Aller au contenu principal

REFONDER LA DEMOCRATIE, Matthieu Orphelin et Paula Forteza

réparer une démocratie jugée « malade »

Les députés Paula Forteza et Matthieu Orphelin, anciens macronistes désormais au côté de Yannick Jadot pour la campagne présidentielle de 2022, présentent une série de mesures pour réparer une démocratie jugée « malade ».

Les propositions de Matthieu Orphelin et Paula Forteza, déçus du macronisme, pour « refonder » la démocratie

Publié le L’OBS, Par Lucie Alexandre

C’est connu, on a souvent la dent dure envers ses ex. Et le député anciennement LREM du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin était particulièrement mordant ce mercredi 17 novembre, à l’heure de présenter trois propositions de loi, coécrites avec la députée des Français de l’étranger Paula Forteza, et soutenues par d’autres ex « marcheurs » qui ont délaissé le groupe majoritaire à l’Assemblée.

Pour ce proche de Nicolas Hulot, c’était surtout l’occasion de dénoncer ce qui constitue selon lui « le grand échec de la macronie »,c’est-à-dire les chantiers de la réforme des institutions, entamés notamment par François de Rugy, alors président du Palais-Bourbon, avant d’être abandonnés lorsque ce dernier fut emporté dans « l’affaire des homards ».

« De grands engagements pris en 2017 n’ont pas été tenus »

La « banque de la démocratie », proposition portée par François Bayrou – et qui était même la condition de son ralliement à Emmanuel Macron en 2017 – afin de permettre un financement plus équitable et transparent des campagnes électorales, devait il est vrai être l’une des mesures phares du projet de loi de confiance dans la vie publique. La mesure avait été finalement enterrée par la ministre de la Justice Nicole Belloubet en juillet 2018.

« Les grands engagements pris par Macron en 2017 n’ont pas été tenus », charge donc Matthieu Orphelin, avant de moquer l’initiative de parlementaires, d’élus, et de personnalités soutenant la réélection du chef de l’Etat en 2022, de publier ce mercredi une tribune dans « le Monde », pour appeler à « un pacte de refondation démocratique pour réconcilier légitimité du pouvoir et efficacité de l’action ». « Je vous recommande ce texte, il est très drôle. Cette majorité parlementaire aura passé plus de temps à rédiger des tribunes qu’à déposer des amendements », a ainsi raillé celui qui fut candidat pour EELV dans les Pays de la Loire en juin, mais battu par la sortante de droite Christelle Morançais.

Des propositions globalement reprises par Yannick Jadot

Il faut dire que si le texte des macronistes pilotés par Gilles Le Gendre pose des pistes de réflexion, tout en restant prudent sur la formulation de mesures concrètes, les nouveaux alliés de Yannick Jadot se sont attachés à rédiger une proposition de loi détaillée. Le candidat écologiste à la présidentielle 2022 était d’ailleurs présent en tant que « témoin », et s’est prononcé pour reprendre à son compte nombre des pistes évoquées.

Etait également sur place l’économiste Julia Cagé, spécialiste des questions de financement des partis politiques, et favorable à la mise en place de « bons pour la démocratie »des montants attribués à tous, qui permettraient même aux citoyens les plus pauvres de soutenir les mouvements de leur choix. « Aujourd’hui seuls les Français les plus riches financent les candidats à la présidentielle, par un système de déduction fiscale qui exclut les revenus les plus modestes », a justifié l’enseignante à Sciences-Po Paris.

Une délégation de citoyens à l’Assemblée

Parmi les principales mesures défendues, on trouve la reconnaissance du vote blanc, l’instauration de la proportionnelle intégrale aux législatives, avec un mécanisme d’attribution des sièges garantissant une parité réelle, ou encore la création d’une délégation de citoyens à l’Assemblée nationale. « Il s’agit de les inclure dans les institutions, sur le modèle de ce qui existe déjà en Belgique, et qui fonctionne très bien », a insisté Paula Forteza, spécialisée sur les questions d’innovation démocratique depuis les débuts de son mandat de députée. La plupart des propositions ont ainsi pour ambition de faire face à la crise de la représentation démocratique que les auteurs estiment identifier.

D’autres mesures ont pour objectif de lutter contre l’abstention, et en particulier celle des jeunes, comme l’abaissement du droit de vote à 16 ans, des formations au fonctionnement des institutions et à la citoyenneté renforcées en milieu scolaire, mais aussi l’inscription systématique sur une nouvelle liste électorale après une déclaration de déménagement. « Un tiers des moins de 35 ans n’ont pas voté aux élections régionales et départementales parce qu’ils étaient mal inscrits », fait ainsi valoir Matthieu Orphelin.

Enfin, quelques propositions visent à rendre la vie publique plus transparente, et à combattre l’influence dans les institutions des lobbys, ennemis affichés du candidat Vert à la présidentielle. L’occasion pour son porte-parole d’en remettre une couche avec une dernière boutade pour se payer ses anciens camarades d’En Marche : « Cette nuit j’ai failli mourir… en m’étouffant de rire en commission, lorsque la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Goura

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :