Aller au contenu principal

LIRE « LA GUERRE DES IDÉES : ENQUÊTE AU CŒUR DE L’INTELLIGENTSIA FRANÇAISE ». EUGÉNIE BASTIÉ

La guerre des idées : enquête au coeur de l’intelligentsia française

D’Eugénie Bastié – Robert Laffont, 2021 – France Culture

De Saint-Germain-des-Prés aux chaînes d’info en continu, l’intellectuel français est auréolé d’un pouvoir singulier. Défenseur des opprimés ou décrypteur de l’actualité, militant des causes perdues ou expert au discours ciselé, il occupe, au pays de Descartes, où l’on aime à théoriser, une place à part.

Crise financière, attentats islamistes, poussée migratoire, montée des populismes, féminismes, épidémie… L’histoire est de retour, les idées gouvernent de nouveau le monde. La vieille opposition entre droite et gauche, périmée, s’est vue évincée par d’autres clivages, dans l’air du temps. Réacs, gauchistes, libéraux : chacun accuse l’autre d’avoir gagné la guerre culturelle.

D’Alain Finkielkraut à Édouard Louis, en passant par Michel Onfray, de la Manif pour tous à Nuit debout, sans oublier les Gilets jaunes, qui a vraiment remporté cette bataille idéologique ? À l’heure de la cancel culture, de l’hystérisation de la polémique, de l’immédiateté de l’information et du pouvoir de l’image, quel rôle l’intellectuel peut-il encore jouer ? Le débat est-il seulement toujours possible, en France ?

Eugénie Bastié a mené l’enquête : pendant trois ans, elle a rencontré une trentaine de penseurs de tous bords. Elle décrit un paysage intellectuel morcelé, mais plus riche que jamais. Une plongée passionnante au coeur de l’intelligentsia, la France racontée au travers des idées qui l’agitent et des personnages qui les incarnent. -Présentation de l’éditeur-

LES OEUVRES D’EUGÉNIE BASTIÉ

Adieu mademoiselle. La défaite des femmesEugénie BastiéEditions du Cerf , 2016

Porc émissaire : me too : terreur ou contre-révolution ?Eugénie BastiéEditions du Cerf, 2018


Réécouter Eugénie Bastié : la guerre des idées n’aura pas lieu :

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=5bdb32ca-16c3-4435-bb1d-5144e568de53

Elle souligne que dans la bataille des idées, chaque camp accuse aujourd’hui l’autre d’avoir gagné, des libéraux aux conservateurs. Eugénie Bastié, journaliste…

Elle souligne que dans la bataille des idées, chaque camp accuse aujourd’hui l’autre d’avoir gagné, des libéraux aux conservateurs. Eugénie Bastié, journaliste et essayiste, auteure de « La guerre des idées « (Robert Laffont, 2021), est notre invitée.

Eugénie Bastié est journaliste au Figaro et essayiste. Après des livres comme Adieu mademoiselleLa défaite des femmes (Cerf, 2016) et Le Porc émissaire. Terreur ou contre-révolution (Cerf, 2018), elle publie La Guerre des idées (Robert Laffont, avril 2021), le résultat d’une enquête de trois ans dressant le panorama des grands clivages actuels, de la laïcité au néoféminisme et à la cancel culture. Pour ce faire, Eugénie Bastié a rencontré les figures contemporaines de ce qu’elle nomme la « guerre des idées », de Pierre Nora à Sylviane Agacinsky. Un moyen également de déterminer le rôle de l’intellectuel aujourd’hui, dans un monde où les réseaux sociaux et les technologies permettent à chacun de donner son opinion, et où les individus, pressés de livrer leur vérité, n’écoutent pas celle des autres.

Pour être un intellectuel, il faut avoir une oeuvre, il faut avoir fait ses preuves dans un domaine appartenant au champ des humanités. Je pense que la meilleure définition de l’intellectuel est celle qu’en a donné Sartre : c’est quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. (Eugénie Bastié)

Ce qui caractérise le débat public aujourd’hui, c’est que les intellectuels sont de plus en plus « spécifiques » : ils se cantonnent à des domaines très précis et ils perdent cet art de la synthèse qui faisait la spécificité de l’intellectuel à la française. (Eugénie Bastié)

En outre, l’ouvrage dresse le constat d’un “retour de la guerre des idées”. Le monde intellectuel a en effet toujours été un champ de bataille, il ne s’est jamais déroulé sur le seul mode de la conversation amicale, même si des discussions entre opposants étaient possibles autrefois. C’est notamment le cas de « la parenthèse enchantée » des années 1980-1990, où l’idée dominait que la fin de l’Histoire et des idéologies était venue. Mais les années 2000, avec notamment le livre de l’historien Daniel Lindenberg, Le Rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires qui dresse la liste des intellectuels ayant selon lui «dérivé» vers la droite, remet le conflit au centre. C’est le retour d’une guerre qui n’avait jamais pris fin.

Dénonçant un sectarisme compassionnel fondé non sur des arguments mais sur les sentiments, Eugénie Bastié pointe du doigt l’impossibilité de dialoguer aujourd’hui. De la Cancel Culture aux néoféminismes radicaux et au postcolonialisme, elle s’inquiète d’une sectarisation menant à des boycotts et à une judiciarisation de la pensée. 

Le débat public exige pour être argumenté une certaine dose de raison et une certaine dose d’abstraction. Or aujourd’hui, l’écosystème médiatique des réseaux sociaux, c’est au contraire, à la place de la raison, l’émotion, et, à la place de l’abstraction, le règne du cas particulier et du témoignage. (Eugénie Bastié)

A terme, l’auteure questionne : qui a gagné la bataille des idées? Selon elle, si les conservateurs ont gagné en popularité, la gauche continue de dominer les milieux universitaires, alors même que, semble-t-il, elle voit son monopole s’effriter. 

La guerre des idées est une alternative à la guerre civile. (Eugénie Bastié)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :