Aller au contenu principal

VERS UNE ARMÉE DE MÉTIER EUROPÉENNE ?

Pour la création d’une grande armée européenne, ouverte à tous les pays d’Europe occidentale, centrale et orientale ?

Dans cette tribune, le politologue et essayiste Thomas Guénolé plaide pour la création d’une grande armée européenne, ouverte à tous les pays d’Europe occidentale, centrale et orientale. Selon lui, le contexte de guerre en Ukraine rend cette proposition « tout simplement indispensable et urgente ».

Article

Ukraine-Russie : plaidoyer pour une grande armée européenne

Thomas Guénolé – 25 février 2022 – Usbek & Rica

La géopolitique n’est pas un dîner de gala. Elle est l’arène d’un pur rapport de force entre puissances. Or, contrairement aux Etats-Unis, à la Russie ou à la Chine, l’Europe n’en est pas une. C’est ce que collectivement nous, Européens, de Paris à Kiev et d’Helsinki à Belgrade, sommes en train de redécouvrir à nos dépens.  

La toute première leçon de la guerre en Ukraine est en effet celle-ci : aujourd’hui comme hier, l’Europe de ce début de XXIème siècle demeure un vaste terrain de jeux de guerre pour les Etats-Unis d’Amérique et la Russie. L’on se croirait à cet égard revenu au temps de la Guerre froide ou de la crise des euromissiles. Pour nous tous, Européens, ceci constitue tout à la fois une mise en danger, une aliénation, et une humiliation. Une mise en danger, parce que si conflit généralisé il y a, c’est sur le théâtre européen, c’est-à-dire sur nos territoires, et non pas à New York ou à Saint-Pétersbourg, qu’il se déroulera. Une aliénation, puisque l’Europe tout entière subit passivement cette situation militaire, telle une victime, cependant que les décideurs sont à Washington et Moscou. Une humiliation, car les peuples européens sont donc les jouets de la grande rivalité géopolitique russo-américaine.

Nous, Européens, voulons-nous continuer d’être les pions du « grand jeu » qui oppose les Etats-Unis d’Amérique à la Russie ? A l’évidence, non. Encore faut-il en tirer toutes les conséquences politiques, avec sérieux et réalisme. Ceci suppose concrètement de transformer les armées des pays d’Europe en une armée fédérale européenne, et les arsenaux nucléaires français et britanniques en un arsenal nucléaire européen. A ce prix, et à ce prix seulement, l’Europe deviendra une puissance capable d’empêcher, par le seul effet dissuasif de sa force militaire et nucléaire, des situations telles que l’actuelle guerre en Ukraine.

Toutes les puissances militaires d’Europe sont aujourd’hui significativement plus faibles que la Russie

En effet, toutes les puissances militaires d’Europe sont aujourd’hui significativement plus faibles que la Russie (le budget militaire français est 25 % inférieur au russe), et très loin derrière les deux géants armés du monde, c’est-à-dire Washington et Pékin (le budget militaire français est presque 5 fois inférieur au chinois). C’est ce qu’indiquent les données collectées par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI).

Ce rapport de force extrêmement défavorable à la sécurité des peuples européens est cependant radicalement transformé si nous fusionnons toutes les armées d’Europe dans une armée fédérale européenne. De fait, si l’on inclut le continent européen, ce qui est plus large que l’Union européenne puisque cela englobe aussi le Royaume-Uni, la Norvège, l’Europe centrale et orientale et les Balkans (mais évidemment pas la Suisse), créer une grande armée fédérale ferait de l’Europe la deuxième puissance militaire mondiale, devant la Chine et très largement devant la Russie (le budget militaire européen serait plus de 4 fois supérieur au russe).

Les peuples européens seraient donc collectivement immédiatement en sécurité, sans dépendre ni de la protection militaire objectivement aléatoire de Washington, ni des velléités expansionnistes de Moscou.

La France et le Royaume-Uni étant deux puissances nucléaires, la fusion des armées d’Europe impliquerait la fusion de leurs arsenaux, pour les transformer en un arsenal nucléaire fédéral européen. Le sinistre « bouton rouge », dont disposent respectivement aujourd’hui le président français et le Premier ministre britannique, deviendrait donc un pouvoir collégial des chefs d’Etat et de gouvernement d’Europe. Ceci représenterait un peu plus de 500 têtes nucléaires, c’est-à-dire la troisième puissance nucléaire mondiale, devant la Chine.

C’est loin derrière les arsenaux de la Russie et des Etats-Unis, d’environ 6500 têtes nucléaires chacun. C’est cependant largement suffisant pour que l’actuelle doctrine française de dissuasion nucléaire soit transformée en doctrine européenne de dissuasion nucléaire. En d’autres termes, toute grande agression militaire contre un pays d’Europe encourrait immédiatement une riposte nucléaire. Si l’armée fédérale européenne existait déjà, cela aurait suffi pour que Moscou ne puisse même pas envisager d’envahir l’Ukraine (ou tout autre pays d’Europe).

Jamais un président américain ne prendra le risque d’une frappe nucléaire sur New York pour défendre Kiev ou Paris – et c’est tout à fait compréhensible

Pour bâtir ensemble cette Europe-puissance, il ne faut logiquement pas agir dans le cadre de l’OTAN, puisque cette dernière est une alliance militaire dirigée par les Etats-Unis, et donc soumise à l’intérêt national américain. Il ne faut pas non plus le faire dans le cadre de l’Union européenne, car cela laisserait à l’état de proies sans défense de nombreux pays d’Europe qui n’en sont pas membres, dont par exemple l’Ukraine et la plupart des pays des Balkans. Le plus simple et le plus efficace serait donc un traité ad hoc pour créer une organisation internationale dédiée : l’Armée fédérale européenne, ouverte à tous les pays d’Europe occidentale, centrale et orientale.

La brutale vérité est que jamais un président américain ne prendra le risque d’une frappe nucléaire sur New York pour défendre Kiev ou Paris – et c’est tout à fait compréhensible. Dans ce contexte, créer une grande armée européenne est tout simplement indispensable et urgent.

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :