Aller au contenu principal

LE RAPPORT CACHÉ DEPUIS DEUX ANS QUI ÉTRILLE LA GESTION DU COVID PAR L’EXÉCUTIF

Le rapport de l’IGAS, liste de nombreuses défaillances graves dans la gestion de la crise covid

Un audit sur la 1ere vague jamais divulgué. Ce rapport, commandé fin juin 2020 par Olivier Véran à l’Inspection générale des affaires sociales, était classé « confidentiel ». Seul un cercle très restreint au sein de l’exécutif y a eu accès en novembre 2020.

Ses 205 pages montrent que le ministère de la Santé a frôlé le naufrage au début de la pandémie, tardant à activer le centre de crise interministériel et échouant à gérer l’approvisionnement en masques.

Le directeur de la santé n’est pas épargné. Il cumulait toutes les fonctions y compris celle de communiquer en permanence. Par ailleurs la gestion de la crise s’est déportée – au mépris des prérogatives ministérielles – vers la présidence avec pour priorité la communication politique – sans expertise et sans souci de concertation et de réflexion partagée avec les acteurs publics politiques et administratifs et avec les experts de la gestion de crise et de la santé.

ARTICLE 1.

Coronavirus : ce qu’il faut retenir du rapport accablant de l’IGAS

Virginie Garni publié le 04/01/2023 RTL

Ce mercredi 4 janvier, nos confrères du Parisien révèlent un rapport accablant sur la gestion de la crise du Covid par le gouvernement. Un rapport signé l’IGAS, l’Inspection générale des affaires sociales, qui a interrogé 375 personnes pour comprendre les failles et les manquements qui ont eu lieu au plus fort de la crise sanitaire. Selon les données révélées, le premier fiasco serait la cellule de pilotage

Lorsque la crise éclate début 2020, il existe bien un centre de pilotage qui est alors activé. Cependant, son effectif ne compte que 11 personnes. Vite débordé, des renforts arrivent pour aider le personnel, mais sans les compétences nécessaires comme la maîtrise de l’anglais, ou savoir analyser des datas. Le directeur de la Santé au ministère, Jérôme Salomon, a dû tout piloter lui-même. Or, de l’aspect scientifique à l’opérationnel, une seule personne ne pouvait assurer seule toutes ces fonctions, dit le rapport. 

L’autre preuve de la gestion catastrophique de la crise réside dans la production de masques. En janvier 2020, la France a détruit une partie de ses stocks, trop vieux, il fallait donc en racheter. La cellule de Santé publique France, chargée de le faire, est encore une fois sous-dimensionnée. Il leur faut acheter sur les marchés chinois, aller vite, avant les autres et pour cela, parler la langue. Il n’y a pas le bon personnel. Et lorsque le gouvernement embauche 50 personnes, la nouvelle équipe se dispute avec l’ancienne. null

Autre problème soulevé par le rapportles Ehpad ont été parmi les premiers négligés. Dans les consignes données aux établissements telles qu’isoler les malades et porter le masque, visiblement, il n’y a rien de précis concernant les Ehpad. Par la suite, cela deviendra incompréhensible avec 35 consignes données, souvent contradictoires.

Le rapport confirme donc une gestion de la crise chaotique début 2020, une enquête de justice est en cours. Pour l’instant seule l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzin, a été mise en examen pour mise en danger de la vie d’autrui.

ARTICLE 2.

Rapport confidentiel sur la gestion du covid : « Cela donne l’impression de vouloir cacher les choses »

PUBLIC SÉNAT Par Quentin Calmet

Catherine Deroche, ancienne rapporteure de la commission d’enquête du Sénat, juge sévèrement le fait que le rapport de l’Igas sur la gestion du covid n’ait pas été publié. Ce rapport révélé par le Parisien, avait été commandé à l’été 2020 par Olivier Véran alors ministre de la Santé.

Il aura fallu attendre plus de deux ans. Deux ans que ce rapport de l’Inspection générale des affaires sociales était dans les tiroirs du ministère de la Santé. Le Parisien révèle, mercredi 4 janvier, les grandes lignes de ce « retour d’expérience du pilotage de la réponse à l’épidémie de covid ».

Les conclusions ont été rendues en novembre 2020, mais elles étaient restées confidentielles. Et pour cause : le document de 205 pages, rédigé par quatre inspecteurs de l’IGAS, dresse une liste de défaillances graves dans la gestion de la crise covid. « Il n’a jamais été rendu public, je trouve, à titre personnel que cela n’est pas normal », a réagi auprès de Public Sénat, Catherine Deroche, à l’époque rapporteure de la commission d’enquête sur la gestion du covid. « L’IGAS est une inspection reconnue, cela donne cette impression de vouloir cacher les choses. »

Dans le rapport de l’IGAS, l’exécutif se voit reprocher trois décisions : « Le manque de masques, le délai avant d’activer le centre de crise interministériel ou encore le maintien des élections municipales en mars 2020 ». Certaines de ces décisions avaient déjà été dénoncées par un rapport sénatorial, publié fin 2020. La commission d’enquête sénatoriale avait ainsi déjà évoqué le fait que « le gouvernement a sciemment dissimulé la pénurie de masques » au début de la crise sanitaire.

Un centre de crise sous-dimensionné

Deuxième reproche majeur et détaillé dans le rapport de l’IGAS : les autorités françaises ont disposé d’un centre de crise relativement modeste, le Corruss (Centre opérationnel de régulation de réponse aux urgences sanitaires et sociales), peu habitué aux grandes crises sanitaires. Le gouvernement a ainsi manqué d’un dispositif « véritablement ministériel » avec des renforts « préalablement désignés et formés à la gestion de crise ».

Jérôme Salomon aurait ainsi eu à gérer des aspects stratégiques, scientifiques et la direction des opérations. « Il en résulte une surcharge au niveau du DGS, directeur général de la Santé », écrit ainsi l’IGAS. Dans leur rapport sénatorial, le rôle de Jérôme Salomon était également pointé du doigt. « Un ministère précocement sensibilisé, mais tardivement engagé dans la lutte contre l’épidémie », écrivaient les sénateurs en décembre 2020. En effet, Agnès Buzyn avait eu une intuition assez tôt mais la cellule de crise n’a été activée qu’à partir du 17 mars, « soit à une date relativement tardive » avaient écrit les sénateurs.

Le rapport de l’IGAS pointe également la désorganisation du centre de crise avec une fragmentation de son pilotage, avec, par exemple, vingt-cinq organigrammes en trois mois. « Ce manque de vision d’ensemble a conduit à des activités conduites en doublon mais aussi à l’absence de prise en charge de certains sujets, en particulier par anticipation », écrivent les inspecteurs.

Olivier Véran sur le rapport de l’IGAS : « J’ai fait effectivement face à une organisation qui n’était pas suffisamment préparée »

Loading video

Véran : « J’ai fait face à une organisation qui n’était pas suffisamment préparée » à la crise covid

A l’occasion du premier conseil des ministres de 2023 ce mercredi 4 janvier, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran a été interrogé sur le rapport de l’IGAS. Il a rappelé qu’il avait demandé ce rapport lorsqu’il était ministre de la Santé, avant d’ajouter : « J’ai fait effectivement face à une organisation qui n’était pas suffisamment préparée pour faire face à des crises de cette ampleur ».

Il a ajouté : « Par définition, aucun pays au monde n’était prêt à faire face à cette crise d’une telle ampleur, puisque tous les pays ont été percutés par le même virus, dans des conditions à peu près analogues. »

Olivier Véran botte en touche, évitant de revenir sur les conclusions de l’IGAS : « C’est tout à fait nécessaire, et tout à fait normal et j’allais dire ‘Heureusement qu’on demande ce type d’évaluations pour pouvoir adapter notre système de réponse pour faire face à d’éventuelles crises à venir’. » 

« Pas de surprise », pour les sénateurs de la commission d’enquête

Entre juillet et novembre 2020, la commission d’enquête du Sénat avait déjà pointé les failles dans la réponse de l’exécutif. « Il n’y a pas de surprise nouvelle par rapport à ce que nous avions écrit », a réagi l’ex-rapporteure de la commission d’enquête, Catherine Deroche.

Interrogée sur la désorganisation du centre opérationnel de régulation, la sénatrice ajoute : « Cela corrobore ce que l’on a dit dans notre commission d’enquête. Il y a eu une multiplication de cellules, quelque chose d’assez brouillon. »

Quant aux reproches adressés au directeur général de la Santé, qui concentrait trop de tâches, Catherine Deroche rappelle : « On a bien dit qu’il faudrait qu’il y ait un délégué interministériel, auprès du premier ministre. »

Ce rapport, fruit des entretiens entre les inspecteurs de l’IGAS et 375 personnes, est désormais entre les mains des magistrats instructeurs de la Cour de Justice de la République. Cette haute juridiction est la seule en France à pouvoir juger des responsables politiques pour des faits commis lorsqu’ils étaient en fonction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :