Aller au contenu principal

LA BRETAGNE AUSSI – APRES LA CORSE ET L’ALSACE – ASPIRE A L’AUTONOMIE

CORSE ET ALSACE : NOS PRECEDENTES PUBLICATIONS

«L’AUTONOMIE CORSE OU LA FIN D’UN ETAT CENTRAL QUI IMPOSE SA NORME A TOUS LES CITOYENS» Point de vue https://metahodos.fr/2022/04/06/michel-maffesoli-lautonomie-corse-ou-la-fin-dun-etat-central-qui-impose-sa-norme-a-tous-les-citoyens/

L’ALSACE FERAIT SECESSION ? DES LIMITES DES CONSULTATIONS CITOYENNES https://metahodos.fr/2022/03/25/les-limites-des-consultations-citoyennes-lalsace-fait-cecession-du-grand-est/

QUAND L’ÉTAT RECRUTE UN « SPÉCIALISTE DU SÉPARATISME CORSE » ORIENTÉ « ANTI TERRORISME » https://metahodos.fr/2022/04/03/quand-letat-recrute-un-specialiste-du-separatisme-corse/

ARTICLE – Extrait

Après la Corse, la Bretagne réclame son autonomie

Inspirés par les débats sur l’autonomie de la Corse, les élus du conseil régional de Bretagne réclament une évolution du statut de leur région. Un vœu porté par les autonomistes bretons et soutenu par la quasi-totalité de l’hémicycle régional. 

Par Benjamin Keltz (Rennes, cor Le Monde

Grand sourire, Loïg Chesnais-Girard traverse l’hémicycle vieillissant du conseil régional de Bretagne, presque vide en cette fin de séance du vendredi 8 avril. Le président (Parti socialiste) de la collectivité tient à féliciter son opposante Aziliz Gouez, porte-parole du groupe Breizh a-gleiz, qui rassemble les autonomistes bretons. Son vœu plaidant pour l’autonomie de la région a été voté avec enthousiasme par tous les conseillers régionaux de gauche, du centre et de droite. Seuls ceux du Rassemblement national s’y sont opposés.

« Je savais que nous provoquerions le débat, mais pas que nous rassemblerions autant autour de l’idée d’autonomie. Celle-ci ne fait pas partie de la grammaire politique française. Preuve que la Bretagne est mature », se félicite Aziliz Gouez. L’élue a profité des échanges sur le changement de statut de la Corse engagé ces dernières semaines par le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, pour relancer le débat de l’autonomie de la Bretagne.Lire aussi :  Article réservé à nos abonnés  Yvan Colonna, des rêves d’indépendance corse à l’assassinat du préfet Erignac

A la tribune, elle martèle : « Nous ne sommes pas des saboteurs de la République. La République française a besoin d’une logique différenciée au plus près du local. » Soutenue par les élus écologistes, Mme Gouez réclame à l’Etat un transfert d’une partie des pouvoirs législatifs et réglementaires ainsi que des moyens financiers et fiscaux au profit du conseil régional de Bretagne. Dans sa bouche, la Bretagne s’entend au sens « historique » du terme et intègre la Loire-Atlantique. L’élue appelle à statuer sur la réunification de la région, jamais tranchée malgré des décennies de débats, grâce à une consultation des habitants de Loire-Atlantique. Un préalable à tout processus d’autonomie.

Dans les rangs de la majorité socialiste du conseil régional, les élus opinent. Premier vice-président de la collectivité, Michaël Quernez soutient : « Oui à la décentralisation, à la déconcentration, à la différenciation. Oui à ce supplément d’âme d’une Bretagne à cinq ! »Lire aussi   Article réservé à nos abonnés  Autonomie de la Corse : quel avenir institutionnel pour l’île ?

« Nous ne voulons pas de violence »

« Cette autonomie est notre destin, notre chemin », observe Loïg Chesnais-Girard, élu à la tête de la région en juin 2021 avec pour slogan « Plus de Bretagne, moins de Paris »« Nous autres, élus locaux, souhaitons assumer plus de responsabilités pour être plus efficaces. Sans moyens supplémentaires, notre souhait n’est que chimère ou fantasme. »

Lui qui réclame depuis des années – sans y parvenir – la gestion de la répartition des fonds de la Politique agricole commune (PAC) afin de maîtriser la mue du modèle agricole breton veut croire en la confiance du prochain gouvernement. Loïg Chesnais-Girard aimerait « décharger » l’Etat des questions de logement, d’emploi ou d’économie. Dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle, il compte faire entendre cette demande « positive et sereine ». Une manière de prendre ses distances avec les violences observées en Corse en mars. Une façon aussi de dompter la rumeur du réveil du mouvement indépendantiste du Front de libération de la Bretagne colportée par des courriers anonymes considérés comme peu crédibles par nombre d’observateurs avertis.

…/…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :