Aller au contenu principal

« QUAND ON N’A QUE LA HAINE ». CAUSE OU EFFET ? RESSORT OU PHÉNOMÈNE ?

LA HAINE, À LA FOIS CAUSE ET EFFET

Un ressort et un phénomène, c’est le thème d’une émission d’il y a quelques mois déjà de France Culture qu’un de nos lecteurs – Armand FLAX – suggère d’écouter suite à notre publication:

«UN PUISSANT MOUVEMENT DE CONSTERNATION ET D’EXASPÉRATION». ALAIN BAUER https://metahodos.fr/2021/05/12/un-puissant-mouvement-de-consternation-et-dexasperation-la-tribune-dalain-bauer/

Alain BAUER écrit : « Le lent processus de goutte à goutte de la violence, de la criminalité « ordinaire » ou du terrorisme, du retour de la violence physique, de l’affrontement, du règlement de comptes, des agressions contre les services publics (pompiers, policiers, gendarmes, postiers, électriciens, médecins, …) provoquent, après une fermentation de plusieurs décennies, un puissant mouvement de consternation et d’exaspération, particulièrement chez les fameux « agents de première ligne », qui ont imperturbablement continué à faire fonctionner les services essentiels tout particulièrement durant la crise pandémique. « 

« Condamner la haine elle-même, la mettre du côté du mal, est du coup trop réducteur. Car, en fait, elle n’est pas l’objet du mal, mais elle permet de le désigner, de le nommer. L’époque n’est donc pas mauvaise ou plus mauvaise, elle est surtout plus radicale parce qu’elle veut montrer et dire ce qui va mal pour aller vraiment mieux. » écrit Géraldine Mosna-Savoye.

EMISSION

QUAND ON N’A QUE LA HAINE

LE JOURNAL DE LA PHILO par Géraldine Mosna-Savoye – 14/06/2019 – France Culture

Aversion des élites, du peuple et de l’autre… la haine est dans l’air du temps. Mais faut-il nécessairement la condamner ou se demander ce qu’elle révèle des fractures de notre société ? Et si la haine avait des bienfaits ?

C’est un signe du temps : il y a de la haine dans l’air.

Réseaux sociaux, rejet des médias, complot antisémite, terrorisme, déni du peuple ou colère envers les élites… L’époque est bien à la haine.*

Dès lors, les parutions se mettent à la page : la Revue des Deux Mondes de ce mois de juin consacre tout un dossier spécial à la haine française, et les Editions Payot ont fait paraître L’Etranger, un recueil de textes du philosophe et sociologue allemand Georg Simmel, sur les haines sociales. De quoi éclairer, donc, cet air du temps…

La haine, ressort et signe

Les Gilets Jaunes ont fait éclater au grand jour certaines des grandes dissensions qui structurent la société française.

Il y avait eu des signes avant-coureurs : les black blocs, Nuit Debout, des émeutes en banlieue, et il y a des éléments de langage : « fractures sociales », « creusement des inégalités », « colère populaire », mêlant autant les causes que les manifestations de la haine.

C’est que la haine, justement, est aussi bien une cause qu’un effet, un ressort, un mécanisme, qu’un signe, un phénomène. Elle est ainsi autant un mobile qui pousse à agir que la forme de l’action elle-même : c’est par haine que l’on agit avec haine. C’est ce qui la rend aussi diffuse aujourd’hui : il y a à la fois des raisons d’être haineux, et une manière d’être haineux.

Mais à quoi tient cette diffusion aujourd’hui ? Pourquoi la haine est-elle un signe de notre temps ? Y a-t-il une multiplication de ses causes, plus de raisons d’être haineux aujourd’hui, ou une intensification de ses effets qui fait que nous avons moins de filtres, que nous empruntons plus facilement sa voie ?

Un ciment clivant

En 1995, Mathieu Kassovitz sortait son film culte La Haine, avec ce film et ce titre, il a désigné d’un seul mot tous les conflits profonds entre la jeunesse et la police. Il les a rendus visibles, mais ils ne sortaient pas de nulle part. Ils étaient déjà là, profonds, mais ils n’étaient pas montrés.
Ce film a ainsi révélé que la haine avait quelque chose de permanent, de constitutif, mais qu’elle n’était pas toujours belle à montrer et à voir. Evoquer la haine, c’est donc dévoiler et scandaliser, car on désigne cette ambiguïté fondamentale : la société se soude essentiellement et paradoxalement sur des conflits, des dissensions, de l’aversion.

C’est ce que dit Georg Simmel, dans son texte « Sur la psychologie sociale de l’hostilité », un groupe se réunit contre un ennemi qu’il hait, mais il est lui-même fissuré, en son sein, par la haine. Comment comprendre alors que la haine soude en fait ceux qu’elle divise ?

Aussi nécessaire que l’amour

Se pencher sur les occurrences de la haine dans les textes classiques revient aussi à se pencher sur son contraire : l’amour.

Dès l’Antiquité, Empédocle a ainsi fait de l’amour et la haine les deux forces réciproques, positive et négative, qui structure le mouvement du monde.

Dans son traité sur les Passions de l’âme, Descartes consacre un article conjoint à l’amour et la haine. On porte de l’amour aux objets qui nous font du bien, on les hait quand ils nous sont nuisibles.
Mais que dire des objets nuisibles qui nous font du bien ? Et que faire de la haine qui nous soulage ? Il y a un bienfait de la haine. Baudelaire dit ainsi que « La haine est une liqueur précieuse, fait avec notre sang, notre santé, notre sommeil, et les deux tiers de notre amour ».

Condamner la haine elle-même, la mettre du côté du mal, est du coup trop réducteur. Car, en fait, elle n’est pas l’objet du mal, mais elle permet de le désigner, de le nommer. L’époque n’est donc pas mauvaise ou plus mauvaise, elle est surtout plus radicale parce qu’elle veut montrer et dire ce qui va mal pour aller vraiment mieux.

LIEN VERS L’EMISSION:

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=69be5315-9b50-4045-9d82-d922f8506a7c

1 réponse »

  1. Intéressant !
    Toutefois, l’analogie entre l’individuel et le social est problématique. Je m’explique ! il y a un glissement entre deux notions qui n’ont rien à voir : la notion individuelle et la notion sociologique.
    La relation entre le peuple et ses gouvernants n’est pas basée sur les mêmes critères que les relations entre les individus.
    Comme Martin Luther King, « J’ai décidé d’opter pour l’amour. La haine est un fardeau trop lourd à porter. » 😉
    C’est pour cela que je suis farouchement opposée à toute forme d’arrogance et d’atteinte à l’intégrité physique d’autrui…
    @Anne Brunet

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :