Aller au contenu principal

Et si la démocratie était : rigueur et vertu, vérité et sincérité, morale, valeurs d’engagement des citoyens et dirigeants ?

« UNE CONCEPTION EXIGEANTE ET MODERNE DE LA DÉMOCRATIE »

Selon Frédéric Potier, Pierre Mendes France avait une certaine idée de la démocratie : rigueur et vertu, valeurs d’engagement des citoyens et dirigeants, principes de vérité, de sincérité, morale et rigueur… expliquer ce que l’on croit et pourquoi, puis choisir et hiérarchiser.

La démocratie, c’est respecter l’Assemblée nationale, les forces syndicales , les collectivités locales et pas seulement une élection tous les 5 ans.

La démocratie moderne s’exerce avec avec des contre pouvoirs, c’est aussi la démocratie populaire dans les entreprises…et pas seulement l’élection d’un seul home. PMF ne croyait pas que la 5 république survivrait à Charles de Gaule.

Dans l’histoire politique française, Pierre Mendès France occupe une place singulière.

Incarnant une certaine éthique de la République, il aura été aussi un combattant acharné de la démocratie. Sa vision était celle d’une gauche républicaine, attachée à la laïcité, cherchant dans la science et la raison les fondements d’un progrès conciliant justice et efficacité.

Une gauche bâtisseuse d’espoir et non une gauche du ressentiment. Cet essai propose de restituer la vigueur, la cohérence et la richesse de la pensée de cet homme d’État : exemplarité, audace et réalisme, il est incontestable que l’homme a vu juste et loin, là où d’autres s’aveuglaient.

Droits de l’homme, jeunesse, économie, union de la gauche, décolonisation, construction européenne ou relations internationales : par leur puissance, les idées politiques de Mendès France résonnent fortement encore aujourd’hui.

Jeune haut fonctionnaire, fidèle aux valeurs de la République à laquelle il a souhaité, à travers ces lignes, rendre un peu de ce qu’elle lui a donné, Frédéric Potier invite à trouver dans le legs moral et politique de Pierre Mendès France une forme d’inspiration ou même une lueur d’espoir.

VOIR LA VIDEO :

« Pierre Mendès France, la foi démocratique » (éd Bouquins, essai) de Frédéric Potier,

( Haut fonctionnaire, expert associé de la Fondation Jean Jaurès (sur les radicalités), après avoir été plusieurs années Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie; Dilcrah). )

ARTICLE

La haute idée de la démocratie portée par P Mendès France: le livre perspective de Frédéric Potier

La Revue Civique Jean Pierre Moinet  (30/09/21)

Dans cet ouvrage éclairant, Frédéric Potier précise l’héritage de Pierre Mendès France, grande figure morale et politique, en ce qui concerne la question démocratique, redevenue de grande actualité en France et en Europe.

La démocratie ne se réduit pas à la bonne organisation des élections,

qui n’en est qu’un élément constitutif, elle comprend aussi « quelque chose qui doit engager le citoyen et doit engager les dirigeants », explique l’essayiste Frédéric Potier, l’un des enjeux de cette haute idée de la démocratie étant aussi de « ne pas céder aux démagogies, ne pas céder aux populismes », précise-t-il. En cela aussi, la conception mendésiste de la démocratie est d’une grande modernité.

Une série de principes et de valeurs sont présentés dans cet ouvrage, qui offre une radioscopie et l’exégèse des textes et pensées de Pierre Mendès France sur cette question démocratique, qui l’a opposé aux partisans gaullistes de la Vème République, jugée beaucoup trop « césariste » par le célèbre Président du Conseil de la IVème République, mais opposé aussi à une partie de la gauche radicale son époque, qui pouvait cultiver (au PCF par exemple) une approche autoritaire et centralisée de la politique, ou encore se couler parfaitement (avec François Mitterrand) dans le moule des institutions de « Monarchie républicaine » de la Vème République. 

Pierre Mendès France, rappelle encore Frédéric Potier dans ce livre (et cette vidéo), soulignait l’importance des contre-pouvoirs, permettant de contrebalancer les pouvoirs de l’exécutif. « PMF » tenait à évoquer et à promouvoir l’importance des autres pouvoirs, du Parlement et des collectivités locales notamment, et à encourager des formes innovantes de démocratie active au sein de la société civile elle-même, qu’il s’agisse du rôle des syndicats ou du dialogue dans les entreprises. En matière économique et sociale, estime encore Frédéric Potier,

Pierre Mendès France était un « visionnaire » dans la mesure où, en « économiste égaré en politique », il imaginait une forme démocratique de « la planification », opposée aux formes étatistes et autoritaires mises en oeuvre par exemple en URSS et en Europe de l’Est du temps des dictatures communistes. Il prônait une forme de planification économique et sociale qui est, aujourd’hui, remise à jour, par exemple par l’actuel « Commissariat général au Plan ». Bien sûr, la mondialisation des échanges n’avait pas l’intensité d’aujourd’hui. Il n’empêche, Pierre Mendès France avait bien vu, et c’est sa part de modernité, l’importance pour les Etats souverains de mieux maîtriser les grands axes de politiques publiques, pour le développement et le progrès, économique et social, des sociétés démocratiques.

.

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :