Aller au contenu principal

LOGEMENT, POLITIQUE EN ÉCHEC ? FONDATION ABBÉ PIERRE : 300 000 SDF – BESOIN DE 1,5 MILLIONS DE LOGEMENTS – Dossier

Le logement n’a pas été une priorité… déplore la Fondation Abbé Pierre

Dans son rapport annuel, rendu public mardi 1er février, l’organisation dresse un bilan détaillé du quinquennat en matière de logement à l’orée de l’élection présidentielle.

Le constat de la Fondation est implacable : les actions du gouvernement ont été largement insuffisantes. En cette année électorale, le sujet du mal-logement et des exclusions reste incontournable dans la société, mais est délaissé par les candidats à la présidentielle.C’est l’une des observations formulées par la Fondation Abbé Pierre dans son vingt-septième rapport annuel sur l’état du mal-logement en France, rendu public mardi 1er février.

Ces thématiques « questionnent faiblement les états-majors politiques, souvent peu enclins à s’investir dans des domaines qui demandent des mesures fortes et du courage politique ».

Le nombre de personnes à la rue au plus haut

Leur nombre, sans domicile fixe ou en bidonville, a doublé en moins de dix ans, et s’élève à 300.000 personnes au minimum.

L’offre de logements sociaux au plus bas,

avec 80.000 attributions de moins dans le parc HLM en 2020. La construction de nouveaux logements sociaux reste insuffisante, en baisse constante depuis le début du quinquennat et à un niveau qui n’a jamais été aussi bas depuis 15 ans : 87.000

Le bilan du quinquennat

Quelque 95 000 logements sociaux ont été construits en 2021, après 87 000 en 2020, année marquée par plusieurs confinements. « C’est moins que l’objectif qu’on s’était donné, qui était de 120 000 », admet le président sortant.

Voir certaines des publications de Metahodos

POUVOIR D’ACHAT : LE LOGEMENT, « VRAI NON DIT DE CE DÉBAT » https://metahodos.fr/2022/01/29/pouvoir-dachat-le-logement-vrai-non-dit-de-ce-debat/

POURQUOI L’INSEE N’EST PAS EN MESURE D’EVALUER LE NOMBRE DE PERSONNES SANS DOMICILE ? https://metahodos.fr/2022/01/08/connaitre-les-personnes-sans-domicile-est-encore-plus-important-que-les-denombrer/

ZERO SDF, QUID DE CETTE PROMESSE ELECTORALE ? https://metahodos.fr/2022/01/07/zero-sdf-une-promesse-electorale-impossible-a-tenir/

LOGEMENT. SUITE 3. UNE POLITIQUE PUBLIQUE EN ECHEC ? https://metahodos.fr/2021/11/01/logement-executif/

LOGEMENT. SUITE 4. LA CRISE AGGRAVE LES DIFFICULTES https://metahodos.fr/2021/11/02/ineg-suite/

LE LOGEMENT – SUITE 2 – GRAND OUBLIE DE LA PRESIDENTIELLE ? https://metahodos.fr/2021/10/30/logement-presidentielle/

POURQUOI LE LOGEMENT EST-IL SI CHER ? COMMENT EN SOMMES-NOUS ARRIVÉS LÀ ? https://metahodos.fr/2021/09/06/pourquoi-le-logement-est-il-si-cher/

MAL LOGEMENT : UNE CRISE INSTALLÉE DANS LA RÉPÉTITION RITUALISÉE (?) DE L’ALARME…ET DES ENGAGEMENTS. https://metahodos.fr/2021/08/25/mal-logement-la-crise-est-devant-nous-telos/

Le logement, vecteur sous-estimé des inégalités https://metahodos.fr/2020/06/27/le-logement-vecteur-sous-estime-des-inegalites/

POLITIQUE DU LOGEMENT : ENTRAVE A LA SOLIDARITÉ ET A LA PROSPÉRITÉ? https://metahodos.fr/2020/05/14/la-politique-du-logement-entrave-t-elle-a-la-solidarite-et-a-la-prosperite/

1. Article

300 000 SDF, construction de HLM au plus bas : la Fondation Abbé Pierre rend son rapport sur le mal-logement

France Inter par Victor Vasseur publié le 1 février 2022

Le nombre de personnes à la rue, sans domicile fixe ou en bidonville, a doublé en moins de dix ans, et triplé depuis le début des années 2000. Pour la Fondation Abbé Pierre, la crise du logement n’est « pas suffisamment prise en compte par les responsables politiques ».

La fondation Abbé Pierre publie ce mercredi son 27e rapport sur le mal-logement et organise un grand congrès à Paris, en présence de plusieurs candidats à la présidentielle. Le rapport est épais : 364 pages. Il déplore « des ménages à bout de souffle » et dénonce « l’ampleur » de la crise du logement qui « n’est pas suffisamment prise en compte par les responsables politiques ». En revanche, la Fondation n’a pas constaté d’augmentation d’impayés de loyer « grâce notamment aux mesures de protection mises en place par le gouvernement ». « Mais la menace n’a pas disparu« , insiste-t-elle. D’après le rapport, le Président Emmanuel Macron n’a pas été « à la hauteur » des enjeux en matière de logement, notamment pour les plus démunis.

Le mal logement en chiffres

Dans son rapport, la fondation Abbé Pierre rappelle que le nombre de personnes à la rue, sans domicile fixe ou en bidonville, a doublé en moins de dix ans, et s’élève à 300.000 personnes au minimum. En décembre 2021, près de 4.000 SDF ont tenté de joindre le 115, mais n’ont pas obtenu de place d’hébergement d’urgence. Un chiffre « qui ne reflète pas le besoin réel », puisque d’après la dernière enquête de la Fédération des Samu Sociaux menée au même moment, « 80 % des personnes à la rue rencontrées par les maraudes n’avait pas appelé le 115 », d’après le rapport. Autre exemple : à la mi-novembre, au moins 60 enfants de moins de trois ans et à la rue avec leur famille n’ont pas pu être mis à l’abri en Seine-Saint-Denis.

La Fondation Abbé Pierre relève également des chiffres jugés « record », comme celui du nombre d’expulsions des lieux de vie informels, les squats et les bidonvilles. Entre le 1er novembre 2020 et le 31 octobre 2021, 1.330 expulsions ont été recensées en France métropolitaine (472 personnes expulsées chaque jour), dont 64 % pendant la trêve hivernale. En mai 2021, ajoute le rapport, « 22 189 personnes vivaient dans 439 lieux de vie informels, soit une augmentation de 2 810 personnes par rapport à décembre 2018. Près de 6.000 mineurs étaient recensés ».

La construction de logements sociaux insuffisante

Pour expliquer cette crise du logement, la Fondation Abbé Pierre pointe notamment du doigt « la progression incontrôlée du prix du logement qui pénalise les plus modestes, alors que le nombre de demandeurs HLM en attente ne cesse de progresser, pour atteindre 2,2 millions de ménages. » Dans le même temps, l’offre de logements sociaux disponibles est au plus bas, avec 80.000 attributions de moins dans le parc HLM en 2020. La construction de nouveaux logements sociaux reste insuffisante, en baisse constante depuis le début du quinquennat et à un niveau qui n’a jamais été aussi bas depuis 15 ans : 87.000 agréments en 2020, environ 95.000 en 2021.

Les préconisations de la Fondation

« Il est donc urgent de redonner des perspectives », insiste la Fondation Abbé Pierre, « pour les personnes sans domicile avant tout, mais aussi pour enrayer la désillusion ». Face au manque de logements sociaux, le rapport propose d’en construire 150.000. La Fondation appelle aussi à mieux encadrer les marchés de l’immobilier, pour faire baisser les prix. « Là où il a été appliqué, l’encadrement des loyers a commencé à faire ses preuves »,peut-on lire dans le rapport. C’est le cas à Paris, Lille et Lyon, bientôt à Montpellier et Bordeaux.

Pour lutter contre le manque d’offre de logements, surtout dans les grandes villes, la Fondation Abbé Pierre recommande des mesures visant les plateformes touristiques, à l’image d’Aribnb : « La solution ne consiste pas à déréguler le marché locatif résidentiel ».  Le rapport imagine « un numerus clausus sur certains territoires particulièrement tendus ou encore limiter le nombre de jours de location des résidences secondaires. »

En finir avec les passoires énergétiques 

C’est l’une des principales préconisations de la Fondation Abbé Pierre : éradiquer les passoires énergétiques en dix ans.Douze millions de Français vivent dans un logement mal isolé. « Le chantier de la rénovation des cinq millions de logements passoires thermiques doit constituer une priorité nationale ». Le rapport demande une multiplication par deux des aides publiques à la rénovation énergétique et du montant du chèque énergie, mais aussi « un reste à charge nul ou minime après travaux » pour les personnes les plus pauvres. 

Autre mesure forte réclamée par la Fondation Abbé Pierre dans son rapport : la fin des coupures d’électricité « quelle que soit la période de l’année ». En revanche, il serait possible « en cas d’impayés durables, d’instaurer une réduction de puissance (…) qui permettrait de répondre aux besoins vitaux et sociaux élémentaires ». En novembre dernier, EDF a annoncé qu’il ne coupera plus l’électricité en cas d’impayés,mais réduira la puissance d’électricité fournie.

2. Article

Mal-logement : face au rapport de la Fondation Abbé Pierre, Emmanuel Macron assume ses choix politiques

Par Delphine Denuit et Marion Canu Le 2 février 2022 Le Parisien

En marge de la présentation du 27e rapport sur le mal-logement de la Fondation Abbé Pierre, le chef de l’Etat a tenu à défendre son bilan face à Christophe Robert, délégué général de l’organisation.

Quarante-cinq minutes d’échanges, sans réelles avancées. En marge de la présentation ce mercredi de son 27e rapport sur le mal-logement, la Fondation Abbé Pierre a dressé un bilan peu amène du quinquennat d’Emmanuel Macron. Face au délégué général de l’organisation, Christophe Robert, le chef de l’État a accepté d’échanger et de justifier ses choix politiques en matière de logement. L’occasion d’abord de défendre son bilan dans le costume présidentiel et de répondre aux interpellations de l’association.

« Je ne partage pas la lecture que vous faites des dernières années », a-t-il plaidé, concédant ne pas considérer « qu’on a réussi à aller suffisamment loin » en matière de logement social. Coupes du budget d’Action logement, ponction d’1,3 milliard d’euros sur la réduction de loyer de solidarité (RLS)… Face aux reproches, le président s’est défendu. « Il y a eu ces réformes. On n’a pas été d’accord à certains moments. Moi, je les assume et je les assume toujours devant vous, et je pense qu’elles ont consolidé le secteur, mais on a toujours été là avec les objectifs », a-t-il insisté.

Quelque 95 000 logements sociaux ont été construits en 2021, après 87 000 en 2020, année marquée par plusieurs confinements. « C’est moins que l’objectif qu’on s’était donné, qui était de 120 000 », admet-il mais « l’État, là où il a la main sur les aides à la pierre, a fait 86 % de son objectif », souligne-t-il. Et de préciser qu’en matière de logements très sociaux, sa mandature en a permis la construction de 155 000. « C’est une augmentation de 10 % par rapport au quinquennat précédent », a indiqué le président.

Retour du revenu universel d’activité

Au-delà de la bataille des chiffres, celui qui repousse l’annonce de sa candidature à la fin du pic épidémique et à la baisse des tensions autour de l’Ukraine a malgré tout esquissé les contours d’une nouvelle stratégie politique en matière de logement, autour de son projet de revenu universel d’activité (RUA). Ce dernier, pièce maîtresse de la campagne du candidat socialiste Benoît Hamon en 2017 et reprise dans une version aménagée par le président dès 2018, doit « fusionner le plus grand nombre de prestations sociales possibles », dont les aides personnalisées au logement (APL). Ce revenu serait soumis à « des droits et devoirs supplémentaires ». Il n’a finalement pas vu le jour au cours de ce quinquennat.

« Ce qu’on voit bien, c’est qu’aujourd’hui, on a des prestations qui sont déconnectées des trajectoires, qui parfois ont des effets de composition entre elles qui ne sont plus satisfaisantes, a-t-il détaillé. On doit, dans le cadre de ce revenu universel d’activité et d’une refonte de toutes nos prestations, beaucoup mieux réintégrer nos APL ». Cette réforme « permettra d’être beaucoup plus linéaire, de mieux accompagner, plus fortement, celles et ceux qui sont en situation de précarité et/ou de pauvreté », a-t-il ajouté sans en préciser ni le budget, ni le calendrier.

3 Vidéo

Manuel Domergue (Fondation Abbé Pierre): « Il manque 1,5 million de logements sociaux »

À l’air libre, Mediapart, 2 février 2022

Quatre millions de mal-logé·es, 300 000 sans-abri, douze millions de personnes en précarité énergétique. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, fait le bilan – dans Mediapart – de la politique du logement d’Emmanuel Macron et évalue le programme des candidates et candidats.

> Le logement ne figure pas en haut de la liste des sujets de la campagne électorale. Et c’est dommage, indique Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, qui vient de sortir son rapport annuel.

LIEN VERS LA VIDÉO

https://cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2Fn6W0AlIjK3Y%3Fstart%3D175%26feature%3Doembed%26start%3D175&display_name=YouTube&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3Dn6W0AlIjK3Y&image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2Fn6W0AlIjK3Y%2Fhqdefault.jpg&key=fbab48d0309b4a55bd8c1874098bbfc1&type=text%2Fhtml&schema=youtube

À l’air libre (198)  » Il manque 1,5 millions de logements sociaux en France  » © A l’air libre

3 réponses »

  1. Bonjour, Thierry,Avez vous aperçu une seule chose que ce gouvernement ait fait pour la population depuis cinq ans ? Dont acte !…Bien amicalementJean-Marc Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :