Aller au contenu principal

RÉVÉLATION : UN AVERTISSEMENT DE LA COUR DES COMPTES ADRESSÉ AU GOUVERNEMENT SUR LES CONSULTANTS -MISE À JOUR-

Des « conditions problématiques »

McKinsey, Roland Berger, Citwell… Les missions des consultants pendant la pandémie de Covid-19 se sont faites dans des « conditions problématiques », selon un rapport confidentiel de la Cour des comptes – de 2021 déjà – révélé par « Le Monde » ce jour.

POURQUOI CE RAPPORT A T IL ÉTÉ CACHÉ PAR L’EXÉCUTIF ET LA COUR DES COMPTES ?

Ni l’exécutif ni la Cour ne commentent et explique le secret du rapport, ni la réponse et les suites données par l’exécutif.

Dans ce document les magistrats financiers se penchent sur une série de marchés passés en 2020 et 2021 avec les cabinets McKinsey, Accenture, Citwell, JLL et Roland Berger.

Les deux premiers cabinets ont été sollicités dans le cadre d’un appel d’offres lancé en 2017 par la Direction interministérielle de la transformation publique, pour contribuer à élaborer la stratégie de vaccination. Selon la Cour, il a ainsi « été considéré que la stratégie vaccinale pouvait être rattachée à la transformation publique.

Ce rattachement apparaît largement artificiel. » « En effet, les projets désignés doivent s’inscrire dans l’objectif d’améliorer l’efficacité de l’action publique tout en réduisant le coût », des critères auxquels ne répondait pas la mission sur la stratégie de vaccination.

Des missions anormalement déléguées à un cabinet

Le cabinet Citwell, qui a perçu 2,3 millions d’euros TTC au gré de huit missions réalisées en 2020, a « organisé les flux logistiques » (notamment de masques et d’autres équipements de protection) et transmis des « ordres d’expédition à Santé publique France et aux différents bénéficiaires ». Si certaines missions confiées par le gouvernement à Citwell« correspondent au rôle que l’on peut assigner à un prestataire privé, il est moins normal que celui-ci soit conduit à assurer l’exécution courante des missions, en employant pour cela trois à quatre équivalents temps plein selon les périodes », regrette la Cour des comptes.

Enfin, l’institution de la rue Cambon trouve « anormal » que le gouvernement ait délégué au cabinet Roland Berger des missions relevant des attributions de l’administration, « alors même qu’il est doté d’un puissant corps d’inspection interne [l’Inspection générale des affaires sociales], dont les membres ont toutes les compétences requises ».

L’institution recommande donc de « limiter strictement le recours aux cabinets aux seules missions techniques pour lesquelles les directions d’administration centrale du ministère de la Santé ne disposent pas des compétences requises en interne ».

ARTICLE Extrait

Les dérives des interventions des cabinets de conseil pendant la crise sanitaire

Par Adrien Sénécat 12 12 2022 LE MONDE

Assumer, rassurer et étouffer la polémique. Le 5 janvier 2021, au ministère de la santé, on planche sur les « EDL » (éléments de langage) à opposer aux nombreuses questions de la presse après une information dévoilée par le site Politico: le cabinet américain McKinsey a été missionné pour appuyer la campagne de vaccination contre le Covid-19. Les e-mails internes de l’époque, que Le Monde a pu consulter, résument les deux messages clés de la réponse de l’exécutif : les consultants n’ont pas interféré dans « les choix de nature politique et sanitaire » et ces missions ont respecté strictement les « contrats » et les « procédures » en vigueur.

La communication gouvernementale n’a pas suffi à éteindre l’incendie. Les révélations sur McKinsey et la vaccination ont depuis été suivies d’une longue série d’informations sur le poids pris par les cabinets privés de consultants dans la sphère publique ces dernières années. La publication d’un rapport du Sénat sur ce phénomène « tentaculaire » au printemps a bousculé la campagne d’Emmanuel Macron et a débouché sur l’ouverture de deux enquêtes judiciaires par le Parquet national financier (PNF), à l’automne.

A chaque fois, les mêmes réponses sont apportées : tout est « super clair et transparent » dans les interventions des cabinets de conseil, assurait encore, à la fin novembre, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran. « Je ne crains rien », a affirmé Emmanuel Macron le 25 novembre, six mois après avoir dit : « S’il y a des preuves de manipulation, [que] ça aille au pénal ! » Lire notre enquête : Article réservé à nos abonnés Les cabinets de conseil, une machine installée au cœur de l’Etat

Selon les informations du Monde, le gouvernement a pourtant été alerté dès la fin 2021 de dérives dans l’utilisation des prestations de conseil, en particulier dans le cadre de la crise sanitaire. Le 2 décembre 2021, la Cour des comptes adressait au ministère de la santé un avertissement sans équivoque : bon nombre de ces prestations se font dans « des conditions problématiques ». Ces griefs sont détaillés dans un rapport plus vaste sur les dépenses liées à la crise sanitaire, que Le Monde s’est procuré. Ce document de 90 pages, qui n’avait pas été rendu public jusqu’ici, éclaire d’un jour nouveau les interventions des consultants lors de la pandémie.

Une précipitation critiquée par la Cour des comptes

Le premier constat de la Cour des comptes est connu : le recours aux cabinets de conseil a été décuplé pendant la crise sanitaire. Plus de 50 millions d’euros ont été dépensés en 2020 et 2021 pour des prestations informatiques pour le compte de la direction générale de la santé (DGS), auxquels s’ajoutent 13 millions d’euros pour des prestations de conseil.

…/…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :