Aller au contenu principal

Covid: Quand le choix des mots accompagne la confusion de l’action

INTRODUCTION

L’utilisation de mots nouveaux ( ou parfois l’utilisation nouvelle de mots anciens ) n’a pas facilité une communication sur une gestion qui s’annonçait délicate

  • cluster était il approprié ? surtout quand un mot français désigne la même chose « foyers d’infection », ou foyer infectieux ;
  • distanciation sociale était elle le bon terme alors qu’il s’agissait de distanciation physique, ou encore de distances de sécurité ou de distanciation civique ( plus pédagogique et responsabilisant ) ? et que tout aurait du être fait, dans une action et une communication empathiques, pour éviter très précisément cette distanciation sociale et ses conséquences fâcheuses, individuelles et collectives;
  • gestes protecteurs  ou gestes sanitaires ne sont il pas plus approprié que gestes barrières ?

L’exécutif ne pouvait il consulter les experts ?

pour bien choisir les mots et les expressions ? Pourquoi n’a t il pas eu cette précaution ? cette attention pour ceux qui allaient subir et la pandémie et sa gestion ?

Voici , par ailleurs quelques unes des déclarations de l’exécutif qui ont contribué à développer l’incompréhension des Français

en raison d’une part, de leur imprécision et de leur absence de pertinence, et d’autre part, de leur éloignement par rapport à la réalité des faits ou de l’action.

  • « Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est pratiquement nul parce que la ville est isolée. Les risques de cas secondaires autour d’un cas importé sont très faibles, et les risques de propagation du coronavirus sont très faibles » 24 janvier, Agnès Buzyn;
  • « Nous avons des dizaines de millions de masques en stock en cas d’épidémie, ce sont des choses qui sont d’ores et déjà programmées. Si un jour nous devions proposer à telle ou telle population ou personne à risque de porter des masques, les autorités sanitaires distribueraient ces masques aux personnes qui en auront besoin. » A Buzyn;
  • « Pour la population en générale, il n’y a aucune indication a porter le masque aujourd’hui. Le masque bleu ne protège de rien« : Agnès Buzyn
  • « L’usage des masques est inutile » en dehors des règles d’utilisation définies » Olivier Veran le 4 MARS
  • « L’usage du masque n’est pas recommandé et pas utile », avait assuré le ministre de la Santé Olivier Véran le 6 mars. 
  • « Le port du masque est  totalement inutile pour toute personne non contaminée », « Le masque est une technique. C’est réservé à des soignants » expliquait encore le 19 mars dernier le directeur général de la Santé, Jérome Salomom.
  • « Vous savez quoi ? Je ne sais pas utiliser un masque. Je pourrais dire « je suis une ministre, je mets un masque mais en fait, je ne sais pas l’utiliser »Sibeth Ndiaye
  • « C’est une forme de mise à distance, d’allégement de la gravité générale, c’est un contrepoint nécessaire auquel les médecins sont très habitués » Edouard Philippe à l’Assemblée Nationale le 21 mars;
  • « Nous sommes en guerre », le président de la République
  • « Non, je n’ai pas ces grands mots », E Macron répondant aux journalistes, reprenant les mots d’Édouard Philippe sur « la gravité économique de la crise« ;
  • « Les Français s’en fichent » Edouard Philippe à un journaliste l’interrogeant sur les dissensions avec le PR qui viendraient de l’utilisation d’un vocabulaire diffèrent pour gérer la crise;
  • « Limiter au maximum les visites » aux aînés » a déclaré M Macron dans une maison de personnes âgées qu’il visitait en Mars. des après les visites ont été interdites. Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement, mercredi 28 octobre, avec quelques changements par rapport au précédent. Les visites en maison de retraite et dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) seront notamment autorisées « pour éviter que ne se nouent des drames humains que nous avons vécus au printemps » et « que des personnes seules, en fin de vie, se retrouvent totalement isolées ». Les familles pourront donc rendre visite à leur proche « dans le strict respect des règles sanitaires » CQFD ?
  • « Pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester même après le 11 mai confinées, tout au moins dans un premier temps »avait demandé Emmanuel Macron le 13 avril. Un isolement également recommandé par le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy. Selon lui, 18 millions de personnes, dont celles « d’un certain âge au-dessus de 65 ou de 70 ans », devaient rester confinées
  • « Ceux qui sont en réanimation sont ceux qui n’ont pas respecté le confinement«  : Didier Lallement
  • « Les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts« … Olivier Véran 
  • « Il ne sert à rien de se faire tester trop souvent. Le test n’est pas un geste barrière, il doit être fait si vous avez un doute ou si vous êtes un cas contact avéré, donc contacté par l’ARS ou la personne concernée ». ( Vous n’avez donc pas à effectuer de test de dépistage ) O Veran;
  • « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles de traverser toute la France pour récolter des fraises gariguettes ». Sibeth Ndiaye:
  • « Noêl aura bien lieu cette année », O Veran
  • « Le meilleur moyen de célébrer l’entrée dans la nouvelle année, c’est de ne pas la célébrer ! J’espère que nous aurons l’occasion de faire une grande fête en 2021, le jour où nous pourrons annoncer aux Français qu’ils ne doivent plus porter de masque en permanence et où nous ne serons plus obligés de compter les morts« , a déclaré O Veran il y a quelques jours. « On ne peut pas, pour une soirée, prendre le risque de bloquer à nouveau le pays pendant des semaines. » Au cours de cette interview, Olivier Véran n’a pas exclu la possibilité d’un troisième confinement pour le début d’année 2021. « Le virus circule encore trop », a-t-il précisé, rappelant qu’il y a « 15 000 contaminations détectées par jour en moyenne« , et ce « alors qu’on était descendu à 11 000« . Il a été démenti le lendemain par le premier ministre s’agissant d’un troisième confinement…toutefois, en même temps les experts gouvernementaux laissaient entendre la nécessité de reconfiner certaines …on verra peut être après les vœux du PR les décisions difficiles à prendre avant.

Toutes ses expressions et attitudes ont illustré l’état d’esprit des décideurs et ont ajouté aux difficultés d’informer, de communiquer, …d’échanger.

Mais a ton pris conscience de cette nécessité absolue – en crise majeure – d’échanger, de dialoguer, de réfléchir et d’agir ensemble ? Dès je début de la crise, Metahodos pronostiquait que la crise servirait de stress test de la gouvernance présidentielle : malheureusement, nous sommes bien au-delà de nos craintes initiales. L’exécutif, non seulement, n’a pas corrigé sa tendance autoritaire et opaque, il l’a accentuée, et pas uniquement dans le domaine de la pandémie.

L’épidémie de Covid-19 a fait entrer dans le ROBERT un nouveau vocabulaire

Les nouveaux mots liés à la pandémie entrent dans le dictionnaire, “la langue va être marquée de manière durable” d’après un lexicographe. « Déconfinement », « Covid », « Geste barrière » ou encore « Distanciation sociale » figurent dans l’édition 2021 du dictionnaire Le Petit Robert.

Le dictionnaire « suit » les pratiques, bonnes ou moins bonnes. Il retient donc par exemple geste barrière ou distanciation sociale malgré les graves inconvénients de leur utilisation. « On a décidé d’ajouter ces mots très rapidement car c’est un événement historique », a expliqué Édouard Trouillez, lexicographe aux éditions Le Robert.

De nombreux mots apparus sont en effet avec les derniers événements: « déconfinement », « oxymètre », « saturomètre », « covid », « téléconsultation ». Également des mots qui vont prendre des sens nouveaux comme « réserviste ». Il y a aussi des expressions nouvelles : « gestes barrières », « distanciation sociale et physique », « patient zéro », etc.

« le Covid » ou « la Covid » ?

Ce mot peut s’employer au masculin et au féminin. Tout simplement, on tient compte de l’usage. En France, on va plutôt employer ce mot au masculin. Au Canada francophone, au Québec, on emploie ce mot plutôt au féminin.

Il n’y a pas que les mots apparus avec la pandémie

En gastronomie, par exemple, depuis plusieurs années, on va retrouver beaucoup de choses de pays étrangers comme le « tataki », le « combucha » ou encore le « mochi ». Il y a également tout ce qui est lié à la nouvelle économie : la « tech », le « cloud », la « story » qu’on connaît et bien sûr « Instagram ».

Et puis quelque chose d’un peu plus récent, c’est tout ce qui concerne la reconnaissance du droit à la différence ou la lutte contre les discriminations. On va trouver des mots comme « polyamour », « pansexuelle », la « sérophobie », c’est-à-dire l’hostilité envers les personnes séropositives. Ça rejoint des mots que nous avions ajouté les années précédentes comme « lesbophobie », « grossophobie », « transphobie ».

Dès Mai 2020, l’émission Grand Bien avertissait: attention aux mots et expressions utilséees ! En vain

Sur France Inter: Jean Pruvost, professeur de lexicologie et Laelia Véron, linguiste, enseignante chercheuse ont parlé des mots autour du coronavirus et tenté une sélection, ouverte, des mots et expressions les plus appropriées.

« Le climat réel est sombre ! n’aggravez pas le climat ressenti par pitié ! «  indique l’un des intervenants qui évoque par ailleurs les termes de :

  • aperodissements,
  • covodial,
  • confinersaire.

On peut par ailleurs citer d’autres expressions, comme

  • infodémie
  • bamboche ( mot ancien remis àla mode par le Préfet du LOIRET )

Dès la mi-février 2020, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soulignait :

« Nous ne combattons pas seulement une épidémie mais aussi une infodémie. Les fausses nouvelles se propagent rapidement et plus facilement que le coronavirus et sont tout aussi dangereuses. »

Nous vous proposons des extraits de l’émission de France Inter LA LANGUE FRANÇAISE À L’HEURE DU CORONAVIRUS pour « parler des mots autour du coronavirus »

EMISSION

La langue française à l’heure du coronavirus

France Info

Mai 2020, l »émission Grand bien vous fasse sur France Inter invitait Jean Pruvost, professeur de lexicologie et Laelia Véron, linguiste, enseignante chercheuse, pour parler des mots autour du coronavirus.

La « distanciation sociale »

Faites un effort pour utiliser le bon vocabulaire de notre belle langue. Exemple récent :la « distanciation sociale » est un véritable non-sens ! La distanciation étant le recul pris par rapport à un événement (mot utilisé au départ dans le théâtre de Brecht) et social concernant les rapports entre les membres d’une société du point de vue comportement et évolution. Il faudrait parler d’ »espacement physique » qui a l’avantage de sous-entendre la notion de mesure de l’espace entre les personnes. Que dire aussi des « clusters » au lieu de « foyers d’infection » ? La liste est très longue…

Par pitié ! Ecoutez les auditeurs et relisez le courrier de la Médiatrice !

La « distanciation sociale » est insupportable, Elle n’a rien d’une « distanciation » (prenez votre dictionnaire, et je ne veux pas dire votre dictionnaire anglais, mais français). Et elle n’a rien de social. Parlez-nous tout simplement des distances de sécurité. 

En dehors des « en fait, du coup et voilà » qui débutent ou s’imposent dans toutes les phrases de nombreuses personnes et m’agacent par leur pauvreté, je relève que des intervenants de qualité ont déjà mentionné sur votre antenne que « distanciation sociale » était inapproprié. En effet, « distance physique » aurait très bien convenu, sans cette notion de rejet de classe. Par pitié, simplifiez et généralisez dans la Rédaction le rejet de cette « distanciation » ! Merci 
« Cluster »

Je suis très triste d’entendre vos journalistes parler de « cluster » alors que le mot français existe. Il s’agit de « foyer d’épidémie ». Ne pouvez-vous pas faire un effort et utiliser les mots français ? Les Canadiens le font tellement bien. Merci d’avance de transmettre le message… 

Merci de toutes ces émissions fort intéressantes et stimulantes pour notre réflexion. Durant cette période, le mot « cluster » a été utilisé sans précision dans un nouveau contexte et je reconnais avoir eu du mal à appréhender le sens de ce mot alors que « foyer infectieux » était très clair et précis pour tout un chacun. Distanciation « sociale » a donné une connotation très négative voire dévoyer à mon sens.

Qu’est-ce qui empêche la radio « publique » – le français est sa langue officielle – de parler de « foyer » d’épidémie plutôt que de « cluster » ? 

Pouvez-vous intervenir sur toutes les chaînes de radios pour dire qu’il existe une langue française que certains auditeurs comprennent encore (pas pour longtemps !) Il n’y a pas de « clusters » pour l’épidémie de Covid 19 mais des FOYERS.  C’est énervant d’entendre les journalistes ne plus savoir parler le français et nous abreuver de mots anglais. 

Les Gestes Barrières

Pourriez-vous, les différents animateurs d’émissions toujours passionnantes, utiliser les bons mots et demander aux intervenants de tous domaines de le faire aussi. Dire « gestes protecteurs » à la place de « gestes barrières « . 

Le choix des mots est un de vos privilèges autant qu’une de vos compétences et c’est aussi votre devoir me semble-t-il ; et les mots ne sont pas neutres ; ils ont un impact sur qui vous écoute ; JE trouve que vous devriez vous astreindre à parler de gestes PROTECTEURS plutôt de gestes barrières ; et aussi sortir de votre vocabulaire « distanciation sociale » (qui est une horreur ajouté à l’horreur !) et vous astreindre à dire « distanciation physique » et encore mieux « DISTANCIATION CIVIQUE » Le climat réel est sombre ! n’aggravez pas le climat ressenti par pitié !

Je suggère pour les mots « distanciation sociale ou physique » l’appellation suivante  » sanitaire » et « mesures sanitaires » au lieu de « mesures barrières ». Ne trouvez-vous pas cela beaucoup plus précis ? 

Quatorzaine

Étymologie : Mot dérivé de quatorze avec le suffixe-aine. Le mot quatorze vient du latin quattuordecim (« quatorze ») on dit aussi dizaine, douzaine, vingtaine….

On entend à longueur d’antenne le terme quatorzaine à la place de quarantaine. La quarantaine est une période d’isolement d’une durée variable, comme le dit le Larousse : « Mesure de police qui consiste à imposer un isolement provisoire de durée variable aux personnes, aux navires ou aux animaux et aux marchandises provenant d’un pays infecté par une maladie contagieuse. « 

J’ai apprécié que votre présentatrice ait parlé de foyers d’infection plutôt que le mot anglais, mais je regrette qu’elle ait parlé de quatorzaine, mot qui ne veut rien dire, il existe en français le terme de quarantaine dont la durée est modulable à autant de jours que nécessaires voir 14. 

Un néologisme horrible et inutile vient de faire son apparition à la faveur, si j’ose dire, du Covid-19 et semble ravir certains des journalistes de Radio France et/ou de leurs interlocuteurs : 
« quatorzaine » !? 
Le mot quarantaine a perdu son sens originel et est devenu synonyme d »isolement… 
On peut donc dire une quarantaine de 15, 30, 60 jours… 
Ou tout simplement, un isolement ou éloignement, ou mise à l’écart.. 

LA covid

L’Académie française a bien précisé qu’on doit parler de “LA covid 19”; il s’agit de la « covid 19 desease », “la maladie” est féminin donc c’est LA covid 19, et le virus de la covid 19 ou le coronavirus…

Chacun sait que le désœuvrement est mauvais conseiller. D’où ce message : de grâce, ne vous rendez pas ridicules en voulant nous infliger “LA” covid. Si “disease” correspond bien à LA maladie, il s’agit bien du COVID (et non pas de la COVIM), la planète entière ayant adopté l’acronyme anglais, inutile de se montrer plus royaliste que le roi ! Polémique de genre mise à part, je remercie Nicolas MARTIN pour ses excellentes chroniques quotidiennes sur le coronavirus qui m’ont permis d’en savoir un peu plus sur un virus encore bien énigmatique.

Hors de question que je dise LA Covid 19 comme vous ne cessez de le dire. Marre de ces noms féminins négatifs… la maladie, la maltraitance, j’en passe et des meilleurs… 

Propositions de néologismes

Aperodissements pour les applaudissements de 20h avec apero !

Je proposerai le terme de covidial qui pourrait remplacer momentanément le mot convivial… Nous assistons à de nouvelles formes de convivialités masquées, mise en scène par des impératifs sanitaires, économiques et sociaux… Le confinement puis le déconfinement, invitent à de nouvelles pratiques : apéritifs virtuels, école à distance, télétravail renforcé… qui sont autant de nouvelles formes covidiales, qui remplacent momentanément, je l’espère, les formes de convivialités d’avant le confinement… 

Je vous remercie pour vos émissions et votre bienveillance. En plus des mots que vous avez déjà cités, il en est un que j’ai utilisé (et vécu) à plusieurs reprises ces 2 derniers mois ; c’est confinersaire !

« Rouvrir » ou « Réouvrir »

A propos du « déconfinement », 2 termes à bien utiliser  » le verbe « rouvrir » (non pas réouvrir) et le mot « réouverture ».

Je voulais vous parler vocabulaire : en cette période de confinement, j’entends 7 personnes sur 10 dire RÉOUVRIR or, le verbe est ROUVRIR même si le substantif est la RÉOUVERTURE. Ainsi va la langue française ! Merci encore d’embellir mes journées ! 

J’imagine bien que des broutilles d’orthographe sont les derniers de vos soucis en ce moment mais vous nous obligeriez, vous et vos confrères journalistes parfois, à employer le verbe « rouvrir » et non « réouvrir » qui n’est évoqué pour l’instant que dans le Larousse. « Réouvrir » est même déconseillé sur le site internet de ce même Larousse. Le Robert ne l’emploie pas. 

 

 




3 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :