Aller au contenu principal

« Le Débat » est mort, vive le débat? – Ce n’est pas qu’une revue qui meurt!

INTRODUCTION

Nos lecteurs nous invitent à revenir sur la mort de la Revue Débat.

Nous avons fait une publication hier reprenant un entretien avec pierre Nora : https://metahodos.fr/2020/09/07/la-fin-de-la-revue-le-debat-qui-croyait-a-la-confrontation-des-idees/

Ludovic Sergeant nous propose des extraits de l’émission de France Culture où se sont exprimés Pierre Nora et Marcel Gauchet.

On aurait aimé, au-delà d’un constat qui mériterait d’être détaillé, lire des pistes de solutions ou de remèdes. Mais certainement le temps viendra t il pour eux. On peut aussi relire leurs écrits produits par ailleurs.

Échapper à la dichotomie gauche droite et aux radicalités

C’est certainement notre ambition au sein de METAHODOS où l’échange libre prédomine, dans l’objectif de partager des réflexions et constats et proposer des remèdes qui fassent consensus sans être fades.

Pierre nora indique : Et notre but était précisément d’échapper à cette dichotomie politique pour analyser les problèmes de fond de tous ordres qui se posaient un monde de plus en plus complexe que l’on ne pourra pas diviser en deux parties. » 

Le Débat est mort, vive le débat,

EXTRAITS

France Culture LE 03/09/2020

40 ans d’échanges d’idées et après, comment continuer le Débat ?

Clap de fin pour la revue Le Débat après quarante ans de publication. Claude Lévi-Strauss, Mona Ozouf ou Milan Kundera… autant de grands penseurs qui ont contribué à cette revue, un lieu essentiel de la vie intellectuelle française. En 1980, le sentiment d’un changement d’époque amenait Pierre Nora à créer la revue Le Débat avec Marcel Gauchet. 40 ans après, le dernier numéro – le 210ème –  fait le bilan d’une époque et de ses discussions intellectuelles. « Plutôt que des plaidoyers et des manifestes », la revue se voulait le lieu de l’analyse. Près d’un demi-siècle plus tard, comment continuer le combat ? 


Avec Marcel Gauchet, philosophe et historien, directeur d’études à l’EHESS et rédacteur. en chef de la revue Le Débat ainsi que Pierre Nora, membre de l’Académie française, historien, directeur de la revue Le Débat. 

A qui s’adressent les intellectuels ? 

« Les intellectuels parlent aux intellectuels, comme disait Radio Londres et leur cercle de prise sur la société s’est doublement réduit. D’une part, par rapport à ce qu’on appelle le grand public et qui lit certainement moins ou participe moins à la vie culturelle du pays. Et puis, parce qu’à l’intérieur même de ce cercle qui devrait être intellectuel, s’opère dans les universités en particulier, une radicalité de positions qui rendent le travail des vrais intellectuels dont l’écho est beaucoup plus restreint. » Pierre Nora

Le débat, une revue qui pense la société ? 

 » Quand les droits de l’homme deviennent une politique, mon erreur d’appréciation en 1980 était de penser qu’il était possible d’arrêter cette vague qui, à mon sens, conduisait vers la confusion et l’impuissance politique des démocraties. C’est qu’il y a aujourd’hui un rapport intime entre l’installation des droits de l’homme aux postes de commandement, avec l’idée qu’ils fournissent une réponse globale aux questions qui se posent dans la vie d’une démocratie et le fait que les démocraties sont en crise. Donc, vous voyez la difficulté qu’il y a à accompagner le mouvement d’une société en essayant de le penser. » Marcel Gauchet

 » Pour moi, cette discussion est une grande tradition française. Elle existe depuis la Révolution française. Et puis aujourd’hui, elle arrive un peu à bout de souffle, semble t-il. Et d’ailleurs, vous pouvez le constater dans la réalité, les Temps Modernes ont eux-aussi disparu. » Pierre Nora

Le débat, un journal sans couleur politique ? 

 » Nous ne nous présentions pas précisément comme une revue militante de droite ou de gauche. Le Débat avait une ambition qui était beaucoup plus vaste, avec un horizon encyclopédique. Et notre but était précisément d’échapper à cette dichotomie politique pour analyser les problèmes de fond de tous ordres qui se posaient un monde de plus en plus complexe que l’on ne pourra pas diviser en deux parties. » Pierre Nora

« Le débat intellectuel a commencé à dériver à partir des années 2000. Nous entrons là dans la nouvelle logique qui a complètement  stérilisé le débat intellectuel dans ce pays. Écartons tous les faits et ne parlons que des imputations qu’on peut faire sur une vieille logique stalinienne. (…) Nous sommes aujourd’hui victimes de ce procès. Le seul fait de dire qu’il y a discussion sur tel ou tel sujet veut dire que vous êtes réactionnaire, car les progressistes, par principe, ne discutent pas de ce qui va de soi » Marcel Gauchet

Peut-on encore débattre comme auparavant ? 

 » Nous avons été une voie parmi d’autres dans ce combat pour restaurer un véritable débat démocratique. L’essor des réseaux sociaux est intellectuellement dramatique par ses effets. Elle s’accompagne d’ailleurs d’un affaiblissement de l’intérêt pour la chose intellectuelle. » Marcel Gauchet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :