Aller au contenu principal

B. OBAMA à Paris: « Il n’y a plus de règles sur ce qui est vrai ou faux ». « Ne pas tenir la démocratie pour acquise ».

Deuxième interview de Barack Obama à un média audiovisuel français, pour la sortie du premier tome de ses mémoires, Une terre promise

Au micro de France Inter, l’ex président des États-Unis a déploré que Donald Trump n’ait jamais été inquiété pour «avoir menti tout le temps».

C’est la deuxième interview de Barack Obama à un média audiovisuel français, pour la sortie du premier tome de ses mémoires, Une terre promise, publiées chez Fayard. Au micro d’Augustin Trapenard, sur France Inter, lundi 8 février, l’ex-président américain a livré un message résolument optimiste. 

«J’ai tendance à adopter une vision a long terme. Pour l’humanité, dans son ensemble, nous allons dans le sens de la justice, de la paix […] Des choses terribles se produisent en ce moment, des gens meurent, des puissants profitent des faibles, malgré tout cela le monde n’a jamais été aussi instruit, aussi sain, aussi riche et moins violent qu’aujourd’hui […]

Si les gens sont agacés car ils pensent que les réglementations de l’UE sont trop lourdes, s’ils n’aiment pas la politique d’immigration, il est utile de garder à l’esprit que des progrès ont été réalisés.»

Barack Obama est brièvement revenu sur la présidence Trump et sur la problématique des fakes news.

«On ne doit pas considérer la démocratie comme acquise, a-t-il mis en garde. Le pouvoir des mots a été compromis par les changements du paysage médiatique. Lorsque Roosevelt donnait ses causeries au coin du feu, tout le monde écoutait la même émission de radio. Aujourd’hui, il y a un millier de plateformes, tout est sur internet… Il n’y a plus de règles convenues sur ce qui est vrai ou faux. C’est une crise épistémologique. Donald Trump n’a pas été inquiété pour avoir menti tout le temps.»

Le 44e président des États-Unis a ensuite rendu hommage à la jeunesse, «une génération extraordinaire qui nous suit», et à la diversité de la société américaine. «Ce qui nous rend unique, c’est que nous avons des gens de tous les coins du monde, de toutes les races, de toutes les religions. Nous avons eu foi en la construction d’un seul peuple à partir de toutes les diversités«, enjoignant à la France, «qui se débat avec les populations immigrées et la façon de les intégrer dans la société», de suivre le chemin.

Enfin, Barack Obama est revenu sur les dernières années de sa présidence. «J’ai connu de hauts et des bas. On m’a félicité ; j’ai fait des erreurs, mais rien ne me faisait peur». Puis, sur son amour des lettres et de l’écriture, il est resté résolument humble : «Certains types d’écrivains sont tellement doués qu’ils canalisent les dieux et les esprits, comme Shakespeare. C’est aussi vrai pour des artistes visuels comme Picasso. Je n’ai pas cette capacité. Je suis plus comme un maçon ou un tailleur de pierre quand j’écris. J’essaie juste de construire un mur solide», a-t-il plaisanté.

ENTRETIEN

Barack Obama : « Il n’y a plus de règles sur ce qui est vrai ou faux, c’est le plus gros danger »

par Augustin Trapenard, la rédaction numérique de France Inter publié le 8 février 2021

Invité exceptionnel de l’émission Boomerang, sur France Inter, l’ancien président américain estime que les réseaux sociaux sont une « foire d’empoigne » et que le « pouvoir des mots » a été « compromis » par l’évolution du paysage médiatique. Il détaille les risques encourus par la démocratie.

C’est le pouvoir des mots, que met en avant l’ex-président des États-Unis, Nobel de la paix. Invité exceptionnel de Boomerang lundi matin, Barack Obama évoque, au micro de France Inter, « l’un des défis » qu’il décrit dans son livre, « Une terre promise » (Fayard) premier tome de ses Mémoires et qui, selon lui, a mené à l’invasion du Capitole par des militants pro-Trump, le 6 janvier à Washington. « Le pouvoir des mots a été compromis par le changement du paysage médiatique », juge Barack Obama. 

« Donald Trump a menti tout le temps »

« Aujourd’hui, il y a un millier de plateformes, vous avez tout l’Internet et il n’y a plus de règles convenues sur ce qui est vrai et faux », détaille-t-il. « J’ai appelé ça une crise épistémologique, une foire d’empoigne. Et donc vous avez pu voir un président, Donald Trump, qui n’a pas été inquiété pour avoir menti tout le temps. Et ça c’est, je pense, le plus grand danger actuel pour la démocratie. »

Comment y faire face ? « Nous ne pourrons pas revenir à une époque où il y avait quelques arbitres de la vérité, à moins de recourir à un modèle de gouvernement à la chinoise où le remède serait pire que le mal », constate l’ancien président américain. 

« Nous devons trouver des moyens de tenir les entreprises de réseaux sociaux responsables de la manière dont nous faisons la différence entre réalité et fiction. Entre ce qui est une opinion et ce qui est manifestement vrai. »

« Je peux discuter avec n’importe qui dans une démocratie de la manière dont nous devrions aborder le changement climatique, mais je ne peux pas discuter avec quelqu’un qui dit que le changement climatique est un canular inventé par des écologistes radicaux », cite-t-il en exemple. À ce moment-là, « nous perdons alors la capacité de trouver un terrain d’entente », poursuit Barack Obama.

« Ne pas tenir la démocratie pour acquise » 

« Ce qui menace la démocratie américaine, c’est, je pense, ce qui menace la démocratie en Europe et dans le monde », ajoute-t-il. « Une longue tradition dans tous nos pays consiste à tenter de rejeter la faute sur l’autre, à essayer de suggérer que c’est l’autre le problème et que nous, quelle que soit la définition que vous donnez à ce groupe, racial, ethnique ou religieux, si nous n’étions pas infectés par ces autres, nous pourrions retourner à notre gloire passée. » 

Un « refrain » constaté « dans la Russie de Poutine, en Hongrie, en Turquie, aux Philippines »« Il implique souvent un homme fort qui promet de faire face à ces ‘autres' », observe le 44e président des États-Unis. « C’est un refrain que nous avons vu sous la présidence de Donald Trump. Mais ce n’est pas nouveau. La question de la race a été une ligne de faille dans notre société, depuis sa fondation. Quand vous ajoutez ça aux incertitudes des gens et aux déplacements économiques très réels qui ont eu lieu, cela peut aboutir à un moment très puissant et dangereux. »

« Ceux d’entre nous qui croient en une démocratie libérale, pluraliste, inclusive, qui offre des opportunités à tous », conclue-t-il, « nous devons être vigilants et faire mieux, travailler plus dur et ne pas tenir la démocratie pour acquise »

« Ceux d’entre nous qui croient en une démocratie libérale, pluraliste et inclusive, nous devons être vigilants »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :