Aller au contenu principal

LES PRIMAIRES, UNE FAIBLESSE POUR LA DÉMOCRATIE ? AVEC CHLOÉ MORIN

COMMENT REDONNER DU SENS AU DÉBAT PUBLIC ?

Bien loin de redonner du sens au débat public, les primaires tendent à épuiser notre processus électoral, estime Chloé Morin dans l’article repris ci dessous.

Spécialiste de l’opinion à la Fondation Jean Jaurès, Chloé Morin alerte sur l’ampleur de la crise démocratique dans son dernier essai.

« Au fond, la multiplication des rounds électoraux avant la présidentielle ne fait qu’épuiser la démocratie. Tout se passe comme si plus les citoyens ont d’occasions de voter, moins les élections n’ont de sens. Pour ramener les Français aux urnes, il faut leur offrir de vrais choix. « 

ARTICLE

LES PRIMAIRES AFFAIBLISSENT LA DÉMOCRATIE
 
publié le 13/07/2021 L’Express

L’automne qui arrive s’annonce, n’en doutons pas, comme la saison des primaires. Les Républicains – un peu à reculons et sauf accident – semblent y aller tout droit. Les Verts organisent la leur, même si elle prend, comme d’habitude, des airs de scrutin interne et de machine à broyer les champions. Certains enfin, au sein du Parti socialiste, commencent à réclamer un processus similaire pour départager les candidats putatifs.  

Et si, au lieu de revitaliser un débat public trop souvent atone ou éruptif et de ramener les électeurs aux urnes, ces primaires ne faisaient finalement qu’affaiblir la démocratie ? 

La thèse peut paraître provocatrice. Après tout, celle de la droite et du centre, en 2016, a su mobiliser 4,4 millions de personnes. Elle a su fédérer un parti éclaté derrière un candidat incontesté. Et ne peut être tenue pour responsable de l’échec de François Fillon. Des scores tout à fait honorables lui étaient promis, jusqu’à ce que les affaires ne le rattrapent et ne viennent le disqualifier. De même, la primaire de la gauche en 2011 avait permis de sélectionner le futur président de la République, un président de gauche, dix-sept ans après le départ de François Mitterrand. 


Ne vaut-il pas mieux un processus ouvert à tous, transparent, aux obscures manoeuvres et deals cachés qui caractérisaient le fonctionnement des partis politiques il n’y a pas si longtemps ?  

Pas sûr.  

Tout d’abord, rappelons que les poids lourds politiques d’aujourd’hui, ceux qui pèsent dans les enquêtes d’opinion, ne se sont jamais prêtés à un tel processus. Cela n’entame en rien leur potentiel électoral, si l’on en croit les sondages : Marine Le Pen et Emmanuel Macron dominent le jeu, et le troisième homme, Xavier Bertrand, est le seul candidat de droite à refuser de s’y soumettre.  

Par ailleurs, une primaire a la fâcheuse tendance non à ouvrir un parti sur l’ensemble de la société, mais à enfermer les candidats dans un couloir parfois mortifère, puisque l’enjeu est de mobiliser un segment électoral précis. Les militants ne votent pas forcément pour le candidat le plus populaire au-delà de leur propre camp. Alain Juppé, grand favori pour 2017, en a fait l’amère expérience : ceux qui gagnent à la fin ne sont pas forcément les plus rassembleurs. Ils se situent au centre de gravité de leur famille politique, non du pays – ce qui complique la tâche lorsqu’il s’agit de viser 50 % des voix plus une, dans une perspective de second tour de présidentielle.  

Contourner les machines à perdre

On sait, en outre, les cicatrices laissées par les luttes fratricides, les petites phrases acides, reprises ensuite avec gourmandise, pendant la campagne présidentielle, par les concurrents d’autres couleurs politiques. A ce titre, les piques de Martine Aubry, pendant la primaire de 2011, ont contribué avec une efficacité certaine à entamer l’image de François Hollande. Elles lui ont longtemps collé à la peau.  

Il est vrai qu’il y a primaires et primaires ; les seules qui comptent sont celles qui semblent offrir un choix réel, et prétendent permettre aux électeurs de peser sur l’avenir. Or aucune de celles envisagées ces jours-ci ne coche cette case-là : l’enjeu de la sélection d’un candidat écologiste, promis à un score à un chiffre si la gauche part désunie, paraît négligeable. Pourquoi y participer quand son gagnant n’a aucune chance de peser sur les rounds suivants ? De même, dès lors que Xavier Bertrand n’en est pas, celle des Républicains devient beaucoup moins mobilisatrice – comme un film qui ne compterait que des seconds rôles. Quant à une potentielle primaire du PS qui opposerait Stéphane Le Foll à Jean-Christophe Cambadélis, comment mieux enterrer le parti de Jaurès ? 

Au fond, la multiplication des rounds électoraux avant la présidentielle ne fait qu’épuiser la démocratie. Tout se passe comme si plus les citoyens ont d’occasions de voter, moins les élections n’ont de sens. Pour ramener les Français aux urnes, il faut leur offrir de vrais choix.  

A l’heure de la démocratie participative, le bon vieux principe gaullien de la rencontre entre un homme, ou une femme, et le peuple souverain semble retrouver du lustre. C’est en tout cas le pari que font Anne Hidalgo à gauche et Xavier Bertrand à droite. Reste que contourner les machines à perdre n’est pas pour autant une assurance de l’emporter à la fin.  

Les deux millésimes précédents, 2012 et 2017, auront été marqués par l’avènement de ce processus de désignation censé tourner la page des pratiques datées de la Ve République. Le millésime 2021 pourrait quant à lui s’intituler : « Comment tuer la primaire ? » 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :