Aller au contenu principal

TROISIÈME RÉPUBLIQUE. À L’AUBE DES PARTIS POLITIQUES.

LES PARTIS POLITIQUES, DES INSTITUTIONS MAJEURES DE LA DÉMOCRATIE

Les partis sont des institutions majeures de la démocratie, certains restent dynamiques quand d’autres tendent à péricliter.

Les revivifier ou les supprimer ?

QUELQUES PUBLICATIONS DE METAHODOS :

LES PARTIS POLITIQUES RESTENT-T-ILS INDISPENSABLES ? https://metahodos.fr/2022/06/05/partis-politiques/

REVIVIFIER LES PARTIS ? AVEC FERNANDO ROSENBLATT https://metahodos.fr/2021/05/06/comment-vivifier-un-parti/

L’OPPOSITION A UN RÔLE MAJEUR EN DÉMOCRATIE. – ANNIE GENEVARD. https://metahodos.fr/2021/05/05/annie-genevard-le-respect-de-lopposition-est-necessaire-dans-la-periode-que-nous-vivons/

EN FINIR AVEC LES PARTIS POLITIQUES https://metahodos.fr/2020/09/21/en-finir-avec-les-partis-politiques/

RÔLE DES PARTIS (SUITE): LREM N’AURA ÉTÉ QU’UNE MACHINE ÉLECTORALE ?https://metahodos.fr/2020/09/22/role-des-partis-suite-lrem-naura-ete-quune-machine-electorale/

Renforcer le Parlement: qu’est-ce à dire ? https://metahodos.fr/2020/09/22/role-des-partis-suite-lrem-naura-ete-quune-machine-electorale/

EMISSION

Troisième République, à l’aube des partis politiques

Épisode 3/3 : ÉCOUTER (52 MIN) FRANCE CULTURE

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/troisieme-republique-a-l-aube-des-partis-politiques-9745230

Le Cours de l’histoireÉpisode du mercredi 25 mai 2022 par Xavier Mauduit

Voir tous les épisodes

Résumé

Alors que le XIXe siècle est hanté par le souvenir des clubs révolutionnaires, l’idée d’une structuration en partis politiques chemine sous la Troisième République. Quelles évolutions de la vie politique, culturelle et sociale ont encouragé la formation de partis politiques en France ?

avec : Michel Winock (Historien).

En savoir plus

Quand les partis politiques sont-ils nés ? En 1842 paraît un Dictionnaire politique : encyclopédie du langage et de la science politiques, publié par Eugène Duclerc et Pagnerre. À l’article « parti », nous apprenons que « s’il est puéril de s’effrayer à la vue des grands tumultes que raconte l’histoire ; s’il faut reconnaître que ces troubles ont quelquefois servi aux progrès de la civilisation, il ne faut pas dire cependant que l’existence de plusieurs partis dans l’État soit une chose désirable, et qu’il faille se réjouir de leurs dissensions. Les factions sont les maladies du corps politique ». Parti ! Parti des princes, parti clérical, parti du Parlement, parti colonial…. et parti politique, souvent suspect : le mot « partisan » est un tantinet péjoratif. C’est une histoire française, d’amour et de méfiance face aux partis politiques.

La loi du 1er juillet 1901 permet l’existence des partis politiques en France. Ce texte met fin à plus d’un siècle d’aversion et de défiance à l’égard de ce type de structures.

Alors que le XIXe siècle est hanté par le souvenir des clubs révolutionnaires, les partis sont synonymes de factions remuantes et surtout de divisions idéologiques qui mettraient à mal l’unité républicaine. La vie démocratique s’organise alors à l’échelle locale, par le biais de comités. Il semble inenvisageable que des structures centralisées viennent éloigner les citoyens de l’exercice direct du pouvoir politique.

La situation évolue pourtant à la fin du XIXe siècle.Le poids de la presse politique, l’influence des loges maçonniques, les progrès dans l’alphabétisation de la population, le consensus autour du suffrage universel mais aussi les profondes divisions entraînées par l’affaire Dreyfus encouragent la formation de partis, auxquels la loi de 1901, qui fonde le droit d’association, donne une personnalité juridique.

Comment la vie politique française s’organise-t-elle avant les partis politiques ? Qu’est ce qui distingue le parti de la ligue, du mouvement d’opinion ou du club ? Pourquoi, durant les années 1900, la gauche parvient-elle bien plus aisément que la droite à se structurer en partis ?

Pour en parler

Michel Winock est historien, professeur émérite à Sciences Po, spécialiste de l’histoire de la République français et des mouvements intellectuels contemporains.

Il a notamment publié :

Sons diffusés dans l’émission

  • Chanson Le vote universel de Paul Barré, 1848
  • Extrait du téléfilm Émile Zola ou la conscience humaine de Stellio Lorenzi, 4 mai 1978
  • Archive du 14 novembre 1978 d’un témoignage sur la loi de 1905
  • Extrait du film Le Président d’Henri Verneuil, avec Jean Gabin, 1961

Générique de l’émission : Origami de Rone

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :