Aller au contenu principal

CONFIANCE ET GOUVERNEMENT : SUISSE 85% FRANCE 40%

Satisfaction et système politique : 90% en Suisse 50 % chez les voisins européens

Peu de pays sont aussi satisfaits de leur propre politique que la Suisse. Les pays voisins considèrent la Confédération comme un modèle de démocratie pour l’Union européenne (UE), comme le montre un nouveau sondage.

Les des personnes qui vivent en Suisse se disent plutôt ou très satisfaites du système politique helvétique. En revanche, seulement 50% de celles interrogées dans les pays voisins de l’UE font part de leur satisfaction envers le système politique de l’UE.

Le succès de la démocratie Suisse, principaux facteurs :

  • la liberté d’expression,
  • les élections parlementaires
  • la liberté de manifester pour des causes politiques
  • la démocratie directe

77% des personnes sont favorables à ce que l’UE reprenne de la Suisse la possibilité de pouvoir voter sur les lois ou les modifications constitutionnelles

75% souhaitent pouvoir participer à l’élaboration de la politique de l’UE par le biais d’initiatives et de référendums, comme c’est le cas en Suisse.

Y aura-t-il, un jour, une réforme politique de l’UE sur le modèle helvétique ?

Article

Les Européens et Européennes veulent plus de démocratie suisse

Swissinfo publié le 24 novembre 2021 –

«Liberté! Liberté!» Cet appel résonne chaque semaine dans les rues des villes suisses lors des manifestations contre les mesures sanitaires. La démission du ministre de la Santé Alain Berset fait partie des revendications les plus anodines. Des pancartes et des chants mettent en garde contre une «dictature sanitaire». Même l’Union démocratique du centre (UDC, droite conservatrice), le plus grand parti du pays, a versé dans de telles accusations, bien qu’il soit représenté au sein du collège gouvernemental.

On pourrait penser que cette situation est dramatique pour le système politique helvétique, qui repose sur la stabilité et la concordance. Et pourtant, malgré la pandémie, la confiance dans le gouvernement reste élevée en Suisse. Elle comptait en 2020 la plus forte proportion de personnes déclarant faire profondément confiance à leur gouvernement de tous les pays de l’OCDE (l’Organisation de coopération et de développement économiques).

Ce résultat, issu d’une étude (PDF, en allemand uniquementLien externe) menée par l’institut de sondage gfs.bern, est dans la droite ligne des années précédentes.

CAPTURES d’ECRANS

Codirecteur et membre du conseil d’administration de l’institut de sondage gfs.bern, Urs Bieri a réuni une équipe pour étudier le degré de satisfaction vis-à-vis de la politique en Suisse et dans les pays voisins. Pour ce faire, elle a interrogé environ 1000 personnes en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en Italie et en France.

Alors que l’enquête en Suisse portait sur le système politique national, l’équipe de recherche a voulu se pencher sur la satisfaction vis-à-vis de l’UE dans les pays voisins. Une fois de plus, il s’avère que la population de Suisse est plus satisfaite que celle des pays voisins.

90% des personnes adultes qui vivent en Suisse se disent plutôt ou très satisfaites du système politique helvétique. En revanche, seulement 50% de celles interrogées dans les pays voisins de l’UE font part de leur satisfaction envers le système politique de l’UE.

La démocratie directe favorise la satisfaction

Le degré de satisfaction est toujours élevé en Suisse, particulièrement en ce qui concerne les possibilités de participation aux décisions – 93% des personnes interrogées en sont plutôt ou très satisfaites. La liberté d’expression, les élections parlementaires et la liberté de manifester pour des causes politiques contribuent toutes à la satisfaction générale vis-à-vis de la politique. Mais «parmi tous les moyens de participation, la démocratie directe est particulièrement importante», déclare Urs Bieri.

Les pays voisins de la Confédération donnent une note nettement moins bonne aux possibilités de participation dans l’UE. Moins de la moitié (48%) de la population résidente les juge satisfaisantes.

Mais dans quelle mesure le système politique suisse peut-il être comparé à celui d’une association d’États comme l’UE? «On ne peut pas comparer directement le système, mais on peut comparer l’effet de la démocratie sur la vie et le quotidien», explique Urs Bieri. L’étude n’a pas pour but de juger quel système politique est le meilleur, mais de voir et d’apprendre comment d’autres systèmes résolvent les problèmes.

Les pays voisins de l’UE souhaitent une démocratie directe à la suisse

Pour les personnes interrogées dans les pays voisins, l’UE pourrait apprendre beaucoup de choses de la Suisse. Qu’il s’agisse de l’élection du gouvernement et du Parlement, du fédéralisme ou de la liberté d’expression, la Suisse est systématiquement perçue comme supérieure à l’UE.

Là encore, la démocratie directe est particulièrement importante. 77% des personnes interrogées dans les pays voisins sont plutôt ou nettement favorables à ce que l’UE reprenne de la Suisse la possibilité de pouvoir voter sur les lois ou les modifications constitutionnelles. 75% souhaitent pouvoir participer à l’élaboration de la politique de l’UE par le biais d’initiatives et de référendums, comme c’est le cas en Suisse.

Y aura-t-il donc bientôt une réforme politique de l’UE sur le modèle helvétique? «Le sondage montre l’opinion de la population et sa perception au quotidien. Les contraintes politiques n’y jouent aucun rôle», relativise Urs Bieri.

Il souligne: «La Suisse s’est construite dans son système politique sur une longue période – parfois sous la pression de l’extérieur, comme pour le droit de vote des femmes.» Selon lui, la Suisse a eu beaucoup de temps pour apprendre à gérer la démocratie directe. «C’est une des raisons pour lesquelles l’introduction de la démocratie directe du jour au lendemain ne fonctionnerait pas partout.»

Urs Bieri a été surpris par l’évaluation flatteuse de la Suisse par les personnes sondées des pays voisins: «Il y a certes des points en Suisse qui sont souvent critiqués, par exemple le manque de transparence du financement des partis ou l’intégration insuffisante des minorités. Mais ce n’est pas du tout perçu comme tel dans les pays voisins.»

1 réponse »

  1. Bonjour Thierry,Cette confiance dans la gouvernance est tout à fait normale dans un pays où la participation est institutionnelle, la parole populaire entendue prise comme point de départ de projets et où les décisions Lui sont confiées.Bien amicalementJean-Marc

    Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :