Aller au contenu principal

POUR QUE CHAQUE VOIX COMPTE EN DEMOCRATIE

Les sursauts démocratiques

Dans le dossier de La Croix consacré à la philosophe Laurence Devillairs propose des vertus que l’on peut cultiver, individuellement et collectivement. Dossier « Vive la démocratie ! » : les sursauts démocratiques, par la philosophe Laurence Devillairs.

Nous avons précédemment publié un article de Béatrice Bouniol tiré du même dossier :

« PRENONS PLAISIR A LA DEMOCRATIE » Laurence Devillairs https://metahodos.fr/2022/02/11/prendre-plaisir-a-aller-voter-chercher-la-verite-entretenir-la-conversation-prenons-plaisir-a-la-democratie-laurence-devillairs/

Entretien

Démocratie : la justice, ou comment faire en sorte que chaque voix compte

Recueilli par Béatrice Bouniol, le 03/02/2022 Télérama

La tâche de la démocratie est de lutter contre les « justices » privées ou arbitraires qui défendent les intérêts de quelques-uns.

« C’est le grand principe de la démocratie : chaque voix compte. Non pas la voix de l’individu que je suis, avec ses particularités sociales et culturelles, mais celle du citoyen que je suis, à égalité des autres. C’est cette voix qui s’exprime à travers le vote, objet aujourd’hui d’une grande désaffection. Peut-être n’avons-nous pas, nous les générations qui n’avons pas connu la guerre ou la domination étrangère, assez cultivé le plaisir d’être en démocratie. Peut-être avons-nous trop banalisé le fait d’y vivre. Donner sa voix, c’est revivifier ce plaisir, lutter contre cette banalisation. Il faut réinventer une fascination pour la démocratie, ne pas laisser le verbe haut et la parole forte aux populistes.

Nous sommes tous associés, solidaires, concernés

Car la démocratie n’a rien de banal. C’est le régime qui permet à chacun d’entre nous de faire l’histoire, le régime qui permet à chacun de nous de dire : “L’histoire ne se fera pas sans moi, sans nous.” Au-delà des inégalités de fait, des différences, des inimitiés, nous sommes tous associés, solidaires, concernés. Mais, coupons court à tout angélisme, la fraternité, pas plus que la paix ou la confiance, n’est donnée. Bien au contraire : la nature humaine tend plutôt à discriminer, à écarter.

La question, dès lors, est celle-ci : comment faire en sorte que ces tendances ne menacent pas la démocratie ? Comment prendre en compte le fait, comme l’ont pensé Hobbes ou Freud, que l’homme n’aime pas spontanément vivre avec les autres ?Ce qui compte vraiment dans l’actualité

→ À LIRE. « Vive la démocratie ! », notre dossier

Il y a fort à faire pour passer de l’égalité des voix en principe à l’expérience partagée de cette égalité. La tâche de la démocratie est de faire advenir la justice, c’est-à-dire de lutter contre les « justices » privées ou arbitraires qui défendent les intérêts de quelques-uns. De faire en sorte qu’aucune institution, administration, n’échappe à cette exigence : aucune voix ne compte plus que les autres et chacun peut réclamer justice. Les mouvements #MeToo ou Black Lives Matter ne disent pas autre chose. Plus qu’une visée, la justice est la norme de toute action politique en démocratie, la norme de l’audace des gouvernants comme de toutes les autres vertus que nous égrenons. »

3 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :