Aller au contenu principal

RESTER CITOYEN : NE JAMAIS ARRETER D’APPRENDRE

Formation : pour appréhender les transitions liées à notre temps

La formation tout au long de la vie n’est pas seulement un moyen pour relancer l’ascenseur social, elle est nécessaire pour que nous puissions appréhender les transitions liées à notre temps.

Article

Formation continue : pour rester citoyens, n’arrêtons jamais d’apprendre !

Par Alexandre Arlin1. Contrepoints. 15 12 21

La recherche de la vérité et son lot d’interrogations ont permis l’émergence de principes basés sur l’égalité des droits pour tout homme, femme ou enfant. La vérité permet au peuple d’argumenter face à des dirigeants qui voudraient le duper. La difficulté intervient lorsque dans un flux continu d’informations coexistent des vérités alternatives et que chacun choisit, consciemment ou non, celle qui correspond le mieux à l’idée préconçue qu’il se fait du sujet.

ENTRETENIR LE DISCERNEMENT

L’information est un bien dont la disponibilité a fortement augmenté ces dernières années. Quand à la fin du XXe siècle, un citoyen recevait quotidiennement un nombre très limité d’informations, celles-ci sont aujourd’hui disponibles en grand nombre, prenant différentes formes et émanant de sources diverses. Face à cette « infobésité », la capacité de discernement est devenue indispensable pour différencier ce qui relève de la vérité scientifique, d’articles de journaux, de positionnements politiques, de croyances collectives ou d’anecdotes personnelles.

Ces dernières sont devenues légion, favorisées par la dictature de la concision imposée par les réseaux sociaux au détriment de controverses plus complexes et argumentées. Face à cette omniprésence de l’immédiateté, la nuance a-t-elle encore sa place dans notre société ?

La vitesse du traitement de l’actualité privilégie les réactions instantanées et confuses là où le discernement nécessite analyse et recul. Avec ces espaces numériques, notre civilisation a créé un séduisant mécanisme de déconstruction implicite de l’esprit critique qui donne l’illusion de l’entretenir tout en opérant un écrasement de la hiérarchie des valeurs. « N’allez pas à l’hôpital, vous avez dix fois plus de chances d’y mourir que chez vous », disait Coluche.

CULTIVER LES INCERTITUDES

La culture générale, la curiosité intellectuelle, l’ignorance consciente, apportées par la connaissance, sont autant de ressources qui préviennent du relativisme. Kant disait que l’on peut mesurer l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitude qu’il est capable de supporter.

Durant la pandémie, nous avons vu se développer à grande échelle l’effet de Dunning-Kruger – biais cognitif selon lequel les compétences que l’on estime avoir sur un sujet sont inversement proportionnelles à celles que l’on a réellement. Ce mécanisme est favorisé par la propension que nous avons à partager des informations que nous pensons vraies, même si peu vraisemblables, car elles seraient plus confortables que des incertitudes anxiogènes.

C’est ainsi qu’au début de la crise sanitaire, l’infime proportion de scientifiques affirmant avoir « découvert un traitement » bénéficiait d’une couverture médiatique plus importante que l’immense majorité restante disant « ne pas savoir avec certitude ». Paradoxalement, la manifestation de l’incompétence est en réalité une marque de compétence.

Pour retrouver le goût nécessaire du discernement et de l’esprit critique, nous devons cultiver notre illusion de l’incompétence en améliorant notre compétence en la matière.

APPRENDRE TOUT AU LONG DE SA VIE

En France, si vous commencez un nouveau travail à 45 ans, votre employeur sera davantage préoccupé par le diplôme que vous avez obtenu il y a 25 ans que par ce que vous savez réellement faire. Notre système accorde une telle importance à la notoriété de l’établissement qui délivre la validation académique, qu’il incite les usagers à concentrer tous leurs efforts sur la formation initiale pour ne plus avoir à apprendre durant le reste de leur vie.

En 1881, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, rendait l’école laïque et obligatoire pour tous, pour que la République prépare au « pays une génération de bons citoyens ». Pour continuer à tenir cette promesse républicaine, le système éducatif doit s’adapter d’urgence. Arrêter de faire croire à toute personne qu’une fois son instruction terminée « elle sait » est indispensable pour lui permettre la compréhension d’un monde qui n’a rien d’autre à promettre que lui-même.

Un système de formation qu’on ne quitterait jamais complètement permettrait de sortir de la position de sachant pour retourner à celle d’apprenant tout au long de sa vie. Alors que ce changement de schémas est uniquement envisagé pour répondre aux évolutions du marché de l’emploi, il est de bon aloi de rappeler, dans ce contexte de prolifération d’experts en tous genres, les nombreuses autres vertus qu’auraient l’émergence « d’universités de la formation tout au long de la vie ».

Renouement avec une humilité intellectuelle passée, développement du gout pour la curiosité, familiarisation avec la culture scientifique et la recherche, accroissement du niveau général d’éducation… La formation tout au long de la vie n’est pas seulement un moyen pour relancer l’ascenseur social et permettre les reconversions professionnelles, elle est nécessaire pour que nous puissions appréhender les transitions liées à notre temps.

Réseaux sociaux, Métaverse… ne subissons plus ces nouvelles technologies mais investissons-les pour en faire des outils d’éducation. Changeons de paradigme : faisons de l’apprentissage un chemin à arpenter tout au long de notre vie plutôt qu’une étape à valider.

Continuons à préparer, à notre nation, des « générations de bons citoyens » !

  1. Alexandre Arlin est chef de cabinet au Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres). Ses propos sont tenus à titre personnel et n’engagent pas l’institution. Il s’occupe de formation au national pour le mouvement des Jeunes avec Macron.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :