Aller au contenu principal

LE RIRE DNS LA DÉMOCRATIE ATHÉNIENNE

FRANCE CULTURE LE 03/01/2022 SÉRIEHISTOIRE DE LA JOIE DANS TOUS SES ÉTATS (4 ÉPISODES)Épisode 1 : 

LIEN VERS L’EMISSION https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/rire-dans-la-democratie-athenienne-4587510

Résumé

Raillerie, ironie et satire occupent une place centrale dans la la démocratie athénienne. Manié à la fois par les hommes politiques et le peuple, le rire se révèle un outil politique de premier plan dans la cité.

En savoir plus

Joie, bonheur, sourire, rire et plaisir des blagues antiques. C’est l’histoire d’un type qui a une très mauvaise haleine et qui veut se donner la mort. Alors, il s’enveloppe la tête dans un linge et ouvre grand la bouche ! Le Philogelos, recueil de blagues des IIIe-IVe siècles de notre ère, rassemble des blagues plus anciennes, voire intemporelles : quelqu’un vient voir un médecin et lui dit que le matin, quand il se lève, il voit tout sombre pendant une demi-heure. C’est après qu’il y voit plus clair : « Tu n’as qu’à te réveiller une demi-heure plus tard« , répond le médecin ! Raillerie, ironie, satire, et dérisions sont essentielles dans la démocratie athénienne car le rire est une arme politique.

La dérision est-elle au service de la démocratie ?

Le rire occupe une place centrale dans la démocratie athénienne. Stéréotypes, clichés, railleries des hommes politiques aux mœurs douteuses ou au train de vie dispendieux, l’humour athénien ressemble beaucoup au nôtre par bien des aspects. Il a aussi ses spécificités : la moquerie, la dérision et l’ironie acerbe y occupent une place de choix. L’historien Jean-Noël Allard souligne le rôle normatif du rire. « En se moquant de certains agissements, on induit les comportements inverses et on pousse (notamment par des allusions sur la vie sexuelle de tel ou tel individu) à se comporter d’une autre manière. Le rire joue ce rôle notamment vis-à-vis des élites dans la cité athénienne.« 

Ce rire souvent blessant pose question au sein de la cité : peut-on rire de tout ? Faut-il encadrer la dérision ? La cité fait souvent le choix de la parrhèsia : la parole, comme le rire, doivent être libres.

La dérision joue un rôle central au sein des affrontements publics : les hommes politiques n’hésitent pas à humilier publiquement leurs adversaires. Si la liberté de la parole peut menacer l’équilibre social et entraîner des conflits, comme le considère Platon, Jean-Noël Allard note que la dérision peut aussi profiter à l’organisation démocratique : « La démocratie est un système dans lequel le dissensus joue un rôle central. La dérision a cette vertu de permettre de canaliser le dissensus, de l’exprimer sans que ça dégénère. » Cette appréhension de la dérision fait écho à la pensée d’Aristote, qui défend un rire modéré, vecteur de lien social. « Aristote, c’est le juste milieu. Il ne faut ni en faire trop, ni en faire trop peu. Ce rire permet à la fois aux rieurs de rire et à celui qui est visé de rire de la plaisanterie qu’on lui fait.« 

Le rire et le peuple athénien

L’usage de la comédie ou même du graffiti font aussi du rire un outil de souveraineté populaire. En étant libres de moquer les puissants, le peuple affirme sa souveraineté, et rappelle qu’il est au centre de la démocratie athénienne. Jean-Noël Allard relève que le peuple peut à son tour être la cible de la comédie, qui lui indique comment mieux endosser son rôle de citoyen. « Très souvent, Aristophane présente les citoyens comme avalant, benêts, toutes les paroles que les orateurs prononcent. Par la mise en abyme dans le théâtre, les citoyens réfléchissent à la manière d’envisager ces discours et de les digérer de façon plus raisonnable. »

Comment la dérision s’est-elle affirmée comme un outil politique majeur de la démocratie athénienne ? Ce rire grec fait-il écho à nos conceptions contemporaines du débat public ? Nous en discutons avec l’historien Jean-Noël Allard.

À réécouter : C’est dans les vieux recueils qu’on fait les meilleures blagues

Intervenant

Jean-Noël Allard est docteur et professeur agrégé d’histoire, enseignant au lycée Léonard de Vinci d’Antibes. Il est également membre associé des laboratoires ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques) et PLH-Erasme. Il publie La Cité du rire. Politique et dérision dans l’Athènes classique (Les Belles Lettres, 2021).

Références sonores

  • Extrait de la série 50 nuances de Grecs, saison 1, épisode 23 « Le casque et la plume », de Jul, réalisé par Mathieu Signolet
  • Lecture d’un extrait de Sur la couronne de Démosthène par Marion Malenfant
  • Musique « Vaux mieux en rire » par Georges Gosset, paroles de Francis Blanche, 1946
  • Archive de l’adaptation radiophonique de la pièce Les Oiseaux d’Aristophane, adaptée par Bernard Zimmer, réalisée par Jean Chouquet et Philippe Soupault – RTF, 28 novembre 1953
  • Lecture d’un extrait des Lois, livre XI, de Platon par Marion Malenfant
  • Musique « Chanson du Général » par Marc et André en 1962, composée en 1928 pour la mise en scène de Charles Dullin au Théâtre de l’Atelier de la comédie Les Oiseaux d’Aristophane

1 réponse »

  1. « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde », relevait @Pierre Desproges.
    J’apprécie l’humour, car c’est une disposition d’esprit qui permet de dénoncer avec légèreté des choses graves, et avec gravité des choses frivoles, bref de faire une critique virulente ou acerbe de façon joviale.
    Un brin de plaisanterie assaisonne tout…

    En effet, l’enjouement permet de concilier la bienveillance universelle. Toutefois, la règle d’or est de toujours préférer le respect et la sagesse.
    Plus simplement, l’humour n’est pas synonyme de moquerie.
    @Anne BRUNET 😉🙌

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :