Aller au contenu principal

L’ image du jour

Académie française: UN historien succède à François Weyergans

Jeudi, l’historien de 72 ans a été élu – Parmi les quatorze prétendants – au premier tour sous la coupole à la place du romancier, disparu en mai 2019.

Voir notre publication de Décembre 2020 :

Lire Pascal ORY: Qu’est ce qu’une nation ? https://metahodos.fr/2020/12/27/lire-pascal-ory-quest-ce-quune-nation/

Cette élection met donc fin à une curieuse série de malheurs arrivés à ce siège. Rappelons-les brièvement. Lorsque François Weyergans fut élu en 2009, son fauteuil était vide depuis plus de cinq ans. Son prédécesseur Alain Robbe-Grillet, élu en 2004, n’a jamais eu le temps d’y siéger, puisqu’il refusa de porter l’habit vert et mourut en 2008. Avant lui Robert Aron, qui précédait l’académicien Maurice Rheims, n’y resta guère plus longtemps. Il mourut quelques jours seulement avant sa réception en 1975.

Pascal Ory avait toutes ses chances, ne serait-ce que pour sa contribution au Dictionnaire de l’Académie, lui, si sensible à la langue. « Le dictionnaire est une source d’étymologie, il nous permet d’apprécier les sens des mots et leur orthographe », confiait-il au Figaro, alors qu’il participait à un ouvrage sur Pierre Larousse en 2017. Un an après, il remportait le Grand Prix Gobert de l’Académie, pour son recueil Peuple souverain. Tout son parcours universitaire se lit sous ce sceau de la maîtrise du français et de son écriture. Combien a-t-il rédigé et dirigé d’ouvrages ? Pas moins d’une trentaine.

La collaboration, le Front populaire, la gastronomie française, la bande dessinée, le bronzage et les attentats de 2015…

L’historien, à l’érudition savoureuse et éclectique, s’est illustré, rapporte le figaro, comme compositeur d’histoires sur l’histoire, notamment politique et culturelle dans la société contemporaine et occidentale. Ainsi dans Peuple souverain, il s’interrogea sur l’ambiguïté des extrêmes qui refusent la binarité droite-gauche ; dans Ce que dit Charlie. Treize leçons d’histoire, il analysa les bouleversements sociétaux induits par les actes terroristes. Il est également à l’origine d’une remarquable préface des Décombres (Bouquins, Robert Laffont) de l’antisémite Lucien Rebatet.

Professeur émérite à l’université de Paris I – Panthéon Sorbonne, Pascal Ory fut tour à tour attaché de recherche au CNRS, maître de conférence à Sciences Po Paris, chargé de conférences à l’EHESS. L’historien devint adjoint au maire (1995-2001) puis conseiller municipal de Chartres (où il habite), pratique aussi le journalisme – héritage de son père, ancien journaliste à Ouest-France, collaborateur de Radio France, chroniqueur pour les magazines Lire et L’Histoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :