Aller au contenu principal

L’humour très anglais de Winston CHURCHILL: « La démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres »

Dans notre série relative à l’humour, voici un article concernant Sir Winston Churchill.

Citation: « En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En URSS, tout est interdit, même ce qui est permis.« 

Nos autres publications:

QUEBEC – Humour politique et Politique humoristique – Connivence et Désillusion https://metahodos.fr/2020/12/27/dhumour-politique-a-politique-humoristique-entretien-avec-la-politologue-julie-dufort/

Il y a urgence à rire https://metahodos.fr/2020/12/23/il-y-a-urgence-a-rire/

Ce qui faisait rire les Grecs, Egyptiens, Romains – peuple et puissants https://metahodos.fr/2020/12/19/quest-ce-qui-faisait-rire-les-romains-les-grecs-les-egyptiens/

Pierre DAC: l’absurde, une arme politique magnifique https://metahodos.fr/2020/12/15/pierre-dac-labsurde-une-arme-politique-magnifique/

L’humour en politique: un oximore, entre batailles d’égos et urgence des situations? https://metahodos.fr/2020/12/16/lhumour-en-politique-un-oximore-entre-batailles-degos-et-urgence-des-situations/

L’humour, arme de campagne aux Etas Unis https://metahodos.fr/2020/12/17/lhumour-arme-de-campagne-aux-etas-unis/

L’humour douteux des Romains à propos des Gaulois https://metahodos.fr/2020/12/18/lhumour-douteux-des-romains-a-propos-des-gaulois/

L’hommage de David Cameron lors du cinquantième anniversaire de sa mort

Le Premier ministre britannique David Cameron avait souhaité marquer le cinquantième anniversaire de la mort de Winston Churchill en livrant ses citations préférées du « Vieux Lion » et en appelant chacun à faire de même sur Twitter.

« Churchill a été notre meilleur Premier ministre et nous lui devons tout. En mai 1940, la décision cruciale de combattre Hitler a sauvé notre pays et a sans doute sauvé le monde », a dit David Cameron dans une vidéo-hommage au chef du gouvernement britannique pendant la Seconde guerre mondiale, décédé le 24 janvier 1965.

« Je pense que nous devrions nous souvenir cette année de toutes les grandes choses qu’il a dites », a-t-il ajouté dans cette vidéo diffusée sur son compte officiel Twitter. « Ma citation préférée de Churchill est celle qu’il a prononcée après sa décision mémorable de mai 1940:

« Nous défendrons notre île, quel qu’en soit le prix. Nous nous battrons sur les plages. Nous nous battrons sur les terrains de débarquement. Nous nous battrons dans les champs, et dans les rues, nous nous battrons dans les montagnes. Nous ne nous rendrons jamais! « 

Winston Churchill (1874-1965) s’était mué en chef de guerre dès sa nomination à la tête d’un gouvernement de coalition, le 10 mai 1940, au lancement de l’attaque nazie contre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg puis la France. Il était resté Premier ministre jusqu’en 1945, et l’est redevenu en 52 jusqu’en 1955. Le « Vieux Lion » avait beaucoup de cordes à son arc: peintre confirmé, il a reçu le prix Nobel de Littérature en 1953 pour la publication de ses Mémoires.

Le nom de Winston Churchill a marqué l’Histoire par son action lors de la guerre 1940-1945. Mais l’homme d’Etat britannique a aussi marqué les esprits par ses talents d’orateur et certaines répliques devenues cultes.


Les meilleures répliques de Churchill Le Premier ministre britannique s’est éteint le 24 janvier 1965, ses répliques n’ont pas pris une ride.

Toujours le Shaw

Winston Churchill aimait aussi échanger avec le dramaturge George Bernard Shaw. Pour la première représentation d’une de ses pièces, l’homme de théâtre envoya à Churchill un télégramme plutôt piquant: « Vous ai réservé deux places pour la première. Amenez un ami, si vous en avez un ». La réponse était tout aussi piquante. « Présence impossible pour la première. Viendrai à la deuxième, s’il y en a une.« 

« Imaginez-vous un instant avec votre intelligence et ma beauté »

Il arrivait également que le « Vieux lion » rugisse sur une parfaite inconnue qui l’apostrophait. « Winston ! Imaginez-vous un instant avec ma beauté et votre intelligence… » La remise en place fut fulgurante: « Ma chère ! Imaginez-vous un instant avec votre intelligence et ma beauté !« 

Churchill sur les Français

Churchill était francophile mais envoyait régulièrement des répliques sarcastiques à ses voisins d’outre-Manche. « Le Tout-Puissant, dans son infinie sagesse, n’a pas cru bon de créer les Français à l’image des Anglais.« 

Il est aussi l’auteur de cette phrase: « L’Angleterre s’écroule dans l’ordre, et la France se relève dans le désordre.« 

Churchill et de Gaulle

Les relations entre le Premier ministre britannique et le général ont souvent été tendues. Churchill a notamment évoqué son voisin français avec cette formule devenue célèbre. « J’ai pris soin de de Gaulle un peu comme on élève un jeune chien, mais il mord maintenant la main qui l’a nourri. » 10 mai 1941

Il lui avait également lancé, en français : « Mon général, si vous m’obstaclerez, je vous liquiderai.«  C’est à l’occasion de la conférence interalliée de Casablanca, au Maroc, organisée du 14 au 24 janvier 1943 afin de préparer l’après guerre, que Winston Churchill a prononcé cette phrase en français. De Gaulle avait d’abord refusé l’invitation du « Vieux Lion », avant de céder. Le général quitta néanmoins la conférence furieux. Churchill déclara alors : « Son pays a abandonné la lutte lui-même n’est qu’un réfugié, et si nous lui retirons notre appui, c’est un homme fini. »

« Il ressemble à un lama femelle surpris dans son bain » . De Gaulle était célèbre pour son allure embarrassée à cause de sa grande taille. Cela expliquerait cette comparaison peu flatteuse confiée par Churchill à un proche peu après le début de la guerre.

« Que voulez-vous, tout le monde ne peut pas se déguiser en soldat inconnu ! » Et tac, la réplique de Churchill ! Il venait de pénétrer dans le bureau du Général, vêtu d’un nœud papillon à pois, d’une chemise rayée et d’un costume à carreau, quand De Gaulle en uniforme lui lança, sourire aux lèvres : « Tiens, c’est le carnaval à Londres aujourd’hui ? »

« Je me souviens lui avoir dit, lors des jours sombres de 1940 : «Voici le connétable de France». C’est un titre qu’il a bien mérité depuis ! » En 1958, à Paris, De Gaulle épingla la croix de la Libération sur la poitrine de Churchill pour lui signifier que « la France sait ce qu’elle lui doit ». Malgré des relations tendues, les deux hommes avaient un profond respect l’un pour l’autre.

Il y en a pour tout le monde

L’aristocrate avait des bons mots pour toutes les puissances européennes de l’époque.« En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En URSS, tout est interdit, même ce qui est permis.« 

« J’ai retiré plus de choses de l’alcool que l’alcool ne m’en a retirées »

Des litres de whisky, du champagne dès le matin, du cognac, du porto,… Winston Churchill n’était jamais contre un petit verre. Et même plusieurs de préférence. « J’ai retiré plus de choses de l’alcool que l’alcool ne m’en a retirées« , a-t-il un jour déclaré.

Sa vision du socialisme

Libéral, Winston Churchill était particulièrement inspiré sur le socialisme. « Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais du contribuable« , « Sous le capitalisme, les gens ont davantage de voitures. Sous le communisme, ils ont davantage de parkings« , ou « Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère« , sont les plus célèbres de ses répliques.

Un bon politicien…

L’homme politique avait une définition très personnelle d’un « bon » politicien. « Un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit.« 

Octobre 1938, au Premier ministre Neville Chamberlain, après la conférence de Munich :

« Vous aviez le choix entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre. »

Le 4 juillet 1940, alors que la flotte britannique attaque la flotte française à Mers-el-Kébir, pensant ainsi éviter qu’elle tombe aux mains des Allemands :

« C’est bien la première fois depuis le début de la guerre que les Français se battent avec toute leur énergie. Je ne vois pas comment nous pourrons éviter de nous retrouver en guerre avec la France demain. »

Le 14 juillet 1940, après Mers-el-Kébir :

« Lorsqu’un ami et un camarade, aux côtés duquel vous avez affronté de terribles épreuves, est terrassé par un coup décisif, il peut devenir nécessaire de faire en sorte que l’arme qui lui est tombée des mains ne vienne pas renforcer l’arsenal de votre ennemi commun. Mais il ne faut pas garder rancune à votre ami pour ses cris de délire et ses gestes d’agonie. Il ne faut pas ajouter à ses douleurs ; il faut travailler à son rétablissement. L’association d’intérêts entre la France et la Grande-Bretagne demeure ; la cause commune demeure ; le devoir inéluctable demeure. »

Le 10 décembre 1942 :

‘Le Tout-Puissant, dans son infinie sagesse, n’a pas cru bon de créer les Français à l’image des Anglais. »

Le 15 février 1941 :

« Je n’ai jamais entendu parler d’un grand athlète qui soit aussi un grand général. Il y a peut-être une exception dans l’armée italienne, où un général peut avoir besoin d’être un bon coureur. »

Le 27 janvier 1941 :

« Je ne déteste personne et je ne crois pas avoir d’ennemis – à l’exception des Boches… et encore, c’est professionnel ! »

Le 30 novembre 1943 :

« En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu’elle doit toujours être protégée par un rempart de mensonges. »

Le 9 février 1949, à son petit-fils :

« Apprends tout ce que tu peux au sujet de l’histoire du passé ; c’est le seul moyen de tenter de deviner ce qui arrivera à l’avenir. »

En complément, nous vous proposons un article de l’Est Républicain.

ARTICLE

L’humour très anglais de Winston Churchil

Est Républicain

Véritable champion de la petite phrase et de l’humour, Sir Winston Churchill a vraiment marqué l’histoire avec sa verve so british !


Churchill, le mordant du vieux lion

Premier ministre de l’Angleterre, l’homme qui sauva son pays durant la Seconde Guerre mondiale en lui promettant du sang et des larmes, Winston Churchill (1874 – 1965) fut un également un redoutable bretteur des mots. Le vieux lion savait sortir ses griffes.

Pauvre Lady Astor.

C’est peu dire que le très macho Winston et la féministe Lady Astor se détestaient. Deux échanges en témoignent. Un jour, Lady Astor rend visite à son  » ami « . Elle lui lance :  »  » Winston, si j’étais votre femme, je mettrais du poison dans votre verre « . La réponse fuse : «  Eh bien moi, Nancy, si j’étais votre époux, je le boirais ! « . Pas mal non plus mais un poil goujat tout de même. Cette chère Nancy s’offusque de l’état d’ébriété de son rival.  » Winston Churchill, vous êtes ivre « . « Ivre peut-être mais pas désarçonné par cette charge ».

Il rétorque : «  Et vous, Madame, vous êtes laide. Mais moi, demain, je serai sobre « . L’homme n’est pas plus sympa avec une inconnue qui l’apostrophe avec une phrase (a priori) spirituelle :   » Winston ! Imaginez-vous un instant avec ma beauté et votre intelligence « . Lui dégaine : «  Ma chère ! Imaginez-vous un instant avec votre intelligence et ma beauté « 

Alcool. Lady Astor avait pourtant raison.

Les rapports de Churchill avec l’alcool furent parfois compliqués. Il le savait et déclarait : «  Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député « .

Ou bien encore :  » Le secret de ma vitalité ? Je n’ai dans le sang que des globules rouges : l’alcool a tué depuis belle lurette tous mes globules blanc « .


Droite. 

Ce n’est rien de le dire. Winston Churchill n’aimait pas (plus) les socialistes (que Lady Astor). De nombreuses citations en témoignent. En voilà deux :  » Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais du contribuable » « 

et  » Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère « 

Diplomatie. 

Pour décrire la frilosité des démocraties européennes face à la montée du nazisme, sa petite phrase s’applique bien.  » Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé « .

Il décrivit ainsi la situation des différents pays :  » En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En U.R.S.S., tout est interdit, même ce qui est permis « .

Médecin.

 Pour rester en bonne santé, il faut savoir mettre dans le mille. Notamment avec les mots :  » Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l’on vise bien « . Sa recette tenait d’ailleurs en quelques mots. Le fameux  » No sport ! « .


Postérité. Il savait qu’il allait laisser une trace dans l’histoire de son pays. Même si, à ce sujet également, il fit preuve d’ironie : «  Nous sommes tous des vers… Mais je pense que je suis un ver luisant « .

D’autant qu’il avait pris ses précautions : «  L’ Histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire « 

Politique. 

Homme de combat, il était très lucide sur la fonction politique : «  La politique est plus dangereuse que la guerre… A la guerre, vous ne pouvez être tué qu’une seule fois. En politique, plusieurs fois « .  » Un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit « .

Il laisse une phrase que nous devrions tous méditer : «  La démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres « .

3 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :