Aller au contenu principal

VIVRE EN POÍĒSIS. PASCAL QUIGNARD : MUSIQUE ET LANGAGE, MYSTERE ET JOIE.

Émission

Pascal Quignard : « Je crois que l’incompréhensible peut être une source de joie »

LE 03/01/2022, À retrouver dans l’émission PAR LES TEMPS QUI COURENT par Mathilde Wagman et Marie Richeux, France Culture

Accueil de l’écrivain à l’occasion de la parution de son dernier roman : Pascal Quignard publie aux Éditions Gallimard, L’amour la mer, un roman qui nous plonge au cœur du XVIIème siècle en Europe aux côtés de musiciens virtuoses.

La virtuose Thullyn et le musicien Hatten sont amants. Au gré de leurs pérégrinations et de leurs carrières, ils se retrouvent à la cour de Vienne, à Paris et au bord de la mer, et croisent monsieur de Sainte-Colombe, Meaume et Marie Aidelle ou encore Jakob Froberger.

L’amour la mer est un roman où, comme son titre l’indique, il est question d’amour et de mer, on y joue beaucoup, de la musique et des cartes, toujours à la recherche de l’extase sensorielle.

Extraits de l’entretien

« Pour guider mes jours et guider l’avenir, je préfère mille fois les rêves aux vœux. Quand les rêves sont absents, c’est très mauvais signe. La peur, et les images des rêves sont de bons conducteurs.

Pour moi les livres ne sont pas des vœux, ni des désirs, et d’ailleurs, je ne sais pas comment ils commencent. Ce sont des poches, ce ne sont pas des œuvres, des choses que je fabrique, ce sont des choses qui enflent en moi et qui me saturent, comme un chant peut se saturer. Ecrire, ce n’est pas un commencement, c’est plutôt une façon d’habiter. » Pascal Quignard

« Le jeu est un thème que je n’avais jamais abordé. On se perd dans le jeu, dans une sorte de vertige. Dans le livre, il y a cette atmosphère triste au début, qui était celle au moment où je l’ai écrit. Mon petit frère violoncelliste et chef d’orchestre est mort pendant l’épidémie et c’est une séparation incompréhensible que la mort, lorsqu’elle touche une personne de plus jeune que soi.

Toute mon enfance, j’ai joué de la musique avec lui, et il y a quelque chose qui m’a manqué dans le fait de jouer ensemble. Quand on jouait ensemble, malgré la pudeur de l’enfance, il y avait une gravité qui s’installait immédiatement.

Il y a une harmonie à faire de la musique ensemble qui est une vraie grâce. Il y aussi un instant merveilleux dans la musique, celui où tout le monde se regarde, compte la musique en silence, et se prépare à attaquer. Il y a là un unisson silencieux qui est l’un mystère de la musique et qui en fait la beauté. » Pascal Quignard

Je crois qu’on est tous possédés par quelque chose de nostalgique

« La mort est une séparation incompréhensible, tout comme l’amour est une séparation incompréhensible qui réside dans la différence sexuelle : c’est une chose à la fois difficile et merveilleuse. Le thème du livre c’est d’aimer l’incompréhensible, de ne pas en faire quelque chose d’hostile, et le besoin de sens du langage n’est pas très utile.

C’est beaucoup mieux si le langage permet de déboucher sur un incompréhensible plus riche. Je crois vraiment que l’incompréhensible peut être une source de joie. Il faut aussi apprendre que ce qui fait peur, c’est ce qu’il faut suivre : la peur n’est pas une malchance, c’est un bon signe. » Pascal Quignard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :