Aller au contenu principal

AFFAIRE MILA : ELISABETH BADINTER EN COLÈRE

AFFAIRE MILA : ELISABETH BADINTER FUSTIGE LES FÉMINISTES QUI NE PRENNENT PAS SA DÉFENSE

A 76 ans, Elisabeth Badinter a toujours gardé sa liberté de parole et de penser. Invitée de l’émission « C à Vous » ce mardi 24 novembre, elle s’est insurgée du sort réservée à la jeune Mila. L’écrivaine et philosophe qui sort un nouveau livre intitulé « Les Conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants » paru chez Flammarion a défendu l’adolescente contre les islamistes. Pour elle, il est inconcevable que pas plus de monde ait pris sa défense.

Elle s’en prend aux féministes en particulier. « Elle serait peut-être moins le symbole de notre impuissance si elle était énergiquement défendue », a commencé Elisabeth Badinter. « Et en particulier par les féministes », a-t-elle poursuivi. « Je les trouve bien silencieuses dans cette affaire mises à part une ou deux associations que je connais », a-t-elle jugé. « Je trouve cela lamentable », a tranché la philosophe.

Dans une story Instagram, un format vidéo éphémère qui dure 24 heures, l’adolescente de 16 ans avait vivement critiqué l’islam. Ses propos lui avaient valu de recevoir de nombreuses menaces de mort ou de viol. La ministre Marlène Schiappa avait pris sa défense sur le plateau de « Balance ton post ».

« Je défends la laïcité, je défends le droit de critiquer les religions, il n’y a pas de blasphème en France », avait-t-elle rappelé. Cyril Hanouna, de son côté, avait critiqué la prise de position de la jeune fille. L’affaire s’était calmée avant de revenir sous les feux de la rampe après la décapitation de Samuel Paty. Mila avait à nouveau été menacée. Elle vit depuis le début de l’affaire sous protection policière et a dû être déscolarisée.

1 réponse »

  1. Bonjour, Thierry,C’est bien là une conséquence particulière de la postmodernité tout à fait néolibérale. On a fait des citoyens responsables du collectifs, des consommateurs égocentrés. La perte des solidarités, qui renaissent avec le mouvement alternant culturel, et l’individualisme consumériste laisse des traces dans les corps sociaux. Ainsi, nombre d’associations ne sont plus que des rassemblements émotionnels de confort. Pour nombre de participants, Black Matter est plus une cause dont il faut être que le combat pour une raison légitime. Il s’agit de hurler avec les loups. Alors l’emballement commence et c’est çà qui est jouissif… Rien d’étonnant qu’une cause logique qui ne fait pas « jouir » ne soit pas prise en compte et ne fasse pas question. C’est aussi une conséquence de l’omniprésence du néolibéralisme jusque dans nos comportement privés. Surtout, que les ex-citoyens ne se mêlent pas de gouvernance, d’orientation ni de causes… mais consomment allègrement. C’est ça le monde postmoderne qui s’achève et s’achèvera dans les soulèvements radicaux, comme le pressent Michel Maffesoli.Bien amicalementJean-Marc

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :