Aller au contenu principal

Présidentielle : absence de véritable campagne, « c’est du jamais vu » pour le politologue Arnauld Leclerc

Article

Lundi 4 avril 2022 – Par Stéphanie Denevault, Germain Treille, France Bleu

C’est la dernière ligne droite pour les candidats à l’élection présidentielle. Le premier tour, c’est dimanche. Mais ça ne passionne pas les Français à en croire les sondages, comme le souligne le politologue lavallois Arnault Leclerc.

Cette campagne présidentielle sera à marquer d’une pierre blanche, pour Arnauld Leclerc, le politologue lavallois : « Il y a eu très peu de campagne parce qu’Emmanuel Macron s’est déclaré très tard, et ensuite parce que la campagne a été effacée, même écrasée par l’actualité internationale. ». Une situation exceptionnelle, selon l’expert, invité de France Bleu Mayenne ce lundi : « C’est du jamais vu dans l’histoire française, sur un fond de désintérêt assez marqué d’une grande partie de la population. Il y a, en arrière plan, une distance depuis plusieurs années avec la politique, pas de tous les Français mais d’une partie, ça donne quelque chose d’inattendu. »

On a les candidats qu’on mérite, on a les élus qu’on mérite -Arnauld Leclerc, politologue lavallois

Des Français de moins en moins attirés par la politique

40% des Français sont lassés par la politique, et 37% sont méfiants. Et cette présidentielle ne va pas arranger les choses d’après Arnault Leclerc : « La politique, sous sa forme électorale, c’est quelque chose qui intéresse moins et quand la campagne est très faible et que dans les grandes émissions, les faces à faces sont très rares, l’effet d’entrainement est très faible. » 

D’après les sondages, l’abstention pourrait atteindre les 30% ce dimanche 10 avril : « 30% d’abstention pour une élection présidentielle, ça reste quand même l’élection la plus mobilisatrice, 2 français sur 3 se déplacent, c’est pas rien, pour les autres élections, ce serait haut, mais pour une présidentielle on a déjà atteint les 80% de participation, là ça serait quelque chose qui interroge sur la manière dont ça a marché, pas bien marché. »

Le vote dès 16 ans pour plus de participation

Face à un désintérêt de plus en plus grand pour la politique et pour les élections, quoi faire pour ramener les Français aux urnes ? « Changer le mode de scrutin, ça pose des problèmes de sécurité des votes, et puis c’est pas sûr que ça puisse changer grand chose, estime Arnauld Leclerc, une chose qui pourrait peut-être influer, ça serait de baisser l’âge du vote à 16 ans, mais après il faut former les jeunes à voter, à avoir des repères, parce que des enquêtes montrent que chez certains jeunes, il n’y a que deux ou trois candidats sur les 12 qui sont connus. »

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :