoir en place qui s’y perpétue. C’est la forme la plus fréquente de nos jours, et la plus perverse, des dictatures à travers le monde, du Venezuela à la Turquie et à la Chine par exemple, en passant par l’Iran, l’Algérie, le Russie, le Congo ou l’Autorité palestinienne.

Si l’on revient à la définition procédurale de la démocratie et de l’élection libre que nous a enseignée Robert Dahl (1), on ne peut être dupes de ces régimes autoritaires qui vont jusqu’à prétendre nous donner des leçons de démocratie. L’élection libre nécessite les droits de l’homme minimaux, la liberté de candidater, de réunion et de propagande, ainsi que le contrôle des résultats par l’opposition, la possibilité de les contester et l’indépendance de la justice. Et la démocratie fonctionne sur trois piliers : politique (primordial), culturel et économique ou, comme disait Jaurès, la République est politique, laïque et sociale. Si historiquement les notions de démocratie et de libéralisme sont disjointes, il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui un régime démocratique fonctionne obligatoirement sur la base d’élections libres impliquant respect des libertés individuelles et principes de l’État de droit.

« Que des dictatures contiennent des ferments de démocratie et que des démocraties renferment des éléments d’autoritarisme, c’est indéniable. Mais qualifier de démocratique, un régime non libéral au sens politique du terme […] est absurde et coupable. »

Le terme de « démocratie illibérale » est par conséquent un oxymore, n’en déplaise à son promoteur (2) et à ses suiveurs. Que des dictatures contiennent des ferments de démocratie et que des démocraties renferment des éléments d’autoritarisme, c’est indéniable. Mais qualifier de démocratique, un régime non libéral au sens politique du terme comme c’est le cas ici (liberté de presse entravée, système politique verrouillé, justice aux ordres et répression systématique des opposants) est absurde et coupable. Pourtant, universitaires et politiques, ils sont légions qui excusent ainsi la Russie de Poutine ou le Venezuela de Maduro qu’ils admirent, et défendent à tout crin le Hamas et autres persécuteurs d’Israël, alors que le pays est la seule démocratie de la région (le « malgré » étant manifestement un « parce que »). De même l’appellation de « régime hybride » n’est qu’un leurre car il existe un critère discriminant entre une dictature (aussi affaiblie ou souple soit-elle) et une démocratie (aussi dégradée ou en péril soit-elle) : la tenue d’élections non libres est une forfaiture et non un élément encourageant de démocratie partielle.

Mais la réhabilitation de la dictature passe aussi par les attaques directes contre la démocratie. Celles-ci prennent principalement deux formes. Une option consiste à accréditer l’idée que la dictature serait un fantasme ou un épouvantail brandi par les démocraties pour se valoriser et justifier leur ignominie. On peut ainsi lire de la part d’une universitaire en titre : « La dictature apparaît en réalité aujourd’hui surtout comme un objet discursif construit à des fins identitaires de légitimation de la démocratie (et donc de la supériorité de l’Occident) : en effet pour que la démocratie demeure « le pire des systèmes à l’exclusion de tous les autres », il faut que son Autre, la dictature, soit synonyme d’enfer » (3). Une autre tactique inverse complétement l’ordre des facteurs et fait entendre à l’envi que l’« on n’est absolument pas en démocratie » et qu’il s’agit donc de considérer, dans les pays occidentaux bien sûr, les nouveaux désobéissants comme des « citoyens » plutôt que comme des « délinquants » ou des « fossoyeurs de l’ordre public » (4).

On assiste en effet depuis plusieurs années à la construction d’une nouvelle pensée dominante en Occident, qui du milieu universitaire a gagné la sphère médiatique et a repris dans la gauche politique, l’hégémonie jadis perdue par le bolchevisme. Tandis que l’adhésion à la conception social-démocrate de la démocratie a progressé partiellement dans certains secteurs de la droite républicaine et sociale, elle a considérablement régressée à gauche et tout particulièrement parmi les universitaires. Tandis que la dénonciation obsessionnelle de « la domination » et la victimisation martyrologique ad aeternam des femmes, des Noirs ou des musulmans, annulent toute perspective historique de progrès social et sapent consciencieusement notre démocratie, la dictature fait des émules inattendus et les régimes assassins se trouvent de nouveaux idiots utiles pour consolider leurs impostures.

Illustration : Manifestation contre le pass sanitaire, Paris, le 17 juillet 2021 (©Berzane Nasser/ABACA)

(1) Robert Dahl, On Democracy. Ed. Yale University Press, New Haven & London, 2000
(2) Fareed Zakaria « The Rise of Illiberal Democracy », Revue Foreign Affairs, novembre-décembre 1997 : http://www.foreignaffairs.com/articles/53577/fareed-zakaria/the-rise-of-illiberal-democracy
(3) Eugénie Mériau La dictature, une antithèse de la démocratie ? : 20 idées reçus sur les régimes autoritaires. p.221, Éditions Le Cavalier Bleu, Paris 2019
(4) Manuel Cervera-Marzal, http://www.editionsbdl.com/fr/books/les-nouveaux-dsobissants-citoyens-ou-hors-la-loi-/538/

4 réponses »

  1. Bonjour, Thierry,Il m’apparaît stupide de tourner autour du pot. Il faut appeler un chat un chat. Il est mieux d’entendre quand les gens du peuple parlent et comprendre ce qu’ils ont à dire. Jeter l’anathème sur les personnes qui ont affiché sur leur poitrine un étoile jaune où était écrit « non vacciné » est effacer ce qu’ils disent de ce qu’ils vivent et détourner le regard. C’est refuser de regarder en face ce que vivent les gens. C’est refuser le débat. C’est ouvrir plus grande encore la porte du totalitarisme. Et pour reprendre le flambeau de la contestation, c’est là un comportement de « collabo » ! On ne fait pas taire la contestation en l’invisibilisant derrière un paravent de fausse morale. On repousse juste à plus tard une contestation qui sera plus violente. C’est créer l’affrontement là où, en démocratie, arrive normalement le débat. Danger ! Bien amicalement,Jean-Marc
    Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J'aime

  2. Article 121-3 du code pénal : « Mise en danger de la vie d’autrui »
    Nul n’est censé ignorer la loi ….
    Le refus de vaccination est sans fondement scientifique et/ou éthique.
    Les discussions « byzantines » n’ont servi que la chute de Constantinople et la mémoire est courte chez les humains….
    Pour rappel : les vaccinations des enfants est obligatoire pour éviter la transmission dans les groupes scolaires … les adultes doivent également protéger leurs prochains les plus fragiles …. Tout cela n’est que démocratie et non un ordre d’une dictature…

    J'aime

  3. « Du choc des idées jaillit la lumière », notait Boileau 😉
    Lorsque tout le monde pense la même chose, c’est que plus personne ne pense beaucoup. 😱
    Le @Conseil d’État a-t-il opté pour l’esprit moutonnier au point de ne plus faire primer notre souveraineté et nos libertés ?
    Telle est l’épineuse question que je me pose depuis un certain temps 🤔
    Quant au @Conseil Constitutionnel, j’espère qu’il jouera sans tergiverser son rôle de garde-fou… (cf. les articles 61, 61-1 et 62 de la Constitution française du 04 octobre 1858).
    @Anne Brunet

    J'aime

    • La souveraineté et les libertés du citoyen s’arrêtent là où commence celles de ses co-citoyens … c’est aussi cela la République et la démocratie… surtout lorsqu’il s’agit de protéger ses concitoyens…tout le reste n’est qu’attitudes et fausses démonstrations d’une liberté qui ne nous quittera pas pour ce genre d’avatars épidémiologiques… de même pour la fraternité active ainsi démontrée et l’égalité devant le devoir de protection dû à son semblable à défaut d’une égalité sociale …

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :