Aller au contenu principal

Gaspard Koenig : « UN PRESIDENT NE DEVRAIT PAS GUERIR LES ECROUELLES »

Gaspard Koenig : « Un président ne devrait pas guérir les écrouelles. »

Sur LCP, Gaspard Koenig s’entretient avec l’éditorialiste du Figaro Yves Thréard sur l’idée qu’il se fait de la France. Au cours de cet échange, il pose les jalons philosophiques de notre combat pour des institutions moins présidentialisées. 

Gaspard dénonce la personnalisation du pouvoir en France permise par les codicilles constitutionnelles – élection au suffrage universel direct à partir de 1962, passage au quinquennat, synchronisation du calendrier électoral. Selon lui, la France vit dans le mythe de l’homme providentiel qui tel un Atlas moderne serait capable d’assumer seul sur ses épaules le poids de la Nation. Pour illustrer ce phénomène, il invoque la scénographie d’un Emmanuel Macron apparaissant seul face aux Français lors des assemblées communales du Grand Débat consécutif à la crise des gilets jaunes. Sa prétention à éluder d’un coup de baguette magique les problèmes quotidiens des Français n’est pas sans rappeler la figure du roi thaumaturge. À cette figure du « Président d’écrouelles », Gaspard dit non.

« On voit très bien qu’en France, quand on n’est pas d’accord avec le pouvoir, on a deux options : la plume ou la rue. C’est très infantile, au fond, comme rapport à la démocratie. »

Comble de l’histoire ! Gaspard rappelle que les ministres des finances ont davantage changé sous la Ve République que sous les deux régimes constitutionnels précédents – IIIe République et IVe République – pourtant caractérisés par leur instabilité ministérielle. L’historiographie de la Ve République occulte la puissance de transformation guidée par les débats, les idées et les partis qu’ont eu les deux régimes précédents. La Ve République est en proie à l’inertie malgré le mythe unitaire qu’elle a forgé dans la figure du président rassembleur. Or, comme le montre Gaspard, les réformes radicales enclenchées sous la Ve République – privatisations sous Chirac, les 35h sous Jospin – l’ont été durant des périodes de cohabitations lorsque le parti arrivé au pouvoir à l’Assemblée nationale se contentait d’appliquer son programme et non de rassembler les Français.

« Paradoxalement et étonnamment, plus le pouvoir est concentré, moins il est efficace. »

Quand débute la France ? À cette épineuse question, Gaspard répond que « sa » France prend corps en 1789. C’est à l’issue des évènements débutés en 1789 que les Français rédigent la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, texte à « la puissance inouïe », et qu’ils fondent un État moderne libéral avec lequel l’individu entretient un lien direct. Par le truchement de la loi Le Chapelier de 1791, cet État détruit les corporations. Pour permettre aux individus le droit d’afficher des valeurs et de former des collectifs spontanées, la fabrique de la loi se doit d’être culturellement neutre. Le libéralisme français est consubstantiellement lié à l’État : comme le rappelle Gaspard, pour que la liberté s’épanouisse, l’État doit la garantir par le droit

Gaspard rejette l’idée du déclin français, omniprésente dans l’espace public. Au contraire, selon lui, les pays ne sont ni en progrès ni en déclin, ils bougent seulement et se transforment. La morale n’est pas l’affaire de la politique. Bien sûr qu’il existe des racines chrétiennes en France mais là n’est pas la question pour le fondateur de GenerationLibre. La politique doit tendre à l’émancipation individuelle des individus tout en laissant aux débats imprégnants l’espace public le soin de traiter les affaires culturelles, religieuses et de civilisation. Parfaite illustration de cette séparation : la loi de 1905.


Pour visionner l’entretien, cliquer ICI.

Publié le 22/03/2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :