Aller au contenu principal

« Arrogance gestuelle » Point de vue

NOTRE PUBLICATION PRÉCÈDENTE :

Débat (duel) du 2’ tour : « agressivité, mépris, arrogance « et « politesse zélée ». Point de vue. https://metahodos.fr/2022/04/22/debat-duel-du-2-tour-agressivite-mepris-arrogance-et-politesse-zelee-point-de-vue/

Entretien

Débat d’entre-deux tours : « L’arrogance gestuelle de Macron était pire qu’en 2017 »

Par Lou Fritel. Publié le 21/04/2022 Marianne

Un Macron avachi et trop arrogant ? Une Marine Le Pen trop en retrait ? À défaut d’entrer dans la tête des deux candidats à la présidentielle, lors du débat d’entre deux tours, Stephen Bunard, expert en langage corporel, analyse pour « Marianne » leurs attitudes et leurs gestes. Et observe nettement un « excès de confiance » chez le président sortant.

Ni effusion, ni petites phrases assassines. Une confrontation plutôt cordiale au regard du spectacle qu’Emmanuel Macron et Marine Le Pen nous avaient offert il y a cinq ans. Mais, si la candidate du Rassemblement national a sensiblement évolué par rapport à sa posture de 2017, la gestuelle du président sortant traduisait son mépris vis-à-vis de son adversaire, juge Stephen Bunard, expert en langage corporel et auteur de Vos gestes disent tout haut ce que vous pensez tout bas(SoBook, 2018).

Marianne : Durant sa confrontation face à Marine Le Pen mercredi soir, Emmanuel Macron est-il apparu particulièrement arrogant comme on a pu le lire sur les réseaux sociaux ou dans la presse ?

Stephen Bunard :La gestuelle d’Emmanuel Macron était surprenante dès le début du débat. Il ne fallait pas qu’il ait une posture professorale donc il s’est mis dans le rôle du bon élève. Il y avait beaucoup d’auto-contact, il se touchait le menton, plissait les yeux pour montrer qu’il était à l’écoute. Verbalement ça se traduisait par des : « Vous avez raison. » Il voulait faire profil bas. Mais chassez le naturel et il revient au galop.null

À LIRE AUSSI : Duel Macron-Le Pen : le poids du débat d’entre-deux tours est-il surestimé ?

Son arrogance était pire qu’en 2017. Il y avait une forme de désinvolture gestuelle. Il mettait souvent sa main devant la bouche, comme s’il se retenait de crier son désespoir d’être là. Cela voulait dire : « Je me retiens de dire tout ce que je veux. » Il frottait régulièrement son œil gauche, comme pour dire : « Je ne veux pas voir. » Cela se sentait qu’il n’avait pas envie d’être là. Du bon élève, il est passé à l’élève collé.

Ne pourrait-on pas parler de lassitude plutôt que d’arrogance ?

Le coin gauche de la bouche de Macron remontait très souvent. Cela traduit un signe d’agacement. Sa tête qui reposait sur le poing, puis sur les deux mains… On fait ce genre de choses quand on est à l’aise. Il y avait une certaine familiarité, une forme de « cause toujours tu m’intéresses ». Ces attitudes montrent que Marine Le Pen l’afflige au plus haut point.

Sur Twitter, on a vu défiler cette image de lui, la tête déconfite, reposant sur ses deux mains jointes. Quand on divise le visage de Macron en deux, on voit que la partie gauche est plus affaissée, avec un sourcil gauche davantage descendant. En général, la partie gauche montre la sévérité. Ici, elle souligne la sévérité de son jugement sur son adversaire.

Dans certains plans, on voit que ses paupières inférieures sont plus basses que d’habitude. Cela lui fait des gros yeux ronds. Quand on n’est pas à l’aise, pas dans la coopération, on relâche les paupières inférieures. Cela se joue dans nos états internes. Il y a un impact sur la neurotonicité ce qui fait que les paupières s’affaissent naturellement. Chez Macron, cela montre que Marine Le Pen l’insupporte. C’est viscéral. D’ailleurs, l’image précédemment évoquée montre une moue de dégoût. Il est affligé par cette femme.

À LIRE AUSSI : 2017-2022 : Macron – Le Pen, cette fois-ci, Marine Le Pen a bossé ses sujets (4/7)

Autre geste très important : Macron donnait des petits coups de langue quand il attaquait Le Pen. Il fait très souvent ça quand il est fier, mais de façon plus franche. Ici, ces coups de langue rythment ses petites phrases, ses petits coups bas. Tout cela a donné parfois des figures dignes d’émoticônes, ce qui fait que les réseaux sociaux s’en sont donné à cœur joie.

A contrario on a vu une Marine Le Pen tout dans la retenue, voire éteinte…

Marine Le Pen arrive à mener sa barque jusqu’au bout en restant calme, en voulant montrer qu’elle peut rester dans la technique et qu’elle porte un programme complexe. J’en veux pour preuve ses mains. Elle les avait jointes et collées, signifiant qu’elle rassemblait son énergie pour convaincre. Ensuite, elle les dirigeait vers Macron, signifiant sa détermination.

Ses mains en V, avec le bout des doigts collés, montrent une volonté de pédagogie. Cette gestuelle montrait sa volonté d’être dans l’échange. Elle avait également les yeux plissés et je pense que c’est un geste beaucoup plus stratégique de sa part. Ses sourcils froncés visaient à montrer l’effort qu’elle avait fourni pour faire passer Macron pour « Monsieur confus ».

À LIRE AUSSI : Débat Macron-Le Pen : une vraie-fausse réplique du duel Giscard-Mitterrand de 1981 ?

Mais ce qui est frappant chez Le Pen, c’est bien plus l’absence de ce que l’on voit d’habitude. Normalement, elle bouge beaucoup ses épaules, ce qui résonne comme une sorte de combat. Son corps s’incline en général bien plus vers la droite, un symbole d’agressivité. Elle aussi donne souvent des coups de langue d’ailleurs, mais pas ici. Donc chez Le Pen, ce n’est pas tant ce qu’elle a fait qui est important. C’est ce qu’elle fait habituellement et qu’elle n’a pas fait qui était, hier soir, intéressant à observer.

Mais cela a-t-il été payant pour convaincre les téléspectateurs ?

Marine Le Pen n’était pas dans une posture de gagnante. Il n’y a pas eu de phrase clef ou d’élément clef permettant de dire qu’elle veut être présidente. Un Mélenchon aurait eu l’index pointé et le front relevé face au chef de l’État. Elle n’a même pas réussi cela, alors que l’on sait qu’elle est en mesure de se positionner ainsi. Peut-être était-ce une stratégie suivie, un moyen de franchir un nouveau seuil de respectabilité.

À LIRE AUSSI : Macron-Le Pen : un débat qui ne change rien

Elle a essayé d’avoir de la retenue, de montrer qu’elle était sur ses dossiers et qu’elle avait appris de 2017. Elle n’a toutefois pas réussi à s’amuser de son interlocuteur. Elle l’avait fait en 2017 et on a vu ce que ça a donné. A contrario, lui peut se permettre, au regard des sondages, de se jouer de son adversaire et d’adopter cette désinvolture.

Mais, tandis que les gens retiendront cette retenue de Le Pen, ils se souviendront qu’Emmanuel Macron s’est lâché. Il sentait qu’il partait gagnant, en terrain conquis. Il a joué la carte de l’humiliation. Quand on est au niveau qui est le sien, est-il nécessaire d’en rajouter ? Son objectif était de montrer qu’elle était à côté de la plaque. Mais il n’a pas donné de raisons aux abstentionnistes ou aux hésitants de voter pour lui.

Y a-t-il eu un moment de perdition ? On se souvient des grands gestes de Marine Le Pen lorsqu’elle parlait des « envahisseurs » en 2017.

Tous les deux en ont connu un. Pour Emmanuel Macron, c’était quand il critiquait la vision de la France à l’international de Le Pen. À ce moment précis, il pointe sa tempe avec son index comme pour dire : « Vous êtes folle ! » Mais il ne va pas au bout. C’est presque un geste avorté. Pour qu’on arrive dans un degré de familiarité avec un débat à ce niveau, c’est que son mépris vis-à-vis de son adversaire va assez loin.

À LIRE AUSSI : Débat Macron – Le Pen : passe d’armes sur le conflit Ukraine Russie

Quant à Le Pen, ce moment de perdition s’est produit lorsque Macron lui a dit : « Poutine est votre banquier. » Alors que ses yeux à elle étaient déjà plissés, son œil droit se plisse, au moins à trois reprises, encore davantage. Cela signifie que son hémisphère gauche était en surchauffe. C’est la partie du cerveau destinée à analyser, à décortiquer. Marine Le Pen sait, à cet instant, que Macron est dans un moment de grâce. Elle doit donc être au taquet pour lui répondre, se mobiliser, se concentrer. Ce qui a un impact sur son œil droit. Elle se rend compte que cet instant va lui échapper. C’est sa séquence flop à elle.

Marine Le Pen n’était pas vraiment dans une position offensive. Ce qui l’a conduite à ne pas être efficace face aux estocades qui lui étaient portées. Toutefois, elle a senti son heure venir quand elle parlait des chiffres cruels de la productivité et du « Mozart de la finance ». À ce moment, elle caressait l’arête de son nez. Elle sent quelque chose. Mais elle n’est pas allée au bout de son raisonnement car elle a vu que ça n’atteignait son contradicteur. Elle pensait qu’elle aurait pu avoir l’avantage mais s’est finalement ravisée.

Qui a gagné la bataille gestuelle selon vous ?

Macron paraît beaucoup plus arrogant qu’en 2017. Mais tout ce qu’on a vu là, ce sont des éléments qui montrent son excès de confiance en lui. Il sort gagnant de l’échange grâce à cette confiance justement. Mais on voit que c’est clairement Marine Le Pen qui a le plus appris de 2017.

À LIRE AUSSI : Duel Macron-Le Pen : les meilleurs débats d’entre-deux tours… dans les films et séries

Elle n’a pas beaucoup changé de registre durant le débat quand Macron a varié le sien. Il voulait bien être bon élève face à Le Pen et faire un effort. Mais on sentait qu’au bout d’un moment, ça suffisait. Il ne faut pas oublier qu’on compare souvent Macron et Sarkozy. Monsieur Macron, c’est Monsieur action. Il veut qu’on lui pose des questions intelligentes, qu’on traverse la rue pour trouver du travail. Il n’a pas de temps à perdre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :