Aller au contenu principal

COMMENT CONCILIER SANTÉ ET LIBERTÉ. LA VACCINATION, SANS ÊTRE OBLIGATOIRE, SIMPOSE !

« Il FAUT VACCINER PARTOUT , À TOUT MOMENT«  12 juillet 2021.

« JE VEUX AUSSI ÊTRE CLAIR : JE NE RENDRAI PAS LA VACCINATION   OBLIGATOIRE«  24 novembre 2020.

« Petit à petit, on étend passeport et vaccinations, et on essentialise les non-vaccinés qui seront coupables de tout. Tout va bien se passer. » Peut on lire dans l’article  de Contrepoints publié  ci contre.

A l’issue de la déclaration  présidentielle  du 11 juillet, on constate  que l’obligation de vaccination – même en l’absence d’une obligation de vaccination imposée par une loi – s’étend progressivement. 

C’est le « en même temps liberté/contrainte » qui s’illustre une nouvelle  fois. Ce n’est qu’en septembre que le débat parlementaire s’ouvrira, alors que le président a annoncé  : « il faut vacciner partout » !

EXÉCUTIF / LÉGISLATIF, RIEN NE VA PLUS ?

Pourquoi ne pas prendre position ? pourquoi  attendre ?  Puisqu’au fond le Parlement  suivra –  mais tardivement, et  pour masquer les responsabilités – la position présidentielle ?

N’avait il pas annoncé  le 24  novembre 2020, et contre toute attente au moment  où il fallait mobiliser les français :  » je veux aussi être clair : je ne rendrai pas la vaccination  obligatoire« .

Ne retrouve t on pas ici  – alors que la 4° vague exige des mesures depuis 3 semaines  déjà – la même  posture que celle qui a conduit à  ne pas prendre, au moment où cela s’imposait, les mesures pourtant demandées par les professionnels pour freiner la 3° vague ?

LES INCANTATIONS ET LES PEURS, PLUTÔT QUE LA LOI

La responsabilité de prendre les mesures légales est refusée.  Mais les mauvaises pratiques des incantations, des menaces, des contreparties, des obligations masquées, des peurs…  ( port du masque, couvre feu locaux, non remboursement des tests, Pass Sanitaire, contamination… ) restent un mode de  gouvernance.

Quand un exécutif  ne sait pas organiser le débat pour ou contre la vaccination  obligatoire,  c’est que la démocratie est en panne.

ARTICLE

SANTÉ ET LIBERTÉ

JUILLET 2021 – Contrepoints – Edito

Petit à petit, on étend passeport et vaccinations, et on essentialise les non-vaccinés qui seront coupables de tout. Tout va bien se passer.

Alors qu’une solide partie de l’humanité semble retourner résolument vers le monde d’avant où restrictions et hystéries entrent dans les normes acceptables, une petite partie d’excités continue, vaille que vaille, à vouloir mettre en place ce monde d’à-peu-près dans lequel la population sera soigneusement contrôlée, hygiéniquement et intellectuellement nettoyée. Sans surprise, la France fait tout pour y être en bonne place.

Et alors que la mortalité globale montre des signes affolants de terrible normalité, le gouvernement, mené de main de maître par un ministre de la Santé à la fois intelligent, calme et pondéré, se tatouille assez follement pour savoir s’il ne va pas falloir en remettre une couche très très vite, tant les frémissements de courbes, les modèles mathématiques finement ouvragés et les experts sont formels : le variant deltain signifiant epsilon banal.

Dès lors, entre deux spasmes de la paupière, Véran prend la parole pour expliquer que sa brochette de ninjas du Conseil Scientiste envisage à présent les indispensables mesures qui permettront d’enrayer la décimation en cours et la putative hécatombe inévitable de la rentrée. Si le reconfinement général n’est pas encore à l’ordre du jour, cela ne doit pas ralentir les efforts actuellement déployés sur l’indispensable passeport vaccinal électronique.

Car oui, le Pass sanitaire est toujours en cours de vigoureux déploiement, partout dans le mondeen Europeen France mais pas dans les foires, avec une farouche volonté de l’imposer en tous lieux où la sécurité sanitaire ultime s’impose pour garantir à tous et à toutes une vie dépourvue de vilains microbes, dans l’aisance respiratoire et la solidarité pulmonaire joyeuse.

C’est pour cela qu’une vaste opération de préparation des esprits mondiaux européens français est en cours : il faut faire comprendre aux récalcitrants que, bientôt, leur vie sera un enfer et que tout sera fait pour les parquer loin de la joie et du bonheur citoyen de vivre dans le mondaprès, dans lequel la fracture sociale se serait résorbée pour faire place à une belle fracture sanitaire volontaire, claire et assumée. Le Pass français va donc s’étendre, multiplier ses usages et ses applications, et ce sera un succès. Puisqu’on vous le dit.

Et puis tant qu’à faire, il était temps d’envisager une remise à plat du droit français et notamment du principe d’inviolabilité du corps humain : si les administrations françaises sont – on l’a vu récemment – assez rigides pour le dire gentiment, le droit français peut être, lui, particulièrement souple lorsqu’il s’agit d’accommoder l’idéologie du moment. Dès lors, l’obligation vaccinale, qu’on sent poindre de façon de plus en plus évidente pour le personnel soignant, pourra à son tour s’étendre à tout le monde. Et là encore, on saura gérer les récalcitrants qui mériteront bien évidemment le sort qui leur sera réservé : pourrir la vie d’adultes en bonne santé sera plus qu’un credo, cela va devenir un devoir.

Du reste, on en aura fait une liste. Après tout, c’est à ça que servent les administrations, à tenir à jour des fichiers, à lister, à vérifier ligne à ligne que les petits formulaires sont bien remplis, que les individus entrent bien tous dans les bonnes cases, et que ceux qui sont dans la liste soient traités avec le processus standardisé qui convient.

Dans ce cadre, il semble que le secret médical soit devenu fort encombrant, quasiment inutile.

La CNIL, qui veille justement à ce que les données personnelles des uns et des autres ne soient pas éparpillées aux quatre vents sans son accord, a heureusement émis quelques « conditions » lors de la production de la liste, celle qui permettra enfin d’identifier clairement ceux qui n’ont pas encore reçu leur petite dose. Mais au moins, rassurez-vous : moyennant l’application des « conditions », la CNIL la valide donc.

Il faut se rendre à l’évidence : ce qui tenait de la rumeur invraisemblable il y a un an trouve une concrétisation parfaite ces dernières semaines et les pires dérives seront imposées sur un peuple dont on aura pris soin de conserver la partie favorable à ces mesures, heureusement la plus vocale, à portée de gros micros mous.

La majorité, devenue silencieuse et bâillonnée à coups de sifflants « complotisss! », devra donc se plier à l’extension du domaine sanitaire bien, bien au-delà de tout ce qu’on aurait pu imaginer supporter il n’y a même pas deux ans : ségrégation de gens sur simple profil génétique ou sérologique, expérimentation forcée sur cheptel citoyen, organisation de la délation, enrôlement de médecins pour les aider à violer le secret médical, et culmination avec la désignation de coupables en bloc dans une sorte d’essentialisation consternante que certains gobent goulûment : de la même façon qu’il n’y a pas si longtemps, les non-votants étaient coupables de la montée du FN (puis du RN – jusqu’à ce que l’argument tombe finalement à plat aux dernières élections, pfuiiit), de la même façon que les non-écolos sont évidemment coupables du réchauffement climatique, les non-vaccinés seront désignés comme responsables de risques portés par les vaccinés (le vaccin n’étant alors plus considéré comme fiable, mais baste passons) et sont déjà coupables de faire proliférer les variants.

Essentialisation, collectivisation… On connaît malheureusement cette horrible petite musique, qui a déjà été jouée dans l’Histoire et on connaît donc aussi les prochains couplets : petit à petit, les non-vaccinés seront coupables de tout le reste, depuis les prochains confinements jusqu’aux déficits abyssaux de l’État, en passant par le chômage et la récession qui nous pendent au nez.

Dans une joie malsaine, certains se frottent déjà les mains à l’idée de construire ce mondaprès où on pourra enfin traquer, poursuivre, enfermer, brimer et punir ceux qui ne répondent pas aux contraintes des collectivistes.

Vraiment, la ségrégation, y’a que ça de vrai !

1 réponse »

  1. Bonjour, Thierry,Alors que les Etats de l’inde (dont on ne parle plus, et pour cause…) voient s’effondrer le nombre de leurs malades depuis l’utilisation de l’Ivermectine (Delly passant de 2300 à 900 malades en quelques jours), alors que le Mexique donne la même information sur son territoire, alors que l’Angleterre lâche sur les restrictions sociales, le président français ment ouvertement dans sa communication à la population, en affirmant pour justifier de sa politique que seul le vaccin est la voie salutaire et décisive contre le virus. Pourtant, dans le monde, ceux qui soignent réduisent considérablement la maladie. Et on ne manque ni de médicaments ni d’études (Hydroxiechloroquine plus Azitromicine, Ivermectine, Ravinsara, Artémizia, Zitromax, etc…)Bien amicalementJean-Marc

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :