Aller au contenu principal

VERS UNE CRISE ALIMENTAIRE HISTORIQUE ?

Pieter Cleppe

Article

La plus grande crise alimentaire de l’histoire arrive

19 mai 2022. Pieter Cleppe Contrepoints

Les dommages causés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie aux chaînes d’approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l’on craignait.

Les dommages causés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie aux chaînes d’approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l’on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l’Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d’engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met en garde : « Une action humanitaire ciblée est nécessaire de toute urgence pour sauver des vies et des moyens de subsistance dans les 20 points chauds de la faim ».

En outre, l’Inde a décidé de suspendre indéfiniment les exportations de blé. Cette décision vise à « assurer la sécurité alimentaire nationale », même si des échappatoires demeurent pour certains pays. Cette décision est également le résultat d’une vague de chaleur en Inde qui entraînerait la perte de plus de 15 % de la récolte. Alors qu’il y a quelques semaines à peine, on comptait sur des pays comme l’Inde pour pallier la pénurie alimentaire mondiale.

Javier Blas, un chroniqueur de Bloombergspécialisé dans l’énergie et les matières premières, commente :

Ma plus grande préoccupation est l’effet d’imitation de l’interdiction d’exportation de blé par l’Inde. Pas seulement pour le blé (et le maïs), mais surtout pour le riz. Si les exportateurs de riz paniquent (et il n’y a pas de raison grâce à une récolte record prévue) et suivent le mouvement, c’est la fin de la partie pour la sécurité alimentaire mondiale.

Une tempête parfaite ?

Dans le monde entier, le prix des produits de base ont déjà augmenté de 23 % en un an, en raison évidemment des retombées du covid et de l’impression monétaire. Aucun changement immédiat ne semble être en vue.

En fait, Abdolreza Abbassian, ancien responsable des agro-marchés à la FAO, meten garde : « Le vrai danger, c’est la saison 2022-2023, et cela fera tomber les gouvernements ».

Avant la guerre, l’Ukraine fournissait 11 % du blé commercialisé dans le monde, 15 % de l’orge, 17 % du maïs et 46 % des graines de tournesol et de carthame, ce qui explique que les supermarchés en France, au Royaume-Uni et ailleurs restreignaient déjà les ventes d’huile végétale. Quelque 30 % des terres ukrainiennes sont actuellement occupées, dangereuses ou trop endommagées pour être cultivées, ce qui représente un défi de taille.

En outre, la Chine accumule davantage de récoltes que d’habitude, des restrictions à l’exportation ont été imposées au bœuf argentin et aux engrais russes, et des pays comme le Kazakhstan et la Serbie avaient déjà imposé des restrictions similaires avant le conflit.

Le rôle des politiques anti-déforestation de l’UE

Un autre développement important est la décision de l’Indonésie de cesser d’exporter de l’huile de palme, un ingrédient crucial de la chaîne alimentaire mondiale. L’UE a prévu d’imposer de nouvelles restrictions de grande envergure sur l’importation d’huile de palme. Cette décision est motivée par la volonté de lutter contre la déforestation.

L’approche de l’UE est toutefois discutable. 84 % de la production mondiale d’huile de palme se fait en Indonésie et en Malaisie. L’institut indépendant World Resources Institute a récemment identifié l’Indonésie et la Malaisie comme des « points d’espoir pour les forêts ». La déforestation est évidemment un problème, mais selon la FAO, elle n’est pas aussi problématique en Asie qu’en Afrique et en Amérique du Sud.

Une meilleure approche, plus ciblée, consisterait – comme le suggère également le Fonds mondial pour la nature (WWF) – à « soutenir l’huile de palme durable et à éviter les boycotts, car nous savons que les substitutions par d’autres huiles végétales peuvent entraîner des dommages environnementaux et sociaux encore plus importants ». En Malaisie, qui heureusement, contrairement à l’Indonésie, continue à exporter de l’huile de palme, 90 % de sa production bénéficie d’un label de durabilité, donc tout va bien de ce côté-là.

À cet égard, il convient également de mentionner que l’huile de palme a un rendement particulièrement élevé, comparé aux alternatives. Par exemple, une étude publiée par Nature montre clairement que pour répondre à la demande mondiale, une expansion de la production d’huile de palme de seulement 36 millions d’hectares de terres supplémentaires serait nécessaire, contre 204 millions d’hectares pour le soja. En d’autres termes, il semble que l’approche de l’UE doive être repensée.

La plus grande crise alimentaire de l’histoire ?

Un nouveau rapport d’experts du Groupe international d’experts sur les systèmes alimentaires durables prédit que la nouvelle crise alimentaire mondiale pourrait être la « plus grande crise de l’histoire ». David Beasley, directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies, met en garde depuis plusieurs semaines contre l’impact de la guerre sur la production alimentaire mondiale.

Cette semaine encore, il a déclaré à propos du blocus naval russe de l’Ukraine :

« Plus les ports de la région d’Odessa resteront fermés, plus cette crise alimentaire mondiale sera dévastatrice. Est-ce trop demander que de permettre à la nourriture de circuler pour que des millions de personnes puissent manger ? »

Il ajoute que, pour cette raison, l’Europe pourrait bientôt commencer à s’inquiéter de flux migratoires beaucoup plus importants en provenance d’Afrique.

L’UE tente actuellement d’aider à acheminer les vivres depuis l’Ukraine par la route et le rail, mais c’est loin d’être facile. Des pays comme le Brésil apportent actuellement leur aide, mais l’agro-industrie brésilienne dépend pour plus d’un quart des importations d’engrais en provenance de Russie et du Belarus, qui font déjà l’objet de restrictions à l’exportation. Les hauts responsables européens craignent que le président russe Vladimir Poutine utilise l’approvisionnement alimentaire comme une arme économique, des restrictions à l’exportation de produits agroalimentaires, d’engrais et d’énergie étant à prévoir.

En tout état de cause, les prix des denrées alimentaires sont déjà en hausse en Europe occidentale, jusqu’à 10 % par an. L’alimentation ne représente qu’une part limitée du budget des familles, ce qui n’entraînera pas d’émeutes de la faim comme le Printemps arabe, mais cela signifie une réduction de la qualité de vie pour beaucoup.

La question est de savoir ce que l’on peut faire immédiatement pour remédier à cette situation. L’une des principales mesures à prendre est d’éviter d’imposer à nos agriculteurs un comportement encore plus condescendant. En ce sens, il est bon que le ministre écologiste allemand de l’Agriculture  demande à la Commission européenne de reporter la nouvelle réglementation sur la rotation des cultures.

En France, il convient de résister à la proposition des sénateurs Guillaume Chevrollier et Denise Saint-Pé d’imposer un prix minimum pour le CO2, étant donné que les coûts énergétiques entraînent également une hausse des coûts alimentaires. En Belgique et aux Pays-Bas, les décideurs politiques devraient également revoir leurs politiques controversées en matière d’azote, qui consistent à dépenser d’énormes sommes d’argent des contribuables pour fermer des exploitations.

Une grande partie de cette situation trouve son origine dans les réglementations environnementales de l’Union européenne. Le 24 février, une nouvelle ère a commencé, et une grande partie de l’approche réglementaire de l’UE n’est plus adaptée.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :