Aller au contenu principal

LIRE : « LA RÉVOLUTION QUI N’ÉTAIT PAS ». LE NUMÉRIQUE OUVERT À TOUS, ET ARME DES PUISSANTS.

Jen Schradie | boundary 2

Le numérique ouvert à tous et arme des puissants.

Internet a été salué comme une force de nivellement qui remodèle l’activisme. Du printemps arabe et Occupy Wall Street à Black Lives Matter et #MeToo, l’activisme numérique semblait bon marché, rapide et ouvert à tous. Dans cette étude aux yeux acérés et contre-intuitifs, Jen Schradie montre comment le Web est devenu une autre arme dans l’arsenal des puissants.

Jen Schradie est sociologue et professeure assistante à l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po à Paris. Son travail a été présenté sur CNN et la BBC et dans le New Yorker, le Washington Post, Time, the Daily Beast et Buzzfeed, entre autres médias. Elle a reçu le Public Sociology Alumni Prize de l’Université de Californie à Berkeley et a réalisé six films documentaires. Elle est l’auteur de La révolution qui n’était pas: Comment l’activisme numérique favorise les conservateurs (2019).

Après avoir réalisé plusieurs films documentaire, Jen Schradie a obtenu un doctorat en sociologie délivré par l’Université de Californie et le Centre pour les nouveaux médias de Berkeley. Ses domaines de recherche couvrent plusieurs aspects sociaux des technologies d’information-communication : fracture numérique, activisme social, travailleurs du digital… Dans une optique sociologique, ses résultats de recherche contestent les visions utopiques de la démocratie digitale ou dystopiques des méfaits d’internet.

Elle constate que les structures sociales inégalitaires, les institutions bureaucratiques et l’idéologie politique sont des facteurs influant sur l’usage d’Internet. Ses recherches se situent au croisement de la stratification sociale et des inégalités, de la communication et de la technologie, des mouvements revendicatifs, de la sociologie politique. Elle poursuit actuellement une étude comparative sur le rôle du genre et de l’origine sociale dans l’économie des start-up en France et aux Etats-Unis et analyse par ailleurs les discours anti-musulmans sur les réseaux sociaux. En intégrant des méthodes qualitatives et quantitatives, des données « en » et « hors » ligne, elle met en perspective les disparités et variations de participation à la société digitale.


1.ARTICLE

La révolution qui n’était pas. Comment l’activisme numérique favorise les conservateurs

Cette étude surprenante de la mobilisation politique en ligne montre que l’argent et la sophistication organisationnelle influencent autant la politique en ligne que hors tension, et jette un doute sur le pouvoir démocratisant de l’activisme numérique.

Internet a été salué comme une force de nivellement qui remodèle l’activisme. Du printemps arabe et Occupy Wall Street à Black Lives Matter et #MeToo, l’activisme numérique semblait bon marché, rapide et ouvert à tous. Aujourd’hui, ce récit festif se trouve en concurrence avec une histoire de plus en plus sinistre alors que des plateformes comme Facebook et Twitter – autrefois les chouchous de la démocratie numérique – sont sur la défensive pour leur rôle dans la promotion des fausses informations. Alors que l’activisme des hashtags fait la une des journaux, l’activisme numérique conservateur se révèle plus efficace sur le terrain.

Dans cette étude aux yeux acérés et contre-intuitifs, Jen Schradie montre comment le Web est devenu une autre arme dans l’arsenal des puissants. Elle se concentre sur la défense des droits des travailleurs en Caroline du Nord et trouve une étude de cas aux vastes implications. Le virage à droite de la Caroline du Nord au début des années 2010 aurait dû alerter les analystes politiques du potentiel antidémocratique du Web: au milieu d’une organisation en ligne en plein essor, l’un des États les plus contestés du pays a élu le gouvernement le plus conservateur de l’histoire de la Caroline du Nord.

The Revolution That Was not identifie les raisons de ce fossé d’activisme numérique non diagnostiqué auparavant. Les grandes organisations politiques hiérarchiques dotées d’un personnel professionnel peuvent amplifier leur impact numérique, tandis que les groupes de bénévoles organisés horizontalement ont tendance à être moins efficaces pour traduire la bonne volonté en ligne en actions significatives. Non seulement la technologie ne parvient pas à uniformiser les règles du jeu, mais elle les fait pencher davantage, de sorte que seuls les acteurs les plus sophistiqués et les mieux financés peuvent rivaliser.

2.Comment l’auteur a présenté son ouvrage sur FaceboOck

juin 2020

En moins d’un mois, les gilets jaunes de France sont passés d’un exemple célèbre de la capacité de Facebook à alimenter une révolution spontanée à un récit édifiant sur la façon dont les réseaux sociaux peuvent être manipulés par des étrangers pour provoquer l’indignation et semer la dissidence. Mais dans ces deux scénarios extrêmes, les acteurs centraux se trouvent hors de France, que ce soit les plateformes basées dans la Silicon Valley ou les propagandistes présumés en Russie.

Parce que le phénomène des gilets jaunes ne pouvait pas être lié à un syndicat, un parti politique ou une autre organisation nationale en particulier, beaucoup se sont tournés vers le rôle d’Internet pour expliquer l’émergence et la diffusion du mouvement de protestation, symbolisé par les gilets de sécurité jaunes qui les militants portent. Les Français sont habitués aux manifestations qui sont programmées longtemps à l’avance. Il y a même une application appelée C’est la grève »qui annonce les grèves, que ce soit avec les chemins de fer, les écoles ou ailleurs. Il y a une manière ordonnée aux manifestations dites perturbatrices (car les manifestations sont appelées en français), mais le mouvement des gilets jaunes n’a pas suivi les règles.

Alors, qui a exactement enfreint les règles? Internet a été une réponse simple. Enfreindre les règles À bien des égards, c’est le but des gilets jaunes: ils enfreignent les règles. Non seulement ils ont contourné les organisations traditionnelles, mais ils ont accusé l’establishment parisien, en particulier le président Emmanuel Macron, d’être élitiste et déconnecté des luttes économiques des travailleurs, en particulier ceux des zones rurales. Ils ne sont pas en principe anti-fiscaux ni même anti-gouvernementaux, mais ils sont contre le type de décideurs qui ont soutenu une augmentation de la taxe sur le carburant diesel sans comprendre à quel point il a été difficile pour les habitants des campagnes de survivre – ils éprouvent des difficultés parce qu’ils doivent conduire de plus en plus loin pour obtenir de moins en moins d’emplois, avec des salaires qui ne suivent pas le coût de la vie. Et comme les institutions existantes ne répondaient pas à ces besoins quotidiens, les manifestations qui ont éclaté en novembre se sont étendues à des demandes économiques et politiques plus larges.

Mais comment ce mouvement s’est-il produit? Si ce n’étaient pas des organisations existantes, beaucoup l’ont dit, ce doit être Internet. Un exemple courant de cet argument provient des vidéos virales Facebook de Jacline Mouraud, une musicienne numérique qui vit dans le nord-ouest de la France et a très tôt encouragé les gens à protester. Le pouvoir révolutionnaire des médias sociaux est un vœu pieux Les universitaires et les journalistes ont soutenu que la technologie numérique, plutôt que les organisations, est le moteur des mouvements sociaux modernes. Il y a dix ans, les commentateurs ont qualifié le Mouvement vert iranien en 2009 de révolution Twitter »Peu de temps après, beaucoup ont suggéré qu’une révolution Facebook» avait déclenché des manifestations en Égypte. Les chercheurs ont également affirmé que l’Internet était la clé du mouvement anti-austérité de 2011 en Espagne et du mouvement américain Occupy Wall Street » Plus récemment, avec la Marche des femmes contre Trump en 2017 ou les gilets jaunes en 2018, le même argument est avancé.

En tant que sociologue qui étudie les médias sociaux, les mouvements sociaux et la classe sociale, je n’ai pas été surpris du crédit exagéré accordé à Facebook avec ces derniers mouvements. Pourtant, le soupir. Encore? Pourtant, au cours des deux dernières années, cette célébration du rôle de la technologie numérique dans la participation politique a pris une tournure sombre. Des tweets toxiques de Trump au cloaque en ligne du Brexit, le rôle de tenues d’extrême droite comme Cambridge Analytica et Facebook lui-même est apparu en fomentant des mouvements d’extrême droite. Et le ministre français des Affaires étrangères a récemment annoncé une enquête sur les fausses nouvelles et la manipulation russe des gilets jaunes.Ce qui était autrefois une armée numérique horizontale de chevaliers blancs pour sauver la situation était tout à coup une horde de robots et de hacks orchestrés par des institutions autoritaires. Pourtant, beaucoup veulent encore faire confiance à Internet au détriment des institutions.

Mais ces deux points de vue, qu’il s’agisse d’utopie numérique ou de dystopie, ne reconnaissent pas les gens sur le terrain et leurs réseaux existants, ainsi que le fait que les mouvements populistes qui semblent naître de nulle part ne sont pas nouveaux à l’ère numérique. Juste un outil Sans aucun doute, la diffusion de l’information en période de bouleversement est certainement plus rapide avec Internet. Et les gilets jaunes ne font pas exception. Mais appelons-nous la Révolution française un mouvement de lettres? Le mouvement des droits civiques américain, une révolution miméographique? Internet est un outil de communication. Efficace, mais c’est toujours un outil. Chaque mouvement radical a eu ses outils de communication, comme la radio avec la Résistance française, mais ces messages codés des années 40 avaient besoin d’un réseau sur le terrain pour les comprendre et répondre. De nombreuses manifestations des gilets jaunes dans les cercles de circulation (points ronds, comme on les appelle en France) ont été organisées par des personnes qui étaient déjà connectées sur Facebook via d’autres liens ou qui travaillent et vivent ensemble dans les mêmes petites villes. Le mimeograph, Film Archives NYC, 2014. Les mouvements populistes comme les gilets jaunes ont souvent des pics de protestation initiale sans nécessairement avoir des organisations formelles qui relient les gens entre eux, ou ce que les savants aiment appeler des liens faibles » Pourtant, les institutions et les réseaux existants, depuis les connexions établies par le mouvement français Nuit debout jusqu’aux syndicats traditionnels d’enseignants et de travailleurs des transports, ont été inspirés pour diffuser les nouvelles des gilets jaunes pendant la période d’émergence de ce mouvement.

Et le mot inspiré »est le mot clé ici, car le mouvement des gilets jaunes a motivé ces organisations non seulement à participer aux manifestations, mais à prendre des positions plus audacieuses sur leurs propres problèmes, tels que les grèves des enseignants et les occupations scolaires actuelles au lycée. réformes. Et ce qui est souvent oublié, c’est le rôle encore essentiel que jouent les médias traditionnels traditionnels dans la diffusion d’informations, comme le journal français conservateur Le Figaro, qui couvre depuis le début la couverture médiatique des manifestations. Et le journal télévisé français a diffusé en continu des images et des analyses des manifestations. Derrière les hashtags, il y a les liens communautaires et les inégalités structurelles Mais comment le mouvement des gilets jaunes peut-il se maintenir? D’après l’analyse et la recherche présentées dans mon prochain livre, La révolution qui n’était pas: comment l’activisme numérique favorise les conservateurs (Harvard University Press), j’ai constaté qu’avec le temps, les mouvements qui ont des ressources et des infrastructures sont plus susceptibles d’exploiter le pouvoir du Internet et les conservateurs ont tendance à avoir un avantage à cet égard. À long terme, il faut du temps et de l’expertise pour maintenir la participation en ligne des mouvements sociaux. Les groupes hiérarchiques et non horizontaux sont plus susceptibles de pouvoir le faire. Simplement, plus, pas moins, l’organisation est nécessaire pour que l’activisme numérique perdure dans un mouvement.

Pourtant, je ne dis pas que les gilets jaunes ont été déclenchés par une bureaucratie organisationnelle conservatrice. Bien au contraire. C’est un mouvement populaire organique qui veut que le gouvernement soit davantage, et non moins, impliqué dans l’amélioration de la vie de la classe ouvrière. Pourtant, nous pouvons déjà voir comment des institutions, comme le mouvement de gauche La France Insoumise de Jean-Luc Melenchon, ont tenté de combler le vide de ce soi-disant mouvement sans leader. En l’absence d’une organisation de base solide, d’autres prendront le relais, y compris des campagnes numériques de désinformation orchestrées. Mais la propagande n’est pas nouvelle pour les mouvements politiques. Le problème avec le balancement du pendule de Hourra, Internet se connecte! » à Boo, Internet trompe!  » est qu’aucune des explications de la protestation ne prend en compte les liens communautaires avant le début des manifestations, mais surtout, la crise structurelle plus large qui a réuni les gens en premier lieu. Il s’agit d’un mouvement lié au pouvoir et aux différences économiques – pas seulement des personnes qui ressentent une crise financière à la fin du mois, mais qui observent également l’inégalité croissante entre les élites et la classe ouvrière dans toute la France. Et ils ne passent pas un temps précieux aux manifestations ou risquent d’être arrêtés parce qu’ils sont dupes des fausses nouvelles. Ils sont ancrés dans un contexte sociétal qui motive leur participation. Lorsque j’ai déménagé pour la première fois en France en 2014 après avoir étudié les mouvements populistes aux États-Unis – d’Occupy Wall Street au Tea Party – j’étais curieux de savoir pourquoi il n’y avait pas eu un fort mouvement populiste de gauche en France comme en Espagne, aux États-Unis. ou une grande partie du monde occidental en 2011. J’ai vite commencé à comprendre qu’en dépit de l’émergence de mouvements comme Nuit debout et d’autres manifestations contre la Loi du travail »(une loi qui a assoupli les protections des travailleurs), le système social français a pu traverser la tempête de la récession économique qui a frappé d’autres pays.

Ainsi, même si l’activisme numérique était bel et bien vivant en 2011, un fort mouvement contre les politiques néolibérales n’était pas encore apparu. En termes simples, un mouvement populaire stimule l’utilisation d’Internet. Pas l’inverse. Navigation après Amfortas le hippie J’aime l’utilisation d’émergence « et organique ». Je trouve insultant d’entendre à maintes reprises que si je suis dissident, cela doit être dû à l’influence de la droite ou de la Russie »… comme si je n’avais pas d’agence, ou la capacité de voir ce qui était devant mes yeux et d’avoir des pensées indépendantes à ce sujet. que cela vient plus souvent de la gauche d’autrefois »(dems) montre à quel point ils sont devenus banals et vides. pendant longtemps, c’était de la droite … « Le marxisme culturel » et l’école de Francfort ont été blâmés pour avoir sapé sinistrement la pensée droite (l’orthodoxie) … pourtant quand j’ai essayé d’aller à la source … pour lire réellement Walter Benjamin ou Adorno … je pouvais ne trouve rien de même proche de ce que redoutaient les cinglés de Righty à bout de souffle. … Et aucune substance aux prétentions du marxisme culturel «contaminant nos précieux fluides corporels»… et ici aujourd’hui, c’est pareil: les Mandarins du Grand Centre regardent autour de nous… »quoi? les petites gens ne sont pas satisfaits?… ce doivent être ces satanés Russes! ». encore une fois, c’est insultant. pas moins pour que j’entende l’argument de beaucoup de petites gens », eux-mêmes. Carey Merci pour ce commentaire. Mon expérience a été similaire, et quelque chose que j’ai remarqué depuis un certain temps est maintenant je peux au moins parler aux républicains, tandis que ceux qui identifier en tant que Dems ces jours-ci, allez tout simplement ad hominem si je pars de leur les orthodoxies, qu’ils considèrent apparemment comme une vérité évidente. JEHR Pour moi, la gauche et la droite perdent de leur pertinence car elles ne sont pas assez précises.

Ce qu’il faut, ce sont au moins cinq politiques qui décrivent les positions politiques afin que les gens sachent exactement ce qui est décrit. Je préfère démocrate-socialiste ou social-démocrate pour décrire une façon de penser la politique et mes cinq politiques seraient 1) des soins de santé universels, une sécurité sociale gratuite et d’excellents régimes de retraite publics et privés; 2) éducation publique gratuite; 3) avoir des représentants élus qui sont vraiment représentatifs du peuple et pas seulement des individus riches ou des politiciens professionnels ou des lobbyistes; 4) mettre fin aux inégalités en soutenant les syndicats des secteurs privé et public et en taxant pour aider à redistribuer l’argent et en éliminant les dettes des étudiants et celles fraudées par les banquiers; et 5) la mise en place d’institutions publiques, y compris une garantie d’emploi, qui serviraient le bien-être de la population et pas seulement un segment de la population (les banques servent désormais plus les bénéfices des banquiers que la production ou les services des travailleurs). Une autre politique consisterait à adopter une loi qui sépare les opérations de banque d’investissement des opérations de dépôt et une loi visant à démanteler les banques TBTF ou autres monopoles. Ces politiques seraient le début d’une véritable démocratie qui ne doit pas être qualifiée de gauche ou de droite, mais de justice »pour tous. jonboinAR Synoia Je trouve insultant d’entendre à plusieurs reprises que si je suis dissident, ce doit être à cause de l’influence de la droite ou de la Russie » C’est un reflet, un déni, par les dirigeants de ce n’est pas ma faute.  » C’est, cependant, le problème des dirigeants, car en étant dirigeants, ils sont propriétaires des problèmes. Toute solution affecte potentiellement les règles contributions et contributeurs, et met l’accent sur la corruption d’une démocratie par l’argent. Attendre de nos dirigeants actuels qu’ils embrassent des élections financées par des fonds publics est l’équivalent politique des porcs peuvent voler », avec toutes ses connotations cyniques. Ignacio DJG David Cela semble une analyse fondamentalement juste.

Caché au milieu de celui-ci est un point fondamental sur la différence entre les communautés réelles et artificielles. Dans l’ensemble, les GJ proviennent de véritables communautés organiques, qui risquent d’être détruites par la politique libérale et l’économie néolibérale. Cela signifie qu’ils se connaissent souvent personnellement et n’ont pas besoin de médias sociaux pour les connecter. La raison pour laquelle les GJ sont essentiellement un phénomène provincial est que dans les villes, ces communautés organiques ont été effectivement détruites, avec l’expulsion de la classe ouvrière traditionnelle dans les banlieues pour faire place à des professionnels urbains. Les nouveaux occupants des villes n’ont rien en commun les uns avec les autres et aucun sens de la communauté (à Paris, vous pouvez vivre à côté de quelqu’un pendant cinq ans sans jamais socialiser). Les communautés organiques doivent de toute façon s’auto-organiser, en l’absence de services de l’État, et nécessitent souvent un degré élevé de coopération mutuelle, parfois renforcée par l’Église, ou ce qui reste des partis politiques. Donc, si vous vivez dans une ville avec un employeur important et que cet employeur décide de fermer son usine et de déplacer sa production en Pologne, vous avez déjà les liens sociaux, l’identité et le but commun de protester. Vous n’avez pas besoin de Facebook. À l’inverse, si ce qui vous anime vraiment, c’est une campagne pour faire crucifier publiquement Donald Trump, ou pour exiger des toilettes unisexes spéciales pour les transsexuels handicapés, alors vous n’avez pas de communauté naturelle, et vous ne pouvez en trouver qu’une en allant sur les réseaux sociaux et en la créant.

Dans ce dernier type de cas, où le but commun est généralement lié à la haine ou au grief d’une sorte, la radicalisation est plus facile et plus efficace que lorsque vous avez affaire à des préoccupations réelles et tangibles, comme le fait de ne pas avoir d’emploi ou de ne pas avoir assez à manger. Les médias sociaux ont certes été utilisés pour coordonner les manifestations nationales et régionales des GJ, mais ce n’est pas la cause des manifestations, ni un moyen de les manipuler. Les médias sont tellement habitués à faire des reportages sur les protestations »des groupes d’identité qui réclament ceci ou cela, qu’il a du mal à comprendre comment les communautés peuvent réellement protester ensemble, avec des groupes (hommes et femmes, personnes de différentes couleurs et ethnies, certains nés en La France et certains non) qui, selon l’idéologie libérale, devraient être des ennemis acharnés. Soit tout ne se passe pas (difficile à maintenir), soit les Russes sont en quelque sorte derrière. Perit l’idée que les gens devraient encore protester collectivement contre les menaces dépassées comme la pauvreté et l’insécurité. Carey Tout bien dit, un résultat étant que la résilience et la durabilité sont intégrées dans des choses comme les manifestations du GJ. Je suppose que vous avez dit cela, cependant… me donne un peu d’espoir. flore Cela vaut la peine d’être répété plusieurs fois. Merci. et: Les nouveaux occupants des villes n’ont rien de commun et aucun sens de la communauté les rend d’autant plus soumis à des directions à distance par des entités inconnues pour leur attitude et leur confiance dans leur monde. flore Une grande partie des médias sociaux semble parfaite pour l’anonymat atomisé de la vie urbaine: « Je suis sur les réseaux sociaux, donc je le suis. » Ce n’est pas un snark.

C’est un commentaire sur la façon dont déconnectés de leur vie et de leur histoire réelles et entières, il y a tant de facteurs ascendants qui vivent récemment dans les villes. Singe Oregoncharles Et ce qui est souvent oublié, c’est le rôle encore essentiel que jouent les médias traditionnels traditionnels dans la diffusion d’informations, comme le journal français conservateur Le Figaro, qui couvre depuis le début la couverture médiatique des manifestations. Et le journal télévisé français a diffusé en continu des images et des analyses des manifestations. » Intéressant. Je ne pense pas que cela se produirait ici – bien que bloquer les Champs-Élysées soit un peu difficile à ignorer, un exemple de tactique efficace. Pour autant que je sois arrivé, je ne vois aucune mention de la nature horizontale – sans leader – du mouvement. Je ne suis pas convaincu que ce serait possible sans Internet, ou sans médias sociaux. Il est mis en réseau au lieu d’être organisé.

Jusqu’à présent, le gouvernement français n’a pas essayé de fermer sa communication, et à ce stade, il est probablement trop tard; ils ont eu le temps de créer des canaux alternatifs. Ils ont également eu beaucoup de succès, ce qui amène plus de gens. VietnamVet mrtmbrnmn Dave D’Rave Voici l’affaire: -Les dirigeants peuvent être tués. -Les dirigeants peuvent être soudoyés. -Les dirigeants peuvent être victimes de chantage. -Les dirigeants peuvent être arrêtés. -Les dirigeants peuvent être extradés vers un pays étranger pour agression sexuelle ».

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :