Aller au contenu principal

RIPOSTE: « Cette attaque contre la liberté académique est une attaque contre l’Etat de droit démocratique »

Dans une nouvelle tribune au « Monde », des professeurs et des chercheurs répondent à une précédente tribune d’universitaires qui critiquaient la « persistance du déni » sur l’islamisme à l’université. Ils dénoncent une « chasse aux sorcières » et appellent à faire front face au terrorisme djihadiste.

Nous avions publié cette première TRIBUNE:

https://metahodos.fr/2020/11/02/appel-de-cent-universitaires-sur-lislamisme-ce-qui-nous-menace-cest-la-persistance-du-deni/

Dans cette première tribune au « Monde », des professeurs et des chercheurs de diverses sensibilités dénonçaient les frilosités de nombre de leurs pairs sur l’islamisme et les « idéologies indigénistes, racialistes et décoloniales », soutenant les propos de Jean-Michel Blanquer sur «l’islamo-gauchisme».

Voici donc un extrait de la riposte :

ATRIBUNE

« Cette attaque contre la liberté académique est une attaque contre l’Etat de droit démocratique »

Par Collectif Publié le 2 novembre 2020 Le Monde

Le terrorisme djihadiste nous met devant l’obligation de faire front et de n’accepter aucune intimidation, de ne sacrifier aucune des libertés de l’esprit que la terreur veut détruire. Il est donc stupéfiant que, au nom de la défense des libertés, une tribune publiée dans Le Monde du 31 octobre et signée par cent universitaires (lire aussi ci-dessous) propose une mise au pas maccarthyste de l’université, qu’il s’agirait de soumettre à un contrôle politique qui vérifierait la loyauté des enseignants à l’égard de l’Etat.

Cette attaque contre la liberté académique — attaque en phase avec un amendement de la loi de programmation de la recherche (LPR) voté au Sénat, qui subordonne la liberté académique à des « valeurs de la République » parfaitement indéterminées et dépourvues d’inscription légale — est une attaque contre les libertés publiques et l’État de droit démocratique. La liberté académique fait partie du bloc de constitutionnalité.

Il n’est pas question de nier qu’il faille soumettre à la critique acérée les discours qui dénient le danger islamiste ou minimisent sa dynamique idéologique et géopolitique. La laïcité française n’est pas la cause d’un phénomène qui est aussi mondial ; elle n’est en rien coupable d’attentats inhumains pour lesquels les caricatures de Charlie ne sont qu’un prétexte, comme le prouve l’assassinat fanatique de Nice qui a ciblé de simples fidèles catholiques. Le crime obéit à une stratégie politique qui cherche à déstabiliser les principes démocratiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :