Aller au contenu principal

Augmentation d’impôts: pourquoi donner raison aux « démocrato sceptiques »?

BILLET

Jouer avec la démocratie…

conduit à des conséquences durablement dommageables pour elle.

Remplacer le dialogue sur les sujets majeurs mis en en avant par les gilets jaunes par un exercice hautement périlleux d’assemblée citoyenne « travaillée au corps et à l’esprit » aura des conséquences difficilement réparables. ( nous reviendrons sur ce sujet )

Il en est de même pour la fiscalité : le mépris pour la loyauté et la vérité en la matière decourage profondément le citoyen.

Comment la démocratie mal en point peut elle espérer se remettre des conséquences de ces pratiques qui viennent des responsables eux mêmes ?

Aveuglement, ignorance ou cynisme ?

Nous reviendrons sur cette interrogation. L’ignorance a une forte part.

Nous sommes pourtant nombreux, en France, à nous mobiliser sur les réponses…METAHODOS et d’autres, individuellement et collectivement. Les responsables politiques ne voient ils pas la dizaine de prises de positions hebdomadaire sur ces sujets ?

Revenons sur la fiscalité.

Le reniement de la parole sur la stabilisation de la fiscalité

Les conséquences de la crise, comme la relance rendue nécessaire ne seront pas financées par un impôt supplémentaire.

La promesse a été faite et répétée, raison pour les pessimistes – se disant d’ailleurs réalistes ou factuels – de ne pas y croire.

Pour preuve, la récente prolongation sur presque dix ans de la perception du CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale).

L’Assemblée nationale a adopté un projet de loi qui tient en effet compte, suite à la crise du coronavirus, de l’ajout de 136 milliards d’euros de dettes au « trou de la Sécu », que les Français rembourseront ainsi jusqu’en 2033, soit neuf années de plus que prévu.

Normalement, ça devait s’arrêter (en 2024), c’est-à-dire que tout le monde aurait eu une augmentation de salaires ou de pensions de retraite de 0,5% ».

Certes le gouvernement ne va pas rétablir l’impôt sur la fortune (ISF). Mais il va augmenter l’impôt sur tous les Français et pesant sur tous les salaires…

Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »

La Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) est un prélèvement de 0,5% sur tous les revenus.

Ell sera prolongée jusqu’en 2033, alors qu’elle devait s’éteindre en 2024. 

Prolongations à répétition et reniements permanents

Cet impôt initialement prévu pour durer 13 ans a déjà été prolongé à deux reprises, et les espoirs de le voir disparaître dans deux ans sont donc en train de s’effondrer.  0,5 % sur tous les revenus 

Si le taux de prélèvement de la CRDS, de 0,5%, n’a pas évolué depuis sa création, cette contribution a la particularité de concerner tous les revenus : activité, patrimoine, capital, retraite, mais aussi allocations chômage, prestations familiales, aides au logement, ou encore vente de métaux précieux et d’objets d’art. Elle n’est en outre pas déductible de l’impôt sur le revenu.  

La CRDS rapporte 6,8 milliards d’euros par an (chiffre de 2016) pour éponger le fameux trou de la sécurité sociale. Le déficit de la « sécu » a été lourdement creusé par la crise du coronavirus.  « Du jamais vu », avait estimé dès la fin du mois d’avril Gérald Darmanin devant le Sénat.

Le ministre de l’Action et des comptes publics évoquait alors un déficit à 41 milliards d’euros en 2020, contre une prévision initiale de 5,4 milliards d’euros. En 2019, le régime général et le fonds de solidarité vieillesse totalisaient un déficit de « seulement » 1,9 milliard d’euros.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :