Aller au contenu principal

DES ACTIVITÉS DE RENSEIGNEMENT SANS VRAIS CONTRE-POUVOIRS.

LA NÉCESSITÉ DE RENFORCER LE CONTRÔLE DU RENSEIGNEMENT

La nouvelle loi « cherche, selon Félix Tréguer, auteur de l’article que nous proposons, à sécuriser sur le plan juridique des capacités de surveillance toujours plus étendues – telles les « boîtes noires » scannant le trafic Internet pour détecter des URL « suspectes » (article 13), le partage de données entre services français (article 7), ou l’obligation pour les opérateurs et gestionnaires de serveurs de collaborer avec les autorités pour « pirater » les messageries chiffrées (article 10), etc. –, tout en abritant les services de renseignement de tout réel contre-pouvoir. « 

L’activité consacrée à la surveillance des mouvements sociaux – érigée en priorité depuis 2019 à la suite du mouvement des « gilets jaunes » – a plus que doublée en trois ans

« Renforcer le contrôle du renseignement devrait pourtant constituer une priorité compte tenu de sa place croissante au sein de l’État. Depuis 2015, les services de renseignement ont vu leurs effectifs augmenter de 30 %, notamment pour développer leurs capacités technologiques. Dans ce contexte, le recours aux différentes techniques de surveillance connaît lui aussi une forte croissance et porte sur des domaines toujours plus sensibles pour les libertés publiques.

« Ainsi, l’activité consacrée à la surveillance des mouvements sociaux – érigée en priorité depuis 2019 à la suite du mouvement des « gilets jaunes » – a plus que doublée en trois ans, passant de 6 % du total des mesures de surveillance en 2017 à plus de 14 % en 2020. « 

En annexe, la liste des services de renseignement.

ARTICLE

EN FRANCE, DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT SANS VRAIS CONTRE-POUVOIRS

27 juin 2021, Félix Tréguer Post-doctorant au CERI, Sciences Po – THE CONVERSATION

Huit ans après les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden, l’Assemblée nationale vient d’adopter, dans une certaine indifférence, le projet de loi relatif à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement. Le texte est désormais en cours d’examen au Sénat.

Il s’agit de la première révision d’ampleur de la loi renseignement adoptée en 2015. À l’époque, le gouvernement de Manuel Valls avait défendu ce texte en expliquant que la France était « l’une des dernières démocraties occidentales à ne pas disposer d’un cadre légal, cohérent et complet pour les activités de renseignement ».

Le rapporteur de la loi à l’Assemblée nationale, Jean‑Jacques Urvoas, soulignait à l’envi combien elle constituait « un progrès de l’État de droit ». L’affaire était entendue : les services secrets voyaient leurs missions et leurs méthodes consacrées dans la loi ; le renseignement sortait autant que possible de l’exceptionnalité qui le caractérisait pour rentrer dans le rang des politiques publiques normales.

Cette manière de présenter les choses avait le mérite de reconnaître les lacunes historiques de la France en matière de contrôle des services de renseignement. Elle tendait cependant à faire oublier un important corollaire : le fait que la loi votée légalisait a posteriori des mesures de surveillance employées depuis des années en toute illégalité, ce qui aurait dû valoir aux responsables politiques et administratifs ayant autorisé ces programmes des poursuites pénales.

Le projet de loi débattu en ce moment même au Sénat est certes bien moins ambitieux que son prédécesseur de 2015. Il relève cependant d’une même logique, bien analysée par les sociologues Laurent Bonelli, Hervé Rayner et Bernard Voutat, laquelle consiste à recourir au droit pour légitimer l’action des services et préserver leurs marges de manœuvre.

Cette nouvelle loi cherche en effet à sécuriser sur le plan juridique des capacités de surveillance toujours plus étendues – telles les « boîtes noires » scannant le trafic Internet pour détecter des URL « suspectes » (article 13), le partage de données entre services français (article 7), ou l’obligation pour les opérateurs et gestionnaires de serveurs de collaborer avec les autorités pour « pirater » les messageries chiffrées (article 10), etc. –, tout en abritant les services de renseignement de tout réel contre-pouvoir.

Renforcer le contrôle du renseignement devrait pourtant constituer une priorité compte tenu de sa place croissante au sein de l’État. Depuis 2015, les services de renseignement ont vu leurs effectifs augmenter de 30 %, notamment pour développer leurs capacités technologiques. Dans ce contexte, le recours aux différentes techniques de surveillance connaît lui aussi une forte croissance et porte sur des domaines toujours plus sensibles pour les libertés publiques. Ainsi, l’activité consacrée à la surveillance des mouvements sociaux – érigée en priorité depuis 2019 à la suite du mouvement des « gilets jaunes » – a plus que doublée en trois ans, passant de 6 % du total des mesures de surveillance en 2017 à plus de 14 % en 2020.

Les activités de surveillances des mouvements sociaux et de protection des institutions (en gris) représentaient 6 % des demandes d’actes de renseignement en 2017…. CNCTR
… contre plus de 14 % (en rose) en 2020. CNCTR

En dépit de cette montée en puissance, la quasi-totalité des propositions visant à renforcer les dispositifs de contrôle sont restées lettres mortes, qu’elles émanent de la Délégation parlementaire au renseignement (la DPR, composée de députés et de sénateurs), de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL, censée contrôler les fichiers dits « régaliens »), ou encore de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (la CNCTR, qui rend des avis sur les mesures de surveillance sollicitées par les services).

Des échanges de données hors de tout contrôle

Depuis plusieurs années, la CNCTR demande par exemple de pouvoir contrôler le partage de données entre services de renseignement français et services étrangers. En France, la question est d’autant plus pressante que les flux de données échangés entre la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et la National Security Agency (NSA) ont connu une augmentation rapide suite à la conclusion des accords SPINS, signés fin 2015 entre la France et les États-Unis pour renforcer la coopération des deux pays en matière de renseignement.

Or, la loi de 2015 proposée par le gouvernement Valls excluait explicitement tout contrôle de la CNCTR sur ces collaborations internationales, nourries par des réseaux de professionnels du renseignement jouissant d’une forte autonomie, et que le chercheur Didier Bigo a proposé d’appréhender à travers la notion de « guilde transnationale ».

Dans son rapport annuel publié en 2019, la CNCTR admettait que ce véritable trou noir dans le contrôle du renseignement présentait un risque majeur, puisqu’il pourrait permettre aux services français de recevoir de leurs homologues des données qu’ils n’auraient pas pu se procurer légalement au travers des procédures définies dans la loi française. Dans le langage feutré qui la caractérise, la commission estimait qu’« une réflexion devait être menée sur l’encadrement légal des échanges de données entre les services de renseignement français et leurs partenaires étrangers ».

Pour appuyer sa demande, la CNCTR évoquait la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). Celle-ci a encore rappelé dans son arrêt Big Brother Watch c. Royaume-Uni du 25 mai 2021 que ces échanges devaient être encadrés par le droit national et soumis au contrôle d’une autorité indépendante (§ 362). Or, à ce jour, la France est le dernier État membre de l’Union européenne à ne disposer d’aucun cadre juridique pour encadrer ces échanges internationaux. Ni le gouvernement ni les députés n’ont apparemment trouvé opportun d’y remédier.https://www.youtube.com/embed/gCWkTuwQdbw?wmode=transparent&start=0

La jurisprudence ignorée

Un autre principe essentiel dégagé par la jurisprudence européenne est le droit à l’information des personnes ayant fait l’objet d’une mesure de surveillance, dès lors qu’une telle information n’est plus susceptible d’entraver l’enquête menée à leur encontre par les services.

Dans un rapport publié en janvier 2018, la CNCTR passait en revue la jurisprudence afférente et mentionnait plusieurs exemples de législations étrangères – la loi allemande notamment – garantissant une procédure de notification des personnes surveillées et prévoyant un certain nombre d’exceptions étroitement limitées. Elle était forcée de constater que, en l’état du droit français, « les personnes surveillées ne peuvent être informées des techniques de renseignement mises en œuvre à leur encontre ». Le projet de loi élude complètement cet enjeu.

Le gouvernement a également choisi d’ignorer une autre exigence, encore rappelée par le Conseil d’État dans son arrêt du 21 avril 2021 relatif à la conservation généralisée des données de connexion. Dans cette décision qui donnait largement gain de cause au gouvernement, le Conseil d’État se fondait sur un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 6 octobre 2020 pour exiger que les avis rendus par la CNCTR sur les mesures de surveillance soient « conformes » (c’est-à-dire impératifs pour le gouvernement) et non plus simplement consultatifs. La CNIL l’a à son tour rappelé début mai dans son avis rendu sur le projet de loi. Nouvelle fin de non-recevoir du gouvernement.

Quant à la volonté conjointe de la DPR et de la CNCTR de garantir à cette dernière un droit de regard sur les fichiers du renseignement, elle se heurte à l’opposition farouche des services. Comme l’ont souligné les parlementaires de la DPR, il s’agit pourtant d’une étape cruciale du contrôle, seule capable de permettre à la CNCTR de « s’assurer qu’aucune donnée n’a été recueillie, transcrite ou extraite en méconnaissance du cadre légal, voire en l’absence d’une autorisation accordée par le Premier ministre ».

On sera par ailleurs bien en peine de trouver, dans le cadre juridique français, des dispositions encadrant d’autres activités typiques du renseignement et extrêmement sensibles du point de vue des libertés publiques. C’est le cas de la surveillance des lettres et des colis postaux, ou encore de l’infiltration de certains groupes par des agents du renseignement. Au Royaume-Uni, l’Investigatory Powers Act de 2016 couvre pourtant ces deux domaines.

De 2016 à 2020, les demandes d’actes hautement sensibles pour les libertés individuelles, comme la géolocalisation en temps réel (+246 %) ou l’accès aux données de connexion en temps réel (+346,7 %) ont explosé. CNCTR

Le loi française ne fait également aucune mention de la surveillance dite « en source ouverte », notamment sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter – une activité sur laquelle peu de choses ont fuité dans la presse mais dont on sait qu’elle a pris une importance croissante ces dix dernières années.

L’impossible transparence ?

Enfin, le texte aujourd’hui débattu au Parlement ne s’accompagne d’aucun progrès en matière de transparence des activités de renseignement. Pourtant, l’étendue du secret obère gravement la capacité des journalistes, des ONG, des chercheurs mais aussi d’autres acteurs institutionnels, comme les juges, à jouer leur rôle de contre-pouvoirs.

En dehors des quelques informations ayant filtré grâce au petit cercle de journalistes spécialisés disposant d’un accès à des sources au sein des services, et outre les rares allusions faites par les responsables du renseignement lors d’auditions parlementaires ou par la CNCTR, aucune information officielle n’est fournie sur la nature exacte des technologies utilisées par les services. Leur imbrication dans les processus de production du renseignement, la nature des marchés publics et l’identité des sous-traitants privés, et même les interprétations juridiques ayant cours au sein des services, restent également marqués par une grande opacité.

Là encore, la comparaison avec les principales puissances européennes du renseignement révèle en miroir le retard français. Il suffit pour s’en convaincre de consulter le rapport publié en août 2016 par David Anderson en marge du débat parlementaire sur l’Investigatory Powers Act en Grande-Bretagne. Ce juriste en charge du contrôle indépendant des législations antiterroristes y faisait état des capacités technologiques en matière de collecte et d’exploitation « massive » de données (« bulk powers »). Il donnait aussi plusieurs exemples de cas dans lesquels ces technologies étaient employées et évaluait leur intérêt opérationnel à partir de documents internes et d’entretiens avec certains hauts responsables.

En France, un tel degré de transparence semble pour l’heure inimaginable. Même si la CNCTR a fait quelques progrès dans la précision des informations fournies dans ses rapports, elle se contente pour l’essentiel de décrire l’état du droit et son évolution, ou de diffuser des statistiques générales sur les types de mesures autorisées et leurs finalités. On est encore loin du niveau de détail venant nourrir le débat public et alimenter les travaux des parlementaires, des journalistes ou des ONG dans des pays comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne.

Faute pour le Sénat d’amender le projet de loi sur ces différents points, cette réforme constituera une nouvelle occasion manquée dans la tentative de réconcilier le renseignement français avec les normes internationales et les bonnes pratiques observées à l’étranger.

ANNEXE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :