Aller au contenu principal

« BONNES FEUILLES ET GROS SOUS » À PROPOS DE : JULIA CAGÉ ET BENOÎT HUET. ( ET CRISE À EUROPE 1 )


LES MÉDIAS PRESSE ET LES MÉDIAS SOCIAUX, ACTEURS ESSENTIELS DE LA DÉMOCRATIE

Metahodos traite régulièrement de la situation des médias et de leur rôle majeur dans la vie publique, pour analyser ou pas les réalités, enquêter sur la vie publique ou seulement donner l’écho aux éléments de langage ou fuites, alimenter le débat des idées ou procéder par clichés ou partis pris courtermistes…

La crise démocratique – et le récent triple échec sur :

  • les pronostics relatifs aux résultats des élections territoriales ;
  • les rapports de forces annoncés ;
  • le taux d’abstention;

doivent nous conduire à rappeler le rôle majeur que les médias, qu’ils soient de presse ou sociaux, doivent jouer en démocratie pour contribuer – en responsabilité – à faire vivre le débat et à éclairer le citoyen et les parties prenantes.

Les journalistes, les rédactions, les directions, les propriétaires, les autorités politiques, les régulateurs, les lecteurs et citoyens également partagent cette responsabilité.

VOIR EN ANNEXE LES ARTICLES QUE NOUS AVONS PUBLIÉS AU SUJET DES MÉDIAS ET DE L’INFORMATION

QUE SE PASSE T IL À EUROPE 1 ?

Depuis le vendredi 18 juin, les salariés de « Europe 1 » sont en grève. Depuis plusieurs années, Europe 1, propriété d’Arnaud Lagardère, voit son audience décliner; Mais les vraies préoccupations des salariés sont d’ordre éditorial.

Dès septembre 2020 des rumeurs d’un rapprochement entre CNews, une chaîne de télévision « fortement ancrée à droite, voire parfois à l’extrême droite » et Europe 1 se répandaient. Le conflit éclate lorsque Louis de Raguenel, un ancien de Valeurs actuelles, média placé très à droite sur l’échiquier politique, est nommé chef du service politique d’Europe 1, puis après une crise interne, nommé adjoint.

Les salariés d’Europe 1  craignent, au-delà des suppressions de postes que cette synergie ourrait permettre, de devenir un « média d’opinion », comme l’est CNews, expliquent la société des rédacteurs et l’intersyndicale dans une tribune dans le journal Le Monde daté du 17 juin 2021.

L’inquiétude est alimentée par le non renouvellement d’ émissions comme celles de Pascale Clark ou d’Anne Roumanoff. Les réactions sur les medias sociaux s’accumulent. « Voilà ce que devient Europe 1 », tacle, par exemple, l’humoriste Christine Berrou en publiant un échange dans lequel on lui demande de retirer une allusion à Eric Zemmour, l’éditorialiste vedette de CNews. Elle démissionne dans la foulée.

Un nouvel événement amplifie la crise: une procédure disciplinaire est ouverte à l’encontre du journaliste Victor Dhollande. La grève est déclarée le vendredi 18 juin 2021. « Les journalistes veulent montrer au grand jour ce qui se passe, pour ne pas finir comme I-Télé, avec des têtes coupées​ », indique le journaliste d’Europe 1 interrogé par Ouest-France.

Deux jours après le début de la grève, Arnaud Lagardère, qui détient Europe 1, publie dans le Figaro la grille des programmes de septembre 2021. Plusieurs figures de CNews remplacent des voix de la radio. Louis de Raguenel devient chef du service politique.

« Vincent Bolloré est un atout, pas une menace », estime pour sa part Arnaud Lagardère au Figaro, répondant directement aux salariés : « Europe 1 ne deviendra pas une radio d’opinion ».Mais la réponse est loin de satisfaire les journalistes d’Europe 1, qui décident de prolonger leur grève jusqu’au mercredi 23 juin. D’autant que les mots de leur patron pourraient peser peu après la transformation juridique du groupe Lagardère. À la fin du mois de juin, ce dernier perd son droit de veto sur les décisions stratégiques du groupe, au profit de… Vincent Bolloré.

De Quatre-vingts à Soixante-dix-huit salariés ont demandé à partir

« Le management autoritaire et violent » est également reproché mais la résignation l’emporte à Europe 1. Près de quatre-vingts salariés ont demandé à partir dans le cadre de la Rupture conventionnelle collective. Les synergies, qui se multiplient avec la chaîne CNews, contrôlée par Vincent Bolloré, leur font craindre une évolution vers un média du type de FoxNews.

Partent notamment le matinalier Mathieu Belliard, les humoristes Anne Roumanoff et Bertrand Chameroy, les journalistes Patrick Cohen, Pascale Clark, Wendy Bouchard, Jimmy Mohamed, Émilie Mazoyer ou encore Sophie Larmoyer, qui pilotait depuis quinze ans les « Carnets du monde ». Par ailleurs, des figures de CNews ou Canal + comme Laurence Ferrari (pour une émission commune), Dimitri Pavlenko (à la matinale), Romain Desarbres, Thomas Lequertier, Laurie Cholewa ou Mouloud Achour, sont annoncées par voie de presse.

Soixante-dix-huit salariés, selon les syndicats, auraient demandé à partir dans le cadre de la Rupture conventionnelle collective (RCC), qui était ouverte jusqu’au 6 juillet pour 39 à 48 postes, dont 17 journalistes (sur 330 salariés, dont 120 journalistes). Alors qu’une seconde vague de départs, à la demande des élus, est prévue à la rentrée.

Cinq jours de grève, puis un rassemblement fin juin avec d’anciennes voix de la station… ont été l’occasion de rappeler l’enjeu, à leurs yeux, de « l’emprise croissante de Vincent Bolloré dans les médias ».

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a adressé un courrier à Lagardère News pour lui rappeler l’obligation d’obtenir un agrément « en cas de modification du contrôle direct ou indirect », et qu’une autorisation d’émission peut lui être retirée en cas de « modification substantielle » dans l’actionnariat. Le gendarme de l’audiovisuel attend des clarifications. Au-delà de cet aspect juridique, il ne peut intervenir dans la ligne éditoriale d’un média.

9 PERSONNES SEULEMENT POSSÈDENT 90% DES MÉDIAS

Camille Moisan est doctorante en droit public à l’Université Paris II Panthéon-Assas. Elle rédige sa thèse sur le principe de démocratie dans l’ordre juridique allemand.

Elle a écrit le présent article a propos de l’ouvrage « L’information est un bien public ». Les auteurs – Julia Cagé, économiste, et Benoît Huet, juriste – réunissent leurs expertises respectives afin d’alerter sur l’état actuel de la propriété de ces moyens d’information : « année après année, […] dix personnes, puis seulement neuf, possèdent 90% des médias »

Voir un des articles publiés par Metahodos: Médias Presse: Comment démocratiser l’information? Julia Cagé.

ARTICLE

BONNES FEUILLES ET GROS SOUS. À PROPOS DE  : JULIA CAGÉ ET BENOÎT HUET, 

L’INFORMATION EST UN BIEN PUBLIC. REFONDER LA PROPRIÉTÉ DES MÉDIAS.

par Camille Moisan , le 21 juin LA VIE DES IDEES

Qui détient les grands médias audiovisuels et de presse en France ? Avec quel impact pour le pluralisme et l’indépendance de l’information ? Une économiste et un juriste posent un diagnostic sombre et dessinent les principes qui permettraient de mieux protéger ce bien public.

Julia Cagé, économiste, et Benoît Huet, juriste, sont tous deux familiers des questions relatives aux médias. Dans L’information est un bien public, ils réunissent leurs expertises respectives afin d’alerter sur l’état actuel de la propriété de ces moyens d’information : « année après année, […] dix personnes, puis seulement neuf, possèdent 90% des médias » (p. 12). Cette concentration entre les mains de quelques riches actionnaires s’opère, selon les deux auteurs, au détriment de l’indépendance et du pluralisme des médias, conditions pourtant essentielles de la démocratie.

Développant une approche historique, économique et juridique et s’appuyant sur des exemples issus de l’étranger – États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Suisse, Irlande et Mexique – les deux auteurs ne se contentent pas de brosser un tableau sombre du système français de propriété des médias. Ils défendent aussi, et c’est là probablement l’apport le plus intéressant de leur ouvrage, un projet détaillé destiné à « démocratiser la gouvernance des médias et leur actionnariat » (p. 12).

La propriété des médias : état des lieux

En France, il résulte de la liberté d’entreprendre une grande variété des formes et des modes d’administration des médias (p. 67). Ces derniers peuvent par exemple se constituer en sociétés ou en associations, avec des statuts et règles d’administration différents. Néanmoins, l’étude approfondie de ces diverses formes par les deux auteurs révèle que, dans l’état actuel du droit français, aucune d’entre elles n’est particulièrement satisfaisante.

La forme majoritairement choisie en France pour administrer un média, que ce dernier relève de la presse écrite ou de l’audiovisuel, est la société commerciale. Cela s’explique par les avantages que cette forme juridique offre aux actionnaires. En effet, l’investissement dans le média s’accompagne, pour l’actionnaire, de droits pécuniaires ainsi que de droits décisionnels proportionnels à l’investissement. La forme « société commerciale » représente toutefois une menace pour l’autonomie des rédactions. La mission d’information des journalistes entre en effet en tension avec l’intérêt financier de l’actionnaire, lequel est susceptible de provoquer une forme « de censure ou d’autocensure des rédactions » (p. 72). Par exemple, les auteurs soulignent la subjectivité de la couverture, par le journal Le Figaro, des affaires de la famille Dassault, principal actionnaire du média.

Quant aux formes plus « désintéressées » d’administration des médias, telles que l’association ou la société coopérative, si elles permettent de limiter « les risques d’ingérence actionnariale propres à la société commerciale » (p. 95), elles font face à la difficulté majeure de leur financement. L’absence de contrepartie séduit peu les donateurs ou les investisseurs.

Forts ce constat, les deux auteurs étudient les mécanismes susceptibles de protéger l’indépendance et le pluralisme des médias quand ceux-ci prennent la forme plébiscitée de la société commerciale. Deux mécanismes retiennent notamment leur attention : la sanctuarisation du capital des médias, d’une part, les règles garantissant le pluralisme, d’autre part. La sanctuarisation du capital des médias s’opère par le transfert du capital à un organisme à but non lucratif, tel qu’une association, une fondation ou un fonds de dotation. Si l’idée paraît séduisante, les auteurs montrent que ces outils sont en réalité insuffisamment protecteurs. Même le fonds de dotation, qui semble pourtant avoir la faveur des auteurs, présente des limites certaines. En effet, « selon la façon dont ses statuts sont rédigés, le fonds de dotation peut devenir soit le gardien de l’indépendance d’un média, soit au contraire l’instrument de sa sujétion » (p. 137). Ainsi, si dans le cas de Mediapart, les statuts du fonds « [offrent] de solides garanties d’indépendance pour le journal » (p. 138) à l’inverse, le fonds de dotation qui détient Libération a été conçu de manière à garantir un fort pouvoir de décision à SFR, unique entreprise fondatrice de ce fonds.

L’analyse des mesures destinées à garantir le pluralisme des médias, qu’il s’agisse des règles anti-concentration ou des aides publiques à la presse, permet d’aboutir au même constat : les instruments juridiques actuellement disponibles ne sont pas satisfaisants. Par exemple, les règles limitant la concentration des médias ont un champ d’application particulièrement restreint. Ces règles interdisent simplement à une personne de contrôler plus de 30% de la diffusion d’une publication quotidienne sur le territoire national. Elles ne concernent donc ni les publications hebdomadaires ou mensuelles, ni la presse locale, ni les groupes de sociétés.

La proposition d’un idéal-type

Heureusement pour le lecteur-citoyen, le dernier chapitre de l’ouvrage apporte un souffle nouveau et plus optimiste. Parce que « l’information est un bien public » (p. 186), Julia Cagé et Benoît Huet proposent d’instaurer de nouvelles règles destinées à « protéger la liberté d’informer et l’indépendance des journalistes » (p. 186) et à sortir de l’écueil que constitue l’actuelle situation des médias. Leur proposition de « loi de démocratisation de l’information » (p. 195) s’articule autour de quatre principes fondamentaux et vise non seulement les médias eux-mêmes, mais aussi les structures qui les possèdent. Les auteurs suggèrent de suspendre l’obtention d’une fréquence (pour les médias audiovisuels) ou des principales subventions publiques (pour les entreprises de presse) au respect de ces quatre principes, afin d’en garantir l’efficacité (p. 219). Autrement dit, le respect de ces principes constituerait une condition sine qua non d’existence des médias.

Selon le premier principe, la gouvernance des médias doit impliquer « pleinement les journalistes et les salariés » (p. 196). Ces derniers doivent représenter au moins la moitié des membres des organes de gouvernance du média, mais aussi des éventuels fonds de dotation ou fondations qui les possèdent. L’objectif est de leur garantir un véritable droit de regard sur l’administration du média.

Deuxièmement, les deux auteurs sont favorables à une généralisation du droit d’agrément. Ce droit, qui permet de soumettre le transfert d’actions de l’entreprise à l’accord préalable du conseil d’administration, ne s’applique actuellement qu’aux entreprises de presse. Cumulée avec le premier principe, la généralisation du droit d’agrément permettrait de renforcer l’influence des journalistes et salariés sur les transferts de titres, dans la mesure où le conseil d’administration serait composé, au moins pour moitié, de journalistes et de salariés.

Le troisième principe prévoit une transparence accrue de la gouvernance et de l’actionnariat. L’objectif est ici de renforcer la confiance des lecteurs dans les médias en mettant en lumière les potentiels conflits d’intérêts (p. 210). L’exemple du journal Le Monde est particulièrement significatif. La Société éditrice est détenue à 75% par Le Monde libre, détenu à 36,7% par NJJ Presse, détenue par NJJ Médias, détenue par NJJ Strategy, détenue par NJJ Holding, derrière laquelle on trouve Xavier Niel. Or, ce dernier est aussi le dirigeant de la société Free. Si cette activité de Xavier Niel est aujourd’hui connue par la majeure partie des lecteurs du Monde, ce n’est qu’en raison de la charte de déontologie du journal. Aucune règle de portée générale n’impose la publication de cette information. Par conséquent, les auteurs préconisent que tout média soit obligé de « porter, de façon visible et facilement accessible, à la connaissance de l’ensemble des citoyens toutes les informations relatives à l’identité des membres de ses organes dirigeants, et à la composition de son capital » (p. 209).

En dernier lieu, Julia Cagé et Benoît Huet préconisent d’augmenter les moyens humains et financiers des rédactions en imposant un nombre minimum de journalistes salariés en leur sein et en mettant en réserve une partie substantielle des bénéfices. Plus précisément, il s’agirait de créer « une réserve statutaire obligatoire consacrée au maintien ou au développement de l’activité d’entreprise » (p. 216).

Ce dispositif destiné à démocratiser les médias est complété par deux mesures supplémentaires. D’abord, les auteurs proposent la création de « Bons pour l’indépendance des médias » (p. 222). Ces bons, qui ne sont pas sans rappeler les « Bons pour l’égalité démocratique » déjà proposés par Julia Cagé dans le contexte du financement des partis politiques, consisteraient en « une nouvelle forme de financement public de la presse » (p. 223) conditionnée par le respect des quatre principes précités. Chaque citoyen pourrait décider annuellement à quel média allouer une somme de 10 euros. Une limite serait toutefois imposée : aucun média ne pourrait bénéficier de plus de 1% des bons. Ainsi, le pluralisme des médias serait aussi garanti.

Par surcroît, les deux auteurs proposent la création d’un fonds de pérennité pour les médias, version améliorée des modes actuels de sanctuarisation du capital. Les avantages de cette construction seraient multiples pour l’indépendance des rédactions : possibilité de soutenir financièrement le média, impossibilité de revendre les titres et aucune tutelle de l’État.

Les idées sont donc nombreuses et les propositions sérieuses dans cet ouvrage. Le dernier chapitre peut être conçu, selon l’expression des auteurs eux-mêmes, comme une « boîte à outils » (p. 240) à disposition des lecteurs en vue de repenser la propriété des médias dans un système démocratique.

Redonner un rôle central au citoyen ?

L’objectif de démocratisation des médias poursuivi par les auteurs souffre peut-être, et il s’agit là de la seule nuance que nous souhaiterions apporter, d’une certaine imprécision. Le projet présenté dans le dernier chapitre de l’ouvrage semble un peu tâtonnant lorsqu’il s’agit de déterminer à qui il convient de redonner le pouvoir de décider. Ainsi lit-on à propos de la gouvernance démocratique des médias qu’en plus de la présence des journalistes et salariés dans les organes de gouvernance, « une possibilité serait d’aller plus loin en garantissant […] également une représentation des lecteurs/auditeurs/téléspectateurs » (p. 199). Les auteurs proposent de délimiter la catégorie des lecteurs à partir de celle des « abonnés ». Mais, comme ils le soulignent eux-mêmes, que faire concernant les médias gratuits ? (p. 199). Et pourquoi ne pas tenir compte du lecteur ponctuel ? Du lecteur potentiel ? Quelques pages plus loin, d’ailleurs, à propos de la transparence de la gouvernance et de l’actionnariat, les auteurs considèrent que les informations relatives à la gouvernance et à la propriété des médias doivent être accessibles « à l’ensemble des citoyens » (p. 209), englobant ainsi un cercle bien plus large. Ainsi, il reste une question à laquelle Julia Cagé et Benoît Huet ne répondent pas nettement : qui, in fine, doit se retrouver au cœur du processus de démocratisation des médias ? Les journalistes, les lecteurs, et/ou les citoyens ?

ANNEXE

Nous avons notamment publié:

LES MÉDIAS SE RAVISENT : 2022, MACRON-LE PEN, EX-FUTURS DUELLISTES ?

LA LIBERTÉ DES MÉDIAS VUE DE L’ELYSÉE : DE «L’EMPIRE LIBÉRAL» À «L’EMPIRE AUTORITAIRE» ?

LES FRANÇAIS NE CONSACRENT QUE 3% DE LEUR TEMPS SUR INTERNET À S’INFORMER. 5 MINUTES PAR JOUR.

INDÉPENDANCE DES MÉDIAS : LE DÉFI JURIDIQUE ET FINANCIER. J.CAGE

ÉTABLIR DES BONNES PRATIQUES POUR LE JOURNALISME. SOLUTION À LA DÉFIANCE ?

JUPITER COMMANDE À MERCURE… UN JOURNALISME DE RÉSILIENCE OU DE SOUMISSION ?

ETIENNE KLEIN FACE AU DÉSIR DE « CLASH » : « LA NUANCE DEMANDE UN TEMPS QUE PLUS PERSONNE N’A »

FUITES DANS LES MÉDIAS, ANNONCES DIVERSES, ÉLÉMENTS DE LANGAGE… GÉRER UNE CRISE SANS ÉTHIQUE, SANS DÉMOCRATIE, SANS EFFICIENCE ?

FUITES DANS LES MÉDIAS, ANNONCES DIVERSES, ÉLÉMENTS DE LANGAGE… GÉRER UNE CRISE SANS ÉTHIQUE, SANS DÉMOCRATIE, SANS EFFICIENCE ?

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE : 12 PAYS SEULEMENT OFFRENT UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE. LA FRANCE 34°.

AUDIENCES RADIO : MOINS 2 MILLIONS, « C’EST UNE SORTE DE KRACH »

« ÂGE D’OR, PRESSE POURRIE » ? LA PRESSE FRANÇAISE AU XIXe SIÈCLE. LE NOUVEL ORDRE MÉDIATIQUE (3).

QUI A VRAIMENT TUÉ LA PRESSE ? LE NOUVEL ORDRE MÉDIATIQUE (2).

L’INFO : CANCEL CULTURE, TYRANNIE DES MINORITÉS. LE NOUVEL ORDRE MÉDIATIQUE (1).

DESSIN DE PRESSE, MÉDIAS SOCIAUX, MÉDIAS PRESSE: LA « SERVITUDE VOLONTAIRE ».

Affaire Gorce-Le Monde : « Lorsqu’un dessin est paru, on l’assume », Éric Fottorino

Comment démocratiser l’information ?

JUPITER COMMANDE À MERCURE… UN JOURNALISME DE RÉSILIENCE OU DE SOUMISSION ?

UN FINANCEMENT DES MÉDIAS ET DES PARTIS PAR LE VOTE.

LA LIBERTÉ DES MÉDIAS VUE DE L’ELYSÉE : DE «L’EMPIRE LIBÉRAL» À «L’EMPIRE AUTORITAIRE» ?

Mise en scène totale et désespérée d’une confiscation médiatisée: « L’empoisonnement de la démocratie française ».

Les causes de l’invisibilité: Absence de médiatisation et incommunication. (partie 1)

Les Médias Sociaux menacent-ils la démocratie? Si on parlait également des Médias Presse? Les « Médias Presse et Sociaux faux frères ennemis »

La liberté d’informer, une garantie essentielle menacée?

La pratique des « éléments de langage »: verrouillage de la communication. Venin de la démocratie

Liberté de la presse en France : quel cadre légal?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :