Aller au contenu principal

« LE CABINET MC KINSEY PAIERA CE QU’IL DOIT A L’ETAT » Bruno Le Maire – AFFAIRE MC KINSEY Partie 3

LES CONSULTANTS CONCURRENCENT LES FONCTIONNAIRES ?

Rappelons que selon selon le rapport du Sénat, les dépenses de conseil des ministères ont bondi de 379,1 millions d’euros en 2018 à 893,9 millions d’euros en 2021.

« « Les infiltrés », enquête sur l’emprise des cabinets de conseil sur un Etat consentant »

Titre Le Monde.

Extraits : « Dans une enquête fouillée, les journalistes Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre montrent comment les sociétés de conseil ont installé leur expertise au cœur des ministères et des administrations publiques.

« Depuis près de trois décennies, les cabinets de consultants et leur méthode de management ont pénétré tous les rouages de l’administration française. Dans l’enquête que Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, grands reporters à L’Obs, consacrent à cette révolution largement passée sous silence jusqu’à présent, un tour de force est manifeste : pas un ministère ni un secteur couvert par l’Etat n’ont échappé à la convoitise des consultants. De la santé à la défense, en passant par l’éducation nationale, la justice, l’intérieur, les affaires étrangères, mais aussi l’économie – dont les agents ont longtemps résisté –, et jusqu’aux services du premier ministre, tous sont passés sous les fourches Caudines de ces cabinets de conseil. Les plus connus étant Accenture, BCG (Boston Consulting Group), EY (ex-Ernst & Young), PwC (PricewaterhouseCoopers), etc.

« L’emprise de ces grands cabinets de conseil sur le fonctionnement de l’Etat est liée à une révolution parallèle qui a percuté toutes les administrations : la vaste numérisation, et dématérialisation, des actes de la vie quotidienne qui s’est amplifiée dans les années 2000, avec la montée en puissance d’Internet. Dans un pays de droit écrit, où la culture du papier est dominante, la vitesse d’exécution démultipliée des tâches administratives a provoqué un engorgement, l’absence de moyens financiers mis à la disposition des serviteurs de l’Etat a fait le reste.

« Un Etat consentant

« Le plus stupéfiant est peut-être que cette mutation s’est opérée avec un Etat consentant, voire soumis. Plusieurs clés d’explication sont données par les auteurs, d’abord ce qu’ils appellent l’« endogamie de la classe dirigeante » et « l’hybridation des élites ». A la tête de la haute administration et de ces cabinets de conseil, on retrouve les mêmes profils, issus des mêmes grandes écoles (ENA, HEC, Essec, etc.). Les allers-retours des uns aux autres sont fréquents.

« Dans le même temps, les ministres appartenant aux gouvernements de droite ou de gauche ont perdu confiance dans leur administration jugée trop lourde et vieillotte. Les cabinets de conseil sont donc venus au chevet d’administrations qu’il fallait moderniser. Ils ont importé la culture du « lean management » (gestion de la production fondée sur la rentabilité), avec une réduction systématique du nombre de postes à rendement égal, ce que les hôpitaux ont pu expérimenter, avant et pendant la crise du Covid-19.

« Plus grave, à la culture de la défiance s’est ajoutée une volonté de se protéger. Quand l’Etat externalise des tâches qui lui incombent, il n’est plus responsable des défaillances, ce qui permet d’échapper à la pression des citoyens de plus en plus prompts à saisir la justice. » …/…

VOIR NOTRE DOSSIER AFFAIRE MC KINSEY, AFFAIRES DE L’ETAT ?

LIENS :

« AFFAIRE MC KINSEY », AFFAIRES DE L’ETAT ? « IMPOTS IMPAYES, MISSIONS AVORTEES, BUDGETS ENVOLES… » Notre Dossier https://metahodos.fr/2022/03/21/affaire-mckinsey-impots-impayes-missions-avortees-budgets-envoles/

DOSSIER CONSULTANTS – AVEC LE JOURNAL « LE MONDE » https://metahodos.fr/2022/03/21/dossier-consultants-avec-le-monde/

Bruno Le Maire va «s’assurer» que le cabinet de conseil «paye les impôts

Largement méconnu, le métier de consultant a pris une place cruciale dans la conduite des affaires de l’Etat depuis le quinquennat Sarkozy, c’est ce que développe Le Monde dans l’article évoqué ci contre.

En réaction aux nombreuses interrogations, Bruno Le Maire va «s’assurer» que le cabinet de conseil «paye les impôts qu’il doit à la France» Les extraits de l’article proposés ci contre évoquent cela. Précédemment, Monsieur Macron avait jugé «légitime» le recours aux cabinets privés, en insistant sur le contrôle et sur la transparence des appels d’offre.

Article – Extraits

Le cabinet McKinsey «paiera ce qu’il doit à l’État français», assure Bruno Le Maire

Le cabinet McKinsey, accusé d’optimisation fiscale par une commission d’enquête du Sénat, «paiera ce qu’il doit aux contribuables et à l’État français», a affirmé dimanche le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire. «Nous allons nous assurer que McKinsey paie les impôts qu’il doit à la France, comme toutes les entreprises», a-t-il déclaré au «Grand Jury» RTL/Le Figaro/LCI. «Toutes les procédures sont déjà engagées par la direction générale des Finances publiques, McKinsey paiera», a ajouté le ministre.

À LIRE AUSSI Quand McKinsey conseille la stratégie vaccinale: comment les cabinets de conseils se sont imposés dans la gestion de l’État

Dans un document diffusé jeudi, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil sur les politiques publiques a accusé les entités françaises du cabinet McKinsey de n’avoir versé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020. Réagissant à ces accusations, McKinsey a assuré respecter «l’ensemble des règles fiscales et sociales françaises applicables» et dit avoir payé l’impôt sur les sociétés «les années où le cabinet a réalisé des bénéfices en France».

Légitimité et transparence

Trois jours après la publication du rapport final de la commission d’enquête du Sénat, qui qualifiait le recours aux cabinets de conseil de «phénomène tentaculaire» au sein de l’État, Bruno Le Maire a jugé «légitime» de faire appel à ces derniers pour des «missions ponctuelles»…./…

À LIRE AUSSI«Le recours à des cabinets de conseil étrangers, une perte de souveraineté et un déni de démocratie»

«Un État qui fonctionne bien, c’est un État recentré sur ses missions essentielles. Qu’on fasse appel à des spécialistes sur certains sujets, ça me paraît aussi un principe de bonne gestion», a-t-il poursuivi. Mais «s’il y a des dérives, qu’on estime que ces prestations vont trop loin, que le recours aux cabinets de conseil est excessif, nous recentrerons ces activités», a concédé Bruno Le Maire.

…/…

2 réponses »

  1. Bonjour, Thierry,Le problème est que lors de ce dernier quinquennat, la part confiée aux cabinets de conseil est devenue considérable, jusqu’à la structure de gouvernance de l’Etat avec ses conseils de défense et scientifiques. Trop, c’est trop et le système s’écroule…Bien amicalementJean-Marc

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :