Aller au contenu principal

Ségur de la santé: une fois encore la MÉTHODE crée plus de mécontentements que que de satisfactions

BILLET

La réforme promise était ambitieuse. Nous allions assister à « une grande concertation auprès de l’ensemble des acteurs » et « bâtir les fondations d’un système de santé encore plus moderne, plus résilient, plus innovant, plus souple et plus à l’écoute des professionnels, des usagers et des territoires ».

Quelques semaines devaient suffire, un grand débat serait organisé, une négociatrice a été désignée par l’exécutif – ancien syndicaliste, et la réforme permettrait de revaloriser les salaires.

Une MÉTHODE trop éloignée des principes et modalités de dialogue social et républicain

Ces quatre éléments majeurs constituaient l’essentiel de la Méthode, et comportaient, à eux seuls des risques sérieux pour la réussite. Nous avions relevé qu’en démocratie, le dialogue doit être direct entre l’exécutif et les partenaires sociaux, le choix d’un médiateur pouvant intervenir en cas de difficultés,et non pas dès l’origine de l’échange: la confiance et la sincérité étaient difficiles à garantir.

Au final, les carrières sont revalorisées, mais les autres aspects du système de santé n’ont pas bougé, avec leurs défauts mis en lumière par la gestion de la crise.

Nous vous proposons l’article de l’Institut Montaigne de JUILLET 2020 Par Angèle Malâtre-Lansac et Laure Millet

ARTICLE

Ségur de la santé : le compte est bon ?

« Accords historiques ou simple revalorisation salariale ? La crise sanitaire a placé la santé au cœur des priorités nationales. Face à la réactivité démontrée par les professionnels du secteur et en réponse aux difficultés rencontrées, le gouvernement a lancé une grande concertation auprès de l’ensemble des acteurs, le « Ségur de la Santé », dont l’objectif annoncé est de « bâtir les fondations d’un système de santé encore plus moderne, plus résilient, plus innovant, plus souple et plus à l’écoute des professionnels, des usagers et des territoires ».

À l’issue de sept semaines de négociations, le premier volet du Ségur prévoit 8,1 milliards d’euros pour revaloriser les carrières des soignants hospitaliers. L’hôpital, en première ligne pendant la crise, ressort gagnant, mais les maux du système sont toujours là.

Un premier volet du Ségur centré sur l’hôpital et les rémunérations

Le premier accord du Ségur de la santé prévoit 8,1 milliards d’euros, destinés à revaloriser les salaires et les carrières des personnels hospitaliers. Une revalorisation nécessaire pour renforcer l’attractivité des métiers de l’hôpital et aligner les salaires français avec ceux proposés par nos voisins européens. 7,6 milliards d’euros seront destinés aux salariés non-médicaux des hôpitaux et des Ehpad. 

Concernant les médecins, un accord prévoyant 450 millions d’euros de revalorisation pour les praticiens hospitaliers a été signé avec les principaux syndicats. Ce montant devra permettre notamment d’augmenter l’indemnité de service public exclusif, c’est-à-dire que les praticiens hospitaliers à temps plein qui s’engagent, pour une période de trois ans renouvelable, à ne pas exercer une activité libérale verront leur indemnité augmenter (1110 euros bruts par mois, contre 493 euros aujourd’hui pour les jeunes praticiens).

L’hôpital (public comme privé) a été en première ligne pendant la crise sanitaire. Cette situation se justifie naturellement par les besoins des patients atteints de formes sévères du Covid-19, mais également par un réflexe profondément ancré dans notre façon de penser le système de soins : l’hospitalo-centrisme.

La médecine de ville a été oubliée dans les débuts de la crise sanitaire, alors même qu’elle aurait pu aider à éviter l’engorgement des hôpitaux et permettre la continuité du suivi des patients chroniques.

Comme nous le rappelions dans un précédent article, la médecine de ville a été oubliée dans les débuts de la crise sanitaire, alors même qu’elle aurait pu aider à éviter l’engorgement des hôpitaux et permettre la continuité du suivi des patients chroniques.

Notre système de santé est encore trop souvent pensé autour de l’hôpital (et de l’hôpital public) alors que la crise que nous venons de traverser a révélé l’immense réactivité et la mobilisation de toute une filière. Hôpitaux publics comme privés, médecine de ville, start-up, industriels, associations : les acteurs du monde de la santé ont montré avec force l’importance des alliances et de l’intelligence collective pour lutter contre la crise.

En se focalisant sur l’hôpital et la question salariale, le Ségur de la Santé confirme cette tendance. Espérons que les prochains volets, qui porteront sur l’investissement et le financement, la simplification des organisations et la gouvernance territoriale mettront l’accent sur le dépassement des clivages entre médecine de ville, médico-social et hôpital pour fédérer les acteurs.

Le numérique : le pilier disparu du Ségur

L’usage du numérique et des données de santé a été central dans la lutte contre la pandémie comme l’ont montré de nombreux pays. Lors du lancement du Ségur de la santé le 25 mai dernier Édouard Philippe, alors Premier ministre, avait mentionné le numérique comme cinquième pilier des réflexions de cette grande concertation. Ce pilier a ensuite semblé se fondre dans les autres volets et pour le moment, aucune annonce n’a été faite en ce sens alors que les promesses du numérique en santé sont immenses, portées par des acteurs dynamiques, réactifs et innovants.

Non seulement la e-santé permet d’améliorer la gestion des structures de soins et la disponibilité des équipes mais permet également de rendre les patients plus autonomes et acteurs de leur propre santé, à travers des solutions digitales leur permettant de suivre leur maladie et d’interagir avec le système de soins. La e-santé permet également une meilleure circulation des informations médicales entre les professionnels de santé, en ville comme à l’hôpital, au bénéfice des patients.

Par ailleurs, la décision médicale et paramédicale est rendue plus fiable, grâce à des outils d’intelligence artificielle permettant la diminution des risques d’erreur ou de retard au diagnostic. Enfin, la télémédecine, dont l’usage a décollé pendant la crise, permet un meilleur accès aux soins et à l’expertise médicale à travers des canaux multiples, pour les patients comme les professionnels de santé. Tout ceci concourt à une médecine plus efficace et plus sûre.

Dans notre rapport publié mi-juin, E-santé : augmentons la dose, nous avons chiffré les gains d’efficience potentiellement réalisables grâce à un déploiement du numérique dans l’ensemble du système de santé français. Ce chiffrage évalue entre 16 et 22 milliards le potentiel de création de valeur annuel de la e-santé. Ces gains pourraient être réalloués à différentes actions, au-delà de la seule revalorisation salariale : la formation initiale et continue des professionnels, l’investissement dans les systèmes d’information, y compris en ville et dans le secteur médico-social, pour améliorer le recueil de données, la recherche, etc.

Les dépenses de santé doivent être vues comme des investissements et non comme des coûts. Financement : la nécessaire relance du chantier sur la pertinence et la qualité

Les dépenses de santé doivent être vues comme des investissements et non comme des coûts. Face au vieillissement de la population, aux développements technologiques et aux nouveaux défis comme les pandémies, ces dépenses ne font (et ne feront) que s’accroître. Comment dès lors permettre ces investissements sans remettre en cause la pérennité de nos systèmes ? Comment s’assurer que chaque euro dépensé améliore l’accès aux soins et leur qualité ?

Dans un précédent rapport, Système de santé : soyez consultés nous recommandions la création d’indicateurs de qualité reflétant le point de vue des patients. Seule la mise en place d’une réflexion large sur cette mesure de la qualité et de la pertinence des soins impliquant les patients permettra de recentrer le système sur la qualité et l’amélioration continue des soins et du système de santé.

D’après le sondage que nous avions mené pour ce rapport, 96 % des Français interrogés sont prêts à répondre à des questionnaires d’évaluation de la prise en charge médicale si cela peut permettre d’améliorer la qualité des soins. Ces informations sont précieuses pour améliorer la tarification des actes, construire des parcours de soins personnalisés, favoriser la collaboration entre les professionnels de santé et éviter la redondance de soins inadaptés et les gaspillages.

Ces indicateurs de qualité des soins doivent permettre de guider le pilotage du système de santé autour des besoins des patients et de s’assurer de l’adéquation entre les soins dispensés et les besoins réels. Ils pourraient aider également à redéfinir les rémunérations en incitant à la qualité. Le Premier ministre, Jean Castex, a mentionné dans son discours de politique générale du mercredi 15 juillet la nécessaire intégration de la qualité des soins dans les règles de financement de l’hôpital et de la médecine de ville. Pour permettre cette intégration, des indicateurs reconnus par tous et prenant en compte les résultats obtenus pour les patients doivent être développés.

À l’heure où des financements supplémentaires doivent être trouvés pour permettre de revaloriser les carrières des professionnels de santé et d’investir largement dans notre système, cette réflexion sur la qualité et la pertinence est plus que jamais nécessaire. »

2 réponses »

  1. Ici encore, si le compte n’y est pas dans le Ségur de la Santé, c’est parce qu’il est temps de ne mettre de l’argent que sur des actions à valeur ajoutée évidente pour les patients : ouvrir des lits additionnels, améliorer l’équipement des soignants, s’intéresser à tous les soignants et pas juste aux hospitaliers… Pour ce faire, il convient de supprimer massivement des emplois en ARS pour les remplacer par des postes de soignants car les ARS ont clairement montré qu’elles étaient néfastes au bon fonctionnement du système de santé et ne savent que faire de la bureaucratie sans anticipation en quoi que ce soit des évènements susceptibles de se produire. De cette manière-là, on accroitra la valeur ajoutée d ela filière de santé et on sera en mesure de faire face aux besoins de la population.

    J'aime

  2. Article proposé par un lecteur

    « Ségur de la santé » : après les salaires, place aux réformes structurelles
    Le gouvernement dévoile, mardi 21 juillet, ses propositions pour améliorer le fonctionnement et l’organisation du système de soins.

    Le Monde 21 07

    Les élus et médecins auront-ils plus de place dans la gouvernance des établissements de santé ? De quels moyens disposeront-ils ? Les règles de financement des hôpitaux seront-elles revues de fond en comble ? Une semaine après la signature des accords sur les salaires avec les syndicats, le gouvernement dévoile, mardi 21 juillet, ses propositions pour améliorer le fonctionnement et l’organisation du système de soins, à l’occasion de la clôture du « Ségur de la santé ».

    Investissement, gouvernance, organisation territoriale… Ce deuxième acte du « Ségur » (du nom de l’avenue où se situe le ministère de la santé) portant sur les volets non salariaux de la concertation, vise à « poursuivre la transformation du système de santé dans l’intérêt des soignants », selon l’exécutif.

    Les hausses de rémunération, entérinées dans les « accords de Ségur », ne sont pas « pour solde de tout compte », a assuré, lundi, le ministre de la santé, Olivier Véran, en promettant « des annonces fortes » et « restructurantes » pour le système de soins. Ces annonces concerneront l’ensemble du « monde de la santé, en ville, à l’hôpital, dans le secteur sanitaire et le secteur médico-social » et répondront aux fortes « attentes » des professionnels de santé, a-t-il poursuivi.

    Les conclusions du « Ségur », piloté depuis le 25 mai par l’ancienne responsable de la CFDT, Nicole Notat, seront officiellement remises au gouvernement à 10 h 30, au ministère de la santé. Les mesures retenues par l’exécutif seront annoncées par M. Véran dans la foulée, en présence de trois autres ministres : Jacqueline Gourault (cohésion des territoires), Frédérique Vidal (recherche) et Brigitte Bourguignon (autonomie).

    Risque sanitaire oblige, les syndicats, fédérations professionnelles et organisations d’usagers ayant participé aux discussions ne seront pas présents physiquement à la réunion de clôture, mais la suivront en visioconférence. « On est très en attente de ce qui va être dit », a prévenu le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux, qui espère une « remise à plat » de l’organisation des soins.

    Combattre la « suradministration »
    En lançant les discussions sur l’avenir de l’hôpital, le président Emmanuel Macron avait promis de « tirer toutes les conséquences » de la crise sanitaire. « Je n’ai pas envie non plus qu’on revienne à l’étape d’avant », avait-il insisté.

    Un engagement sur lequel la FHF comme les syndicats se veulent « vigilants ». « Il faut une réforme structurelle », juge M. Valletoux, qui plaide pour un service orientant les patients en amont de l’hôpital, pour éviter l’engorgement des urgences.

    Les « indispensables mesures salariales ne suffiront pas à rétablir l’attractivité de l’hôpital public », ont souligné des responsables du Collectif Inter-Hôpitaux (CIH) dans une tribune publiée dans Le Journal du dimanche. « Si l’hôpital ne reçoit pas un budget de fonctionnement à la hauteur des besoins de soins de la population, les mêmes maux produiront les mêmes effets », jugent-ils, en appelant à ne « pas faire l’impasse sur le sujet du financement ».

    Lire aussi « L’hôpital va continuer à se casser la figure » : après les accords du Ségur, des soignants de nouveau dans la rue
    Lors de son discours de politique générale, le premier ministre, Jean Castex, a promis d’investir six milliards d’euros dans le système de santé. Une enveloppe qui s’ajoute aux 8,1 milliards prévus pour les salaires et les 15 000 embauches à l’hôpital. « L’objectif est de donner davantage de souplesse aux établissements, d’intégrer la qualité des soins dans les règles de financement des hôpitaux et des médecins de ville » et « de mettre l’accent sur la prévention », a-t-il expliqué.

    Le chef du gouvernement n’a pas détaillé la façon dont cette somme se répartirait, ni les mesures concrètes qu’il souhaitait prendre. Mais l’exécutif a assuré à plusieurs reprises vouloir combattre la « suradministration » dans l’organisation des soins. « Notre système de santé n’est pas encore assez centré sur le patient, sur son parcours. Il n’est pas assez performant non plus dans son pilotage », avait jugé M. Véran, en donnant fin mai le coup d’envoi des discussions

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :