Aller au contenu principal

Lire Pascal ORY: Qu’est ce qu’une nation ?

INTRODUCTION

Pascal ORY est né le 31 juillet 1948 à Fougères, en Ille-et-Vilaine (Bretagne), est un historien français.

Orientant ses recherches vers l’histoire sociale de la France au cours de l’époque contemporaine, via son histoire politique et son histoire culturelle, il est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris Panthéon-Sorbonne. Il a aussi enseigné à l’École des hautes études en sciences sociales (ÉHÉSS), à Sciences Po Paris  et à l’Ina Sup.

Pierre-Édouard Deldique reçoit Pascal Ory, historien, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteur de « Qu’est-ce qu’une nation ? Une histoire mondiale » chez Gallimard.


Quand « un peuple devient le Peuple », définition du concept de nation


1882, à La Sorbonne, l’historien Ernest Renan donne une conférence dans laquelle il donne sa définition de la Nation… Un texte publié par la suite qui reste tout à fait pertinent aujourd’hui au dire d’un autre historien, Pascal Ory qui signe, lui en 2020, un ouvrage intitulé « Qu’est-ce qu’une Nation, une histoire mondiale » aux éditions Gallimard.

Pour Pascal ORY « Ce n’est pas un texte chauvin, IIIe république, c’est beaucoup plus compliqué que ça. D’ailleurs, à la fin, Ernest Renan prophétise la création d’une confédération européenne. D’une certaine façon, il est donc plus optimiste que nous ».

« Tous les matins devant la glace, on se réinterroge : est-ce que je me sens encore Français, Ouzbek ou Kurde… »

Optimiste et visionnaire donc, Renan appelait à réinterroger chaque jour l’idée de Nation, comme le raconte Pascal Ory : « Tous les matins devant la glace, on se réinterroge : est-ce que je me sens encore Français, Ouzbek ou Kurde… » car si elle est née en France au XVIIIe siècle, le 17 juin 1789 plus précisément, jour de l’auto proclamation de la création de l’Assemblée Nationale, c’est une idée mondiale.

Pour Pascal Ory en effet « rien n’est plus mondial que le national », si l’idée de Nation a évolué au cours des siècles, avec la montée de populisme, la question du nationalisme, et l’ébranlement de l’union suscité par la pandémie mondiale de covid-19, la quasi-totalité des états mondiaux peuvent se définir et se ressentir comme des Nations, à l’exception de « deux ou trois pays seulement qui restent des dynasties, comme l’Arabie saoudite ».

Alors après avoir donné la définition de Nation, une « expérience de vie en commun, plus ou moins satisfaisante » et en quoi diffère-t-elle de celle de Nation française ?

Pour Pascal Ory, la définition de la Nation française tient en quelques mots, en six mots plus exactement : la Nation française c’est « un peuple, avec un petit p, qui devient le Peuple, avec un grand P 

Nous vous proposons, pour compléter notre BILLET, les extraits de deux émissions de France Culture, de novembre et décembre 2020 avec pascal ORY

EXTRAITS DE L’ÉMISSION de novembre

Qu’est-ce qu’une nation ?

La formulation de la question est simple. Immédiatement, nous viennent en tête des mots tels que « peuple », « pays », « sentiment national », « histoire commune », « territoire », « patrimoine culturel ». La réponse s’annonce donc plurielle et plus complexe que l’interrogation !


En 1792, Jean-François Lambert, fait paraître Qu’est-ce qu’une nation, un corps politique, un État ? Terrible question que celle de la nation, dans le contexte de la révolution française. Pensionné par Louis XVI, Jean-François Lambert se cache en province sous la Terreur. Disons que le mouvement que prend la révolution ne lui convient pas. D’ailleurs, la même année, 1792, il fait paraître : On vous a cruellement trompés, Français !

90 ans plus tard, en 1882, la question se pose  de nouveau: Qu’est-ce qu’une nation ? titre d’une célèbre conférence d’Ernest Renan prononcée à la Sorbonne. Selon l’historien et philosophe, elle est un « plébiscite de tous les jours ».

En 2020, Pascal Ory, historien de renom et peut-être de Renan, se pose lui aussi la question : Qu’est-ce qu’une nation ? titre de son livre publié avec pour sous-titre : Une histoire mondiale.
La question mérite d’être posée et reposée, à tête reposée, car déjà le contexte change. Ensuite, parce qu’elle est passionnante. Enfin, parce que dans la réponse il y a un peu de notre avenir. (Xavier Mauduit)

“Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis.” Le 11 mars 1882, lors d’une conférence à la Sorbonne, c’est par ces mots qu’Ernest Renan tentait de donner une réponse à la question : “Qu’est-ce qu’une nation ?” Plus d’un siècle plus tard, l’historien Pascal Ory pose de nouveau cette question. Il y répond en proposant une perspective mondiale. De la Révolution d’Octobre à la pandémie de Covid-19, comment définir la nation ? L’international est-il l’opposé de la nation ? À l’ère des populismes et des fractures nationales, quel est l’avenir du concept de nation ?

Plus d’un siècle plus tard, l’historien Pascal Ory pose de nouveau cette question mais y répond en proposant une perspective mondiale. De la Révolution d’Octobre à la pandémie de Covid-19, comment définir la nation ? L’international est-il l’opposé de la nation ? À l’ère des populismes et des fractures nationales, quel est l’avenir du concept de nation ?

EXTRAITS DE L’ÉMISSION de decembre

Du peuple à la Nation française : une histoire sociale en cours avec Pascal Ory

23/12/2020 France  Culture L’INVITÉ(E) DES MATINS par Guillaume Erner

En cette fin d’année 2020, la question de l’unicité de la République est revenue au centre des débats politiques à travers les débats autour de la loi confortant les principes républicains. Au-delà de cette loi, la notion de Nation est redébattue et montre qu’elle reste un sujet politique.

“La France naît de la langue et de l’Etat, les deux piliers de notre Nation.” Dans un long entretien à paraître aujourd’hui dans l’Express, le Président français Emmanuel Macron revient sur la lente construction de la nation française et le rapport qu’elle entretient à l’État.

De sa naissance en 1789 jusqu’à nos jours, la nation a façonné l’histoire française et demeure deux siècles plus tard un sujet hautement politique et d’actualité. De la loi confortant les principes républicains aux nombreuses manifestations qui ont émaillé le mandat d’Emmanuel Macron, elle demeure un thème prédominant à la fois pour les gouvernés que pour les gouvernants. Comment définir la nation ? Quel est son avenir ?  

Pour répondre à ces questions ce matin, Pascal Ory, professeur émérite d’histoire à la Sorbonne, auteur de Qu’est-ce qu’une nation ? Une histoire mondiale (Gallimard, 2020) est l’invité des Matins. 

Qu’est-ce que la nation ? 

Une nation c’est un peuple qui devient le Peuple. C’est la souveraineté populaire. En revanche là où gît l’identité nationale, c’est le peuple avec un petit p. Pascal Ory

 » Le nationalisme consiste à dire qu’il y a des bons et des mauvais nationaux. A partir de ce moment-là, on utilise le national dans une perspective d’exclusion. Pour le reste, il y a des éléments constitutifs de la nation qui ne sont pas la langue ou la religion mais très souvent possèdent un rapport avec ce système symbolique. »

Les expériences fondatrices au cœur du roman national 

 » Plus on va aller vers des expériences fondatrices comme aux Etats-Unis, plus nous aurons une forme de patriotisme constitutionnel. On l’a vu lors de l’élection présidentielle américaine, ce n’est pas en termes de rapport au religieux en soi. En revanche, le populisme religieux que l’on appelle le populisme évangéliste peut rentrer en compte. Mais ce n’est pas parce que vous avez une culture dominante que ça sera le clivage essentiel. » 

Le roman national est rempli de dramaturgie et fait qu’à certains moments, on constate des clivages fondamentaux. Il n’y a rien de plus mondial que le national. Vous aurez des solutions en France « à la française » et en Allemagne « à l’allemande ».

Fondamentalement, nous sommes un pays unitaire avec des institutions qui le sont toutes autant, au contraire de la Belgique ou de l’Allemagne. Il faut s’élever sur n’importe quelle question du fond apparent à la forme. L’histoire française reste unitaire et présidentielle.

Toutes ces questions que l’on se pose sont en permanence à juger sous l’angle de la culture politique du pays dont on parle. Pascal Ory

2020 : le déclin des unions pour un retour au premier plan des nations ? 

 » L’Union européenne est une union fondamentale dans une perspective mondialiste. Le XXème siècle avait été le lieu de la grande époque internationaliste qui s’appelait l’Union Soviétique. En revanche, le mondialisme est en train de nous dire que le virus est une forme de mondialisation et que l’Union européenne est une petite esquisse structure étatique supranationale.

Regardez dans quel état est l’Union Européenne cette année avec ce mauvais signal envoyé sur cette construction En Europe, j’ai par exemple été frappé que la majorité des réponses et des solutions politiques apportées à la pandémie soient nationales . »

Cultures nationales et récupérations politiques 

 » Les cultures nationales permettent de comprendre dans un pays comme la France que la notion de laïcité est si centrale dans le débat et dans l’identité nationale. Dans certaines langues étrangères, il n’y a pas de mot qualifiant cette notion. C’est une des particularités françaises que cette focalisation sur la laïcité et qui s’explique par les circonstances dans lesquelles s’instaure la modernité politique française durant de la Révolution française. »

Comme pour le nationalisme, il y a eu une récupération politique assez récente de la part de l’extrême-droite sur la notion de laïcité. Nous avons aujourd’hui une instrumentalisation de la laïcité pour des règlements de compte internes. La dimension fondamentalement laïque des institutions française demeure pour autant incontestable. 

3 réponses »

  1. Bonjour 😃
    En droit constitutionnel, la notion de nation désigne un groupement d’individus ayant des affinités tenant à des éléments communs à la fois objectifs et subjectifs qui les unissent et les distinguent des individus appartenant aux groupements des autres nations.
    Ainsi on est d’abord Français, ou Allemand, ou Belge, ou Luxembourgeois, ou Italien, ou Espagnol… avant d’être Européen.
    J’attire votre attention sur le fait que l’Union européenne n’est pas un État fédéral. Mais elle reste et demeure une organisation internationale malgré les sources normatives, notamment les actes contraignants pour les États membres.
    Cela m’amène à dire que je suis d’abord Française avant d’être Européenne. 😉😍
    De joviales pensées dominicales
    Anne BRUNET 😘

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :