Aller au contenu principal

« PRENONS PLAISIR A LA DEMOCRATIE » Laurence Devillairs

Le plaisir à aller voter et entretenir la conversation

Metahodos présente une publication issue du dossier consacré par La Croix à la démocratie. La philosophe Laurence Devillairs propose de prendre « plaisir à aller voter, chercher la vérité, entretenir la conversation ». « Prenons plaisir à la démocratie ».

Entretien

Démocratie : la patience, ou comment être déterminé aujourd’hui pour demain

Recueilli par Béatrice Bouniol le 04/02/2022 LA CROIX

Afin de répondre aux menaces qui fragilisent nos démocraties, Laurence Devillairs propose des vertus à cultiver, individuellement et collectivement. Dossier « Vive la démocratie ! » : les sursauts démocratiques, par la philosophe Laurence Devillairs.

« Voilà un autre paradoxe propre à nos démocraties : nous souhaitons des réponses tout de suite, tout en sachant que les décisions nécessitent du temps et qu’elles engagent pour demain. Nous naviguons sans cesse entre ces deux temporalités, particulièrement en période électorale. Nous avons l’impression de tout rejouer tous les cinq ans, sachant aussi que ce choix engage sur bien plus longtemps. Nous jugeons un candidat sur son programme – ses objectifs à court terme – mais aussi sur sa vision.

C’est elle qui réclame l’audace de la part de l’homme politique d’ailleurs. Car elle suppose de ne pas s’attacher à la réussite, dont il peut récolter les fruits, mais de se consacrer à la victoire, dont peut-être il ne profitera pas. Churchill promettant « du sang, de la sueur et des larmes » illustre parfaitement cette distinction.

Bref, la démocratie est une affaire de temps et de patience. Pas plus que la confiance ou la justice, le bien commun n’est donné d’emblée, il se construit peu à peu à partir d’intérêts personnels divergents, sans les nier mais en tentant de les faire converger. Comment faire en sorte que je me préoccupe de ce qui ne me touche pas personnellement ? Que le collectif ne me soit pas étranger mais que j’en sois partie prenante ? C’est l’incessante question de la démocratie, aujourd’hui reposée par les antivax, qui conçoivent leur liberté comme fermée sur elle-même.

Faisons de notre désespérance un motif d’action

Et cette question concerne aussi l’avenir. Comment cultiver la même civilité avec mes concitoyens actuels qu’avec ceux de demain ? Devenir un citoyen au sens large, concerné par la condition animale, les feux en Australie comme les migrations climatiques à venir ? La vivacité de la démocratie, opposeront certains, ne gagnera rien à tous ces motifs de désespérance.

Qu’ils prennent exemple sur la jeunesse. Cet âge de la vie où certes l’on se désespère, de ses parents comme du monde, mais où, l’instant d’après, on va changer la planète. Faisons de notre désespérance un motif d’action et d’utopie. Et prenons plaisir à aller voter, chercher la vérité, entretenir la conversation. Prenons plaisir à la démocratie. »

3 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :