Aller au contenu principal

GRANDE ENQUETE SUR UNE DEMOCRATIE EN DANGER. EN DOUTER ENCORE OU AGIR ENFIN ?

Image de l’IFOP et de Decider Ensemble

Faut il une énième etude pour donner à voir la réalité d’une démocratie moribonde ?

Metahodos se réunit ce jour autour des pistes élaborées en vue d’une revivification de la démocratie et d’une meilleure efficience de l’action publique. Nous espérons contribuer à une prise de conscience indispensable sur les dangers réels qui pèsent sur notre vivre et décider ensemble. Certes les « classes dirigeantes » ou les « élites » ( faute de meilleurs qualificatifs ) qui détiennent et asphyxient la démocratie ne s’expriment que faiblement sur le sujet.

84% des citoyens estiment qu’ils doivent prendre une part plus importante

L’optimisme s’impose devant les attentes des français de mieux et plus de participation politique. Cette attente est aussi une exigence pour les décideurs. Sauront ils en tenir compte ?

Selon cette étude, une majorité de Français (84%) estime que les citoyens doivent prendre une part plus importante dans le processus de prise de décision politique.

« Pourquoi il faut sauver la démocratie »,

Titre Challenges, qui poursuit : « 61% des Français estiment en danger un système auquel ils sont en très grande majorité attachés, tout en étant critiques. Régime politique, violences, autoritarisme, médias… Challenges analyse l’état de l’opinion à cinq mois de la présidentielle avec un sondage d’une ampleur exceptionnelle. »

Nous vous proposons une présentation de l’étude et 3 papiers relatifs à l’étude « IFOP » et « Decider Ensemble »

1. LES FRANÇAIS ET L’ÉTAT DE LA DÉMOCRATIE : LE BILAN DU QUINQUENNAT D’EMMANUEL MACRON

Alors que l’Appel d’Amiens, visant à interpeller les candidats aux élections législatives et présidentielles sur la nécessité de renouveler notre démocratie, atteint plus de 250 signatures, Décider Ensemble et l’Ifop publient une enquête sur le rapport des Français à la démocratie et à la participation citoyenne permettant à la fois de faire un état des lieux de la démocratie français à quelques mois de la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron et d’évaluer les solutions pour améliorer la participation des citoyens.

Réalisée auprès d’un échantillon de 1 000 Français, cette étude révèle qu’une part majoritaire de la population fait le constat que la démocratie va mal en France aujourd’hui et surtout que la situation s’est dégradée au cours des cinq dernières années. Dans ce cadre, les Français affirment toutefois leur volonté de participer plus largement à la vie démocratique, que ce soit via une démocratie plus directe mais aussi plus participative.

Le point de vue IFOP (Paul Cébille) sur l’étude

Les Français font un constat assez sévère sur l’état de la démocratie en France depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, un mandat marqué à la fois par la crise des Gilets jaunes, les restrictions liées au COVID et surtout par une progression importante de l’abstention, que ce soit aux élections locales mais aussi nationales.

L’étude montre qu’une part majoritaire de la population ne se retrouve plus dans la démocratie française actuelle, à la fois au sein des catégories sociales populaires mais également au sein de catégories politiques que l’on ne retrouve plus seulement aux extrêmes mais à droite plus largement, renforçant ainsi l’idée d’une rupture entre une « classe dominante » et la majorité de la population.

Face à ce problème, les Français s’attachent au renforcement de la démocratie par des outils de démocratie directe et participative comme le référendum, et par l’éducation civique centrée sur la participation. Réputés Jacobins, ils se montrent pourtant très largement favorables à l’adaptation de la prise de décision locale à la spécificité de chaque territoire.

Une double volonté s’exprime alors : celle de rapprocher les citoyens du pouvoir et le pouvoir des citoyens.

LIEN VERS LES RESULTATS COMPLETS :

2.Article

Près des deux tiers des Français estiment que la démocratie est en danger

Mercredi 8 décembre 2021  Par  La rédaction de France Bleu,

Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie
Les Français et la démocratie

Plus de 8 Français sur 10 (83%) se déclarent attachés au régime démocratique et près des deux tiers (61%) estiment que la démocratie est en danger, selon un sondage Harris Interactive réalisé pour France Bleu et le magazine Challenges dévoilé ce mercredi. 

Quel regard les Français portent-ils sur la démocratie, à quelques mois de l’élection présidentielle ? Pour le comprendre, Harris Interactive a réalisé une enquête pour France Bleu et le magazine Challenges*. Il en ressort que plus de 8 sondés sur 10 (83%) se déclarent attachés au régime démocratique – associé à la liberté, l’égalité, le fait de pouvoir s’exprimer librement et de respecter les choix du peuple – et 61% estiment qu’il est en danger.null

Une petite majorité estime que la démocratie française « fonctionne bien »

À peine plus de la moitié des Français (54%) estiment que la démocratie française « fonctionne bien », indique encore cette enquête Harris Interactive. La majorité des sondés qui expriment cette opinion sont des sympathisants LREM/ MoDem (85%). En deuxième position figurent les sympathisants PS (66%) juste devant les sympathisants EELV (65%) et LR (64%). Viennent ensuite les sympathisants LFI (43%) puis les sondés qui se disent « sans préférence partisane » (44%) et enfin les sympathisants RN (29%). Les plus confiants en notre démocratie appartiennent en outre aux catégories les plus aisées, 64% gagnent plus de 4.000 euros nets par mois.

« Au global, un Français sur deux estime que la France est une démocratie et que celle-ci fonctionne bien ; 30% que c’est une démocratie mais qu’elle fonctionne mal ; et un peu moins d’un Français sur cinq que la France est un régime autoritaire », résume l’institut de sondage. Cette dernière opinion est davantage avancée par des sympathisants d’extrême droite (31%), d’extrême gauche (26%), et les personnes dont les revenus sont inférieurs à 1.000 euros nets par mois.Les Français et la démocratie – Harris InteractiveLes Français et la démocratie – Harris Interactive

Une France trop centralisée

Les Français s’accordent majoritairement pour dire que les décisions en France sont trop centralisées85% des sondés estiment que « trop de décisions sont prises à Paris par des personnes qui ne connaissent pas la réalité de l’ensemble du pays« . Un chiffre qui atteint 90% chez ceux qui estiment que notre démocratie « fonctionne mal ».

76% des personnes interrogées jugent que l’on « pourrait plus facilement régler nos problèmes si les élus locaux avaient plus de pouvoir » ; à l’inverse, seuls 37% considèrent que l’on « pourrait plus facilement régler nos problèmes si l’État avait plus de pouvoir ».Les Français et la démocratie – Harris Interactive

Un tiers des sondés estime que le vote est globalement inutile

Alors que l’abstention a atteint des niveaux records lors des dernières élections régionales et départementales, ce sondage dévoile que deux tiers des Français estiment qu’il est utile de voter car c’est une manière d’exprimer ce qu’ils pensent, et près de trois quarts des sondés pensent que c’est par les élections que l’on peut faire évoluer les choses. En tête des élections plébiscitées figurent les municipales et la présidentielle.

Un tiers des Français estime au contraire que le vote ne sert pas à grand-chose car les responsables politiques ne tiennent pas compte de la volonté des électeurs. D’après cette enquête, les Français âgés de 25 à 34 ans estiment dans l’ensemble moins utile que leurs aînés de participer à différentes élections, réunions ou assemblées consultatives.Les Français et la démocratie – Harris Interactive

Parmi ceux qui déclarent ne pas participer systématiquement aux élections, présidentielle ou locales, une majorité se dit désintéressée ou éloignée de la politique et près d’un sondé sur deux évoque « un moyen d’expression ».Les Français et la démocratie – Harris InteractiveLes Français et la démocratie – Harris Interactive

Autre piste susceptible d’expliquer ce désintérêt pour les différents scrutins : « 7 Français sur 10 (71%) estiment que les élections en France sont justes, mais seulement un quart (23%) qu’elles le sont systématiquement ».Les Français et la démocratie – Harris Interactive

La liberté d’expression en question

« Moins d’un quart des Français (23%) déclare se sentir libre de s’exprimer ET éprouve le sentiment d’être entendu par les dirigeants politiques ; quatre Français sur dix (42%) se déclare libre de s’exprimer mais pas entendu », note en outre Harris Interactive. Dans cette dernière catégorie, on trouve une courte majorité de 65 ans et plus (56%).

A contrario, « trois Français sur dix (33%) déclarent ne pas se sentir libre de s’exprimer », un chiffre qui atteint 42% chez les 25-34 ans. Plus de la moitié des Français déclarant ne pas avoir le sentiment de maîtriser leur vie ne se sentent également pas libre de s’exprimer.Les Français et la démocratie – Harris InteractiveLes Français et la démocratie – Harris Interactive

Plus d’un Français sur deux contre les actes violents visant les élus

Alors que plusieurs élus ont annoncé porté plainte après avoir reçu des menaces de mort, une majorité des Français interrogés (69%)estime qu’il n’est pas compréhensible -et pour la moitié d’entre eux (50%) pas compréhensible du tout- de recourir à des actes violents envers le gouvernement et les élus

Toutefois, 3 Français sur 10 (31%) pensent le contraire selon ce sondage. Il s’agit davantage d’hommes, jeunes (18-34 ans), appartenant à des catégories populaires, se disant très à gauche et très à droite, et éprouvant le sentiment de vivre dans un régime autoritaire (41%).Les Français et la démocratie – Harris InteractiveLes Français et la démocratie – Harris Interactive

Si dans leur majorité les Français condamnent les actes d’agression ou d’intimidation d’élus, près d’un Français sur deux déclare soutenir (8%) OU comprendre (37%) les personnes qui interpellent les élus par des mots grossiers.Les Français et la démocratie – Harris Interactive

L’avenir de la démocratie selon les Français

Près des deux tiers des Français (61%) estiment que la démocratie est en danger, mais dans l’ensemble, les Français ont confiance dans le fait que la France demeure une démocratie dans les 10 ans à venir (73%), et plus de 8 Français sur 10 estiment que si la France n’était plus une démocratie cela serait quelque chose de grave (et même quelque chose de « très grave » pour 1 Français sur 2).Les Français et la démocratie – Harris InteractiveLes Français et la démocratie – Harris Interactive

Dans la veine du baromètre annuel de Kantar Mediasur la confiance que les Français accordent aux médias, cette enquête montre que les Français sont partagés quant aux rôles de plusieurs acteurs pour garantir la démocratie ou non. Alors que les organes de presse et les journalistes, qui jouent un rôle majeur dans la préservation de notre démocratie, sont de plus en plus attaqués, seuls 40% des sondés estiment que « les médias représentent une garantie pour la démocratie ».Les Français et la démocratie – Harris Interactive

Parmi les options privilégiées par les Français « pour stimuler la démocratie », se trouvent un contrôle de la véracité de ce que publient les médias, la comptabilisation du vote blanc, le recours plus fréquent aux référendumsla mise en place du RIC ou encore la révocation des élus à mi-mandat. Par ailleurs, les Français âgés de 18 à 24 ans se déclarent plus volontiers ouvert à l’abaissement du droit de vote à 16 ans.Les Français et la démocratie – Harris Interactive

Démocratie et entreprise

Denier volet de cette enquête, 6 Français sur 10 estiment que les entreprises en France ont un fonctionnement démocratique.Les Français et la démocratie – Harris Interactive

En outre, les sondés estiment majoritairement que lorsqu’une entreprise réalise des profits exceptionnels elle devrait en reverser une part aux salariés (et pour 6 Français sur 10 une part importante) et que cela serait une bonne chose que les salariés d’une entreprise soient intéressés via une distribution d’une partie du capital, qu’ils soient mieux représentés et consultés pour les prises de décisions.

*Enquête réalisée en ligne du 21 au 29 octobre 2021 sur un échantillon de 10.320 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, taille d’agglomération et région de l’interviewé(e).

3. Article

Une majorité de Français juge que la démocratie ne fonctionne pas bien en France

Par Jean Cittone Le Figaro , Publié le 08/12/2021

Plus d’un Français sur deux (54%) estime que la démocratie ne fonctionne pas bien en France aujourd’hui. C’est ce que relève un sondage Ifop réalisé pour le think tank Décider Ensemble, présidé par le député (Parti radical) Bertrand Pancher. L’étude souligne par ailleurs une dégradation de l’état démocratique du pays sous la présidence d’Emmanuel Macron. 48% des Français interrogés jugent en effet que celui-ci s’est détérioré au cours du quinquennat actuel, 45% estiment que rien n’a changé et seuls 7% des sondés constatent une amélioration.

» LIRE AUSSI – Présidentielle 2022: les candidats planchent sur les questions de démocratie participative

Cette dégradation est majoritairement constatée par les électeurs de Marine Le Pen en 2017 (75%), mais également par ceux de Jean-Luc Mélenchon (57%) et par les abstentionnistes (61%). Des catégories par ailleurs sous-représentées dans les institutions, révèle l’étude. Le constat d’un mauvais fonctionnement de la démocratie avait même atteint 70% en décembre 2016, alors que François Hollande décidait de ne pas être candidat à sa succession.

Référendums et scrutin proportionnel

Face à la perception d’un délitement de la vie démocratique dans le pays, plusieurs mesures sont plébiscitées par les Français. Les principales sont le recours à des référendums locaux ou nationaux, souhaité par 49% des sondés, ainsi que le renforcement de l’enseignement civique. Par ailleurs, 36% des Français souhaitent un plus fort développement des démarches participatives, l’amélioration de la place du Parlement au sein des institutions (34%), l’élection des députés au scrutin proportionnel (33%), ou encore le renforcement des pouvoirs de l’opposition (27%).

» LIRE AUSSI – Référendum en Nouvelle-Calédonie: «On sera tous gagnants, ou tous perdants»

Les Français se retrouvent largement sur une idée majeure : les citoyens doivent prendre une part plus importante dans le processus de prise de décision politique (84%). Toutes les mouvances politiques partagent d’ailleurs cette idée, qu’ils soient sympathisants de gauche (90%), de la majorité présidentielle (70%), de la droite (84%) et du Rassemblement national (93%).

4. Article

54 % des Français estiment que la démocratie fonctionne mal

Pour 48 % des personnes interrogées lors d’une étude IFOP/Décider ensemble, la dégradation démocratique s’est amplifiée sous le mandat d’Emmanuel Macron.

Par la rédaction de Contrepoints. 8 12 2021

Les Français s’inquiètent de la dégradation de la démocratie et veulent des solutions plus participatives pour rompre avec la verticalité du pouvoir macronien. Une étude IFOP en partenariat avec Décider ensemble publiée ce mercredi fait l’état des lieux de la démocratie à quelques mois de la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Pour 54 % des personnes interrogées, la démocratie française ne fonctionne pas bien. Sans surprise, c’est du côté des partis protestataires qu’on retrouve le plus de sympathisants insatisfaits des institutions. 57 % des sympathisants de Jean-Luc Mélenchon et 75 % de ceux de Marine Le Pen estiment que la démocratie « ne fonctionne pas bien », tandis que seuls 24 % des sympathisants d’Emmanuel Macron et 31 % de ceux de Benoît Hamon expriment leur insatisfaction.

UN ACCROISSEMENT DE DÉFIANCE

Entre 2009 et 2021, le nombre de personnes interrogées jugeant du déclin de la démocratie est passé de 48 % à 54 %, avec un pic de défiance en 2014 avec 74 %.

Pour 48 % des personnes interrogées, cette dégradation démocratique s’est amplifiée sous le mandat d’Emmanuel Macron. C’est surtout à droite et à l’extrême droite que ce sentiment s’exprime : 64 % des sympathisants de Marine Le Pen et 58 % de ceux de François Fillon partagent ce constat tandis que seulement 18 % des sympathisants d’Emmanuel Macron et 37 % de ceux de Benoît Hamon s’y retrouve. Toujours à part, 53 % des sympathisants de Mélenchon rejoignent la déploration faite à droite.

Ce jugement rejoint de The Economist sur le fonctionnement global de la démocratie en Occident en 2020 suite aux restrictions sanitaires prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Le journal avait constaté une nette dégradation de la démocratie française au point de la classer désormais parmi les « démocraties imparfaites ». La démocratie est imparfaite selon The Economist quand les élections sont libres et les libertés de base respectées, mais qu’il existe certaines faiblesses, notamment en matière de gouvernance, de culture politique sous-développée ou encore de participation politique faible.

DAVANTAGE DE DÉCENTRALISATION

Dans la seconde partie de l’étude IFOP/Décider ensemble, 84 % des personnes interrogées pensent que les citoyens devraient prendre une part plus importante dans le processus de prise de décision politique.

Parmi les solutions les plus populaires, on retrouve l’enseignement sur la démocratie et la participation citoyenne (49 %), le recours aux référendums locaux et nationaux (49 %), l’adaptation de la prise de décision locale à la spécificité de chacun des territoires (48 %).

Dans tous les cas, elles témoignent d’une demande de plus grande décentralisation des décisions et d’engagement civique, au rebours du centralisme bureaucratique et de la recentralisation politique opérée en France depuis le début des années 2000 via la fiscalité des collectivités locales.

1 réponse »

  1. Bonjour, Thierry,Les quinquennats successifs ont détruits l’idée d’une France rayonnante culturellement et influente philosophiquement. Le dernier a fini de détruire le système démocratique avec une répression violente des manifestations d’opposition, une soumission des assemblées à un exécutif totalitaire et omniscient, un discours de séduction plus que girouette clairement relais du discours des grands laboratoires pharmaceutiques. Rien d’étonnant que bien des gens se recroquevillent sur eux mêmes et plébiscitent des discours identitaires et de fierté.Il faudra très vite changer de politique et de politiciens, revenir à une indépendance politique, une autonomie de projet et une démarche économique loin de la BCE. Tout le monde se réclame de De Gaulle mais apparemment, personne n’en a bien compris là démarche globale ni la posture. L’entretien qu’à donné Pozzo Di Borgo à Buzzinfo est particulièrement éclairant.Bien amicalementJean-Marc

    Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :