Aller au contenu principal

9 DECEMBRE : « LE PIRE DE LA POLITIQUE SPECTACLE »; JOURNALISTES ET POLITIQUES, VIOLENCE ET HAINE

HYSTERISATION, SHOW DES MEDIAS

Dans le prolongement de nos publications d’hier, nous vous proposons, comme pour illustration, les deux articles parus sur le débat TV du 9 décembre dernier.

«DÉMOCRATIE A REVIVIFIER». HORS DU SHOW DES SONDAGES ET DES MÉDIAS ? Marc Humbert https://metahodos.fr/2021/12/13/democratie-a-revivifier/

LIRE «LA SOCIÉTÉ HYSTÉRISEE» Jonathan Curiel https://metahodos.fr/2021/12/13/lire-la-societe-hysterisee/

INVECTIVES, HAINE, AGRESSIVITE (ARTICLE 1.)

En ne cessant de s’invectiver lors du débat, Bruno le Maire et Éric Zemmour, ont montré une piètre image de la politique, déplore Maxime Tandonnet dans l’article du Figaro. Selon lui, LREM cherche à réactiver la candidature Zemmour en perte de vitesse afin d’enrayer la percée de Valérie Pécresse dans let agressivités sondages.

« La déontologie des animateurs d’un débat politique ne suppose-t-elle pas un minimum de neutralité ? »

« Le débat télévisé …. du 9 décembre fut l’exemple même de ce que les Français ne veulent plus voir en politique, écrit l »auteur de l’article proposé, qui poursuit « Comment des hauts responsables peuvent-ils prétendre lutter contre la violence urbaine ou la délinquance, quand eux-mêmes donnent, devant des millions de personnes, l’exemple d’un tel niveau de haine et d’agressivité ? Or, le 9 décembre au soir, les téléspectateurs français ont bien assisté au pire de la politique spectacle« 

« Les deux animateurs venaient en renfort zélé de Bruno Lemaire pour couper la parole à Éric Zemmour et tenter de le déstabiliser. La déontologie des animateurs d’un débat politique ne suppose-t-elle pas un minimum de neutralité ? »

Article de LA DEPECHE – ENTRETIEN AVEC BRUNO LEMAIRE (ARTICLE 2 )

Christelle Bertrand écrit dans l’article consacré à B. Lemaire – que nous vous proposons également : « Selon certaines informations, Emmanuel Macron aurait été satisfait de la prestation de son ministre. « C’est l’expérience qui donne de la gravité à votre parole or quand soufflent les vents mauvais il faut de la gravité », commentait, vendredi, Bruno Le Maire. »

BRUNO LEMAIRE EST EGALEMENT INTERVENU DANS L’EMISSION DE RUQUER « On Est En Direct »

Il y a justifié le débat avec Eric Zemmour, et a confirmé les compliments reçus du président de la république.

« Un journaliste n’a pas à être agressif » N. Sarkozy

L’ancien président de la République a vivement critiqué sur RTL le traitement que, selon lui, certains journalistes réservent au candidat d’extrême droite.

«Ce que j’aime pas, c’est l’hypocrisie qui consiste à inviter quelqu’un et à en dire tout le mal qu’on en pense. On dit : « Mon Dieu c’est abominable! »

« Non! Moi j’ai bien des désaccords avec Eric Zemmour. Je souhaite qu’il ait la parole. Pourquoi il ne l’aurait pas? Pourquoi?», a lancé Nicolas Sarkozy, qui se confiait dans le studio de «On refait la télé», sur RTL.

«Pour un certain nombre de gens, la démocratie c’est quand il y a l’extrême gauche et la gauche. Je n’ai pas les idées d’Eric Zemmour sur plein de sujets. Mais un peu comme Voltaire, je n’ai pas vos convictions mais je me battrais pour que vous puissiez les exprimer», a-t-il ajouté. Pour l’ancien chef de l’Etat, «l’agressivité de certains journalistes [va] finir par le rendre sympathique». «Un journaliste n’a pas à être agressif. Il a à poser ses questions. Même des questions difficiles. Mais plus la question est difficile, plus elle est ciblée, plus elle est ciselée, moins il doit être agressif. L’antenne ne lui appartient pas», a-t-il théorisé.

« Les Français feront leur choix. Pourquoi tout ce déferlement de haine ? Il y a une bonne façon de penser et une mauvaise façon de penser ? La barbe ! »

1. Article

«Face à la montée de Valérie Pécresse, le pouvoir tente de fracturer l’électorat de droite»

Par Maxime Tandonnet, Publié le 11/12/2021 à 13:48, Le figaro

Le débat télévisé entre Bruno le Maire et Éric Zemmour du 9 décembre fut l’exemple même de ce que les Français ne veulent plus voir en politique. Comment des hauts responsables peuvent-ils prétendre lutter contre la violence urbaine ou la délinquance, quand eux-mêmes donnent, devant des millions de personnes, l’exemple d’un tel niveau de haine et d’agressivité ? Or, le 9 décembre au soir, les téléspectateurs français ont bien assisté au pire de la politique spectacle..

Les deux interlocuteurs ne cessaient de se couper la parole, de s’invectiver, de vociférer en même temps dans un brouhaha incompréhensible. Les échanges étaient ponctuées d’insultes («cancre», «âne», «employé de Bruxelles», «dictateur»). La bataille de chiffres faisait rage tout comme celle des sigles absconds (Arenh ?) qui se mélangeaient aux attaques personnelles dans une indescriptible cacophonie. L’un s’écoutait parler, grandiloquent, professoral, confit dans l’autosatisfaction béate et affichant son mépris envers les arguments de l’autre qui l’accusait, tout aussi agressif, de réciter des fiches préparées par ses conseillers et le traitait de politicien opportuniste.

N’en déplaise au ministre des finances, le pays est confronté à de gigantesques problèmes qui n’ont cessé de s’aggraver depuis dix ans

Maxime Tandonnet

A mi-chemin, ce prétendu débat tournait au procès de Moscou. Les deux animateurs venaient en renfort zélé de Bruno Lemaire pour couper la parole à Éric Zemmour et tenter de le déstabiliser. La déontologie des animateurs d’un débat politique ne suppose-t-elle pas un minimum de neutralité ? Zemmour était pour la Nième fois mis face à ses déclarations ou provocations passées qui lui ont été mille fois reprochées et désormais bien connues. Et comme il tentait de s’en expliquer, ses adversaires, désormais à trois contre un, fondaient sur lui pour l’empêcher de développer ses arguments. Accusé de pétainisme, le journaliste-candidat s’en défendait. Mais que venaient donc faire Pétain et Laval, jugés et condamnés pour leur trahison et leurs crimes depuis trois quarts de siècle, dans une campagne électorale en 2022 ?

Car n’en déplaise au ministre des finances, le pays est confronté à de gigantesques problèmes qui n’ont cessé de s’aggraver depuis dix ans : une dette publique astronomique de 120% du PIB, un déficit commercial de 80 milliards, des prélèvements obligatoires qui selon l’OCDE battent tous les record (45,43% en 2020), juste derrière le Danemark, un chômage monstrueux de 3,5 à 6 millions de personnes selon pôle emploi, 10 millions de personnes en situation de pauvreté selon l’INSEE, 2 millions de bénéficiaires du RSA, l’effondrement scolaire et intellectuel dont témoignent les études internationales (PISA), la désindustrialisation, l’insécurité, la crise migratoire, etc. A quoi servent les polémiques stériles sinon à fuir ce bilan ?

Face à la montée de Valérie Pécresse, à ce jour la seule candidate susceptible d’éviter aux Français un second quinquennat d’Emmanuel Macron et LREM, le pouvoir panique et tente par tous les moyens de fracturer l’électorat de droite

Maxime Tandonnet

De fait, si l’objectif était de conforter la place d’Éric Zemmour dans cette campagne électorale en trublion antisystème la réussite est indéniable. Les spectateurs avaient devant les yeux la caricature du mythique affrontement, supposé structurer la vie politique française, entre d’une part la morgue du « système » (politique, médiatique et technocratique) et d’autre part la France « réfractaire », dite populiste ou maudite. Mais surtout, ce soi-disant débat suintait l’hypocrisie. Si Éric Zemmour est infréquentable, pourquoi le mettre en valeur en l’invitant à débattre avec l’un des principaux ministres ? Et s’il est fréquentable, pourquoi lui infliger à l’occasion de ce débat un traitement aussi manifestement inéquitable ?

La vérité c’est que face à la montée de Valérie Pécresse, à ce jour la seule candidate susceptible d’éviter aux Français un second quinquennat d’Emmanuel Macron et LREM, le pouvoir panique et tente par tous les moyens de fracturer l’électorat de droite en réactivant la candidature Zemmour en perte de vitesse. Mais quel peut être l’impact d’une telle manifestation de médiocrité politicienne, sinon d’aggraver le dégoût ou la méfiance de 80% des Français envers la politique, selon une enquête du Cevipof, et d’encourager l’abstentionnisme ? Il reste à espérer que la suite de la campagne électorale va s’inspirer davantage de la tenue exemplaire des débats de la primaire des Républicains – dont justement, la candidature de Valérie Pécresse est issue – que de ce pugilat médiocre et tellement ambigu.

2. Article

Bruno Le Maire nous raconte son duel avec Eric Zemmour

Publié le 11/12/2021 à 06:07 La Dépeche, Christelle Bertrand

Depuis la forteresse de Bercy où il a reçu La Dépêche, le ministre de l’Economie est revenu sur son duel tendu avec le candidat à la présidentielle. 

Le soir, seul à Bercy, confiné loin de ses enfants qui ont attrapé le COVID, il a lu et annoté les deux derniers livres d’Eric Zemmour. Pour préparer le débat de jeudi 9 décembre sur France 2, Bruno Le Maire n’a rien négligé.

« C’est important car il ne dit pas à la télé ce qu’il écrit, les pages sur les femmes, les homosexuels, les musulmans sont totalement révoltantes… », nous confiait-il vendredi, un peu groggy par le match qui l’a opposé au candidat. « Ça n’est pas facile d’arriver ainsi, en deuxième partie de soirée, à froid », raconte son entourage. Le ministre a refusé de rencontre le candidat avant l’émission afin de ne pas créer de connivence.

Si Bruno Le maire a accepté cet exercice, s’est même porté volontaire, c’est parce qu’il est important, pour lui, de « montrer qu’il y a deux visions de la France qui sont différentes » et « que le programme économique d’Eric Zemmour est indigent ».

Le ministre de l’Économie a donc opposé sa vision de la France à celle du polémiste. Il a aussi défendu la politique du gouvernement. « En préparant ce débat, j’ai réalisé que nous avions fait de nombreuses choses que nous ne défendons pas, qui ont même été totalement oubliées ». Il pense notamment à la double peine faite par Gérald Darmanin ou le délai de carence de 3 mois pour l’AME.

« J’aurais ressenti une frustration »

Mais en toute fin de débat c’est sur le régime de Vichy que le locataire de Bercy a souhaité revenir car le sujet n’avait pas encore été abordé. Ce qui a donné lieu à une nouvelle passe d’arme, le ministre accusant Eric Zemmour de « réhabiliter le régime de Vichy », en faisant « de Pétain le défenseur des juifs français ». « Je ne suis pas pétainiste », « je ne réhabilite absolument pas le régime de Vichy », mais « la France était à Londres » avec « le général de Gaulle », a lâché Eric Zemmour. « Quand Eric Zemmour parle de Vichy, il touche à quelque chose de profond, de beaucoup plus important que de savoir quel taux d’imposition il faut appliquer. J’aurais ressenti une frustration très profonde si je n’avais pas abordé ce sujet », explique Bruno Le Maire à La Dépêche. 

Selon certaines informations, Emmanuel Macron aurait été satisfait de la prestation de son ministre. « C’est l’expérience qui donne de la gravité à votre parole or quand soufflent les vents mauvais il faut de la gravité », commentait, vendredi, Bruno Le Maire.


3 réponses »

  1. La douceur est invincible !
    En effet, comme le notait l’empereur stoïcien @Marc Aurèle : « Il ne faut jamais agir comme l’offenseur. »

    Personnellement, si quelqu’un me souhaitait du mal, je lui souhaiterais le meilleur, car après tout chacun offre ce qu’il a, n’est-ce pas ?

    @Bruno le Maire et @Éric Zemmour devraient s’inspirer de cette pensée de @Martin Luther King :
    « L’obscurité ne peut chasser l’obscurité, seule la lumière le peut. La paix ne peut chasser la haine, seul l’amour le peut. »

    De toute façon, la règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle puisque la pensée ne sera jamais univoque ; chaque personne ne voit qu’une partie de la vérité sous des angles différents.

    Je préfère les débats respectueux. Mon conseil aux politiques est donc « d’élever leurs mots, et non leur voix, c’est la pluie qui fait grandir les fleurs, et pas le tonnerre », @Rûmi 🤩🙌
    @Anne BRUNET

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :