Aller au contenu principal

L’ÉLECTION DONT LE PRÉSIDENT NE VOULAIT PAS DEVENUE UNE INQUIÉTANTE RÉPÉTITION GÉNÉRALE POUR 2022.

Une campagne détournée

Le premier tour des régionales et des départementales, ce dimanche, pourrait enregistrer une abstention record. Avec LREM focalisé sur sa lutte contre le «vieux monde», LR et gauches bousculés et un RN toujours aussi haut, ces scrutins ressemblent à une inquiétante répétition générale pour 2022.

ARTICLE

Régionales ou tour de chauffe ?

par Lilian Alemagna publié le 18 juin 2021 LIBERATION

Dans quel état sont les électeurs français après un an et demi de crise sanitaire, sociale et économique ? Ce dimanche, alors que l’on peut tomber le masque en extérieur, rentrer chez soi à pas d’heure, que plus de 30 millions de personnes ont déjà reçu au moins une dose de vaccin et que les salles de réa désemplissent enfin après des mois de «plateaux hauts» et de rebonds épidémiques, plus de 46 millions de citoyens sont appelés à élire leurs représentants dans les conseils régionaux et départementaux.

Les prévisions sont maussades : selon les instituts de sondages, moins de 40 % du corps électoral pourrait se rendre aux urnes – la moitié seulement s’était déplacée aux régionales de décembre 2015 – et l’extrême droite devrait confirmer sa force dans un pays où la sécurité – qui n’est pas une compétence de ces collectivités – a dominé les débats de cette campagne. La droite républicaine, malgré une campagne galère et la crainte de perdre deux régions (Provence-Alpes-Côte-d’Azur au profit du RN et Pays-de-la-Loire qui a une chance de basculer à gauche) devrait tout de même arriver en tête grâce à la force de ses barons aux désirs présidentiels. Mais le Rassemblement national devrait, lui, confirmer la diffusion du vote d’extrême droite dans l’ensemble du territoire et non plus voir ses listes cartonner dans l’Est quand celles de l’Ouest peinaient à se qualifier pour le second tour. Après s’être fracassée en 2015 sur un barrage républicain solide dans les Hauts-de-France et en Paca, Marine Le Pen voit sa stratégie de «banalisation» lui ouvrir les bras d’électeurs de droite provençaux et azuréens. Ces derniers sont tout près de porter, selon les sondages, un ancien ministre UMP, Thierry Mariani, à la tête d’une collectivité de plus de 5 millions d’habitants avec plus de 2,3 milliards d’euros de budget. Un vrai tremplin pour 2022.

Stratégie de main tendue

«Si le RN gagne des régions, ils vont en faire des appartements témoins pour la présidentielle», s’inquiète un président de groupe au Sénat. A qui la faute ? «A force de jouer aux cons avec nous, la droite va favoriser les victoires du RN», balance une députée LREM venue de LR. Par le mode de scrutin poussant aux alliances dans l’entre-deux-tours, les stratèges de la majorité, condamnés comme aux municipales l’an dernier à jouer les seconds rôles, veulent faire de cette dernière élection avant 2022 une nouvelle étape de la fracturation de ce «vieux monde» beaucoup trop vite rangé au placard par Emmanuel Macron.

Dans les régions comme la Bourgogne-Franche-Comté, le Centre-Val-de-Loire, le Grand-Est ou même les Hauts-de-France, la question du «désistement républicain», à défaut d’alliance avec la droite ou d’incompréhensibles «fusions techniques», se posera ainsi aux partisans du président de la République. L’Elysée prévient : «Il ne sera jamais un marche-pied du RN ! Jamais !» Façon de dire que s’il faut téléphoner dimanche soir aux têtes de liste pour se retirer, le chef de l’Etat le fera. Comme réalisé en Paca avant le premier tour, la stratégie de la main tendue aux listes LR devrait se poursuivre d’ici mardi 18 heures, heure limite de dépôt des listes pour le second tour. Déjà très actifs au siège du parti de droite, les partisans du «ni» Le Pen «ni» Macron ne manqueront pas, dès dimanche soir, de mettre la pression sur leurs présidents sortants pour refuser des appuis non essentiels proposés par LREM et le Modem dans trois à quatre régions.

Champ de ruines

Et la gauche dans tout ça ? Sauf mauvaises surprises, ses régions de l’Ouest devraient tenir une fois de plus le choc. Le Parti socialiste ne devrait pas avoir trop de mal à conserver l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine. En Bretagne, la succession du grognard hollandais passé sous pavillon Macron Jean-Yves Le Drian pourrait tourner en faveur d’une alliance de second tour entre roses et verts. Loin tout de même de la vague qui a porté plusieurs d’entre eux à la tête de grandes villes en 2020, les écologistes rêvent de diriger leur première région en réalisant un coup dans les Pays-de-la-Loire. Les bastions tiennent. Mais ailleurs, c’est un champ de ruines. Testant différentes formules d’unions dans les Hauts-de-France, en Paca, voire en Normandie, ou jouant le jeu de la primaire à bulletins réels dans le reste du pays, les gauches additionnées sont attendues en dessous de 30 %. «Le total des intentions de vote à gauche est systématiquement inférieur à ce qu’il était en 2015», fait remarquer Frédéric Dabi de l’Ifop (lire * 7). Six ans après sa disparition des conseils régionaux de Paca et des Hauts-de-France et la perte de sept grandes régions, le chantier n’a guère avancé.

1 réponse »

  1. Re bonjour, Thierry,Ce très lucide article fait bien l’état de champ de ruine de notre territoire subordonné, « insouverain », et insipide, sans orientation, ni plus aucun sens. Ce n’est plus, comme l’Europe, qu’un marché pour consommateurs, financiers et grands commerçants. Où sont les citoyens ? Où sont les débats, les penseurs, les philosophes, les politiques porteurs de réels projets ? Les rapaces se sont servis, on dépecé la « bête », et tentent de « merchandiser » la carcasse… Désolant. Oui, nos territoires sont de véritables champs de ruines où, des décombres, se lèvent des « gilets jaunes » à la reconstruction d’un monde plus humain, plus local, plus vivant et vivable.Sur cela aussi j’ai beaucoup publié depuis quelques années.Bien amicalementJean-Marc

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :