Aller au contenu principal

La chronique de Philippe David sur le referendum: « Le F. de G. n’a plus de limites »

BILLET

L’annonce d’un referendum – dont rein n’assure qu’il se réalisera – a suscité de très nombreuses réactions: Duperie, piège, pression, manœuvre, coup politique, pari, poker, bluff…

La plupart des observateurs s’accordent sur le PROJET de référendum plus que sur le REFERUNDUM LUI MEME qui a peu de chance de se réaliser. Et le jeu politique est bien là.

Emmanuel Macron – qui a deja renoncé à plusieurs reformes institutionnelles annoncées – a annoncé, lundi 14 décembre devant la Convention citoyenne pour le climat, un référendum pour inscrire la protection de l’environnement dans l’article 1 de la Constitution. Une décision accueillie avec précaution par les Français. Selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro, 35% de la population seulement souhaite en effet y participer. Dans le détail, 12% des Français annoncent qu’il « est peu probable » qu’ils se déplacent pour voter et 8% sont « absolument certains » de ne pas y participer. 

L’organisation d’un tel référendum pourrait donc être un échec, et ce pour deux raisons. D’un côté, seule une légère majorité (53%) pense que cette inscription de la défense de l’environnement dans la Constitution permettra de renforcer concrètement la place de ce sujet en France. De l’autre, 62% des personnes interrogées estiment que ce référendum est « une manœuvre » de la part d’Emmanuel Macron « pour séduire l’électorat écologiste à un peu plus d’un an de la présidentielle ». Sans surprise, ce sont les électeurs de gauche qui sont le plus séduits (63%) par cette décision. Ils devancent ceux du propre camp présidentiel (54%), du Rassemblement national (47%) et des Républicains (39%). 

Nous vous proposons la Tribune de Philippe DAVID sur ce sujet

Philippe David, le roi de l’infotainment

L’animateur de Sud Radio qui a la passion du micro quotidien a publié ses Mots du jour aux Editions Fauves, un recueil reprenant ses chroniques de la saison 2018-2019. Sur les gilets jaunes notamment, il est marquant de constater que Philippe David a bien vu venir et accompagné cet événement social majeur dans ses interventions et coups des gueules.

Philippe David serait le roi le roi d’un genre à la mode qui connait un succès fulgurant ces dernières années, c’est l’infotainment, contraction d’information et d’entertainment (divertissement, en bon français). 

Des traits d’esprits, des phrases assassines, une large place laissée à la bonne humeur,  des politiques fréquemment égratignés… Récemment, l’animateur a fait parler de lui en s’indignant de la légion d’honneur accordée à Jean-François Cirelli de Black Rock.

EXTRAIT de Mots du jour : 1er octobre 2018: Doigt

Le mot du jour est évidemment le mot doigt puisqu’un cliché montrant le Président de la République avec deux énergumènes faisant des gestes avec leurs doigts défraie la chronique depuis hier. Le mot doigt vient du latin vulgaire « ditus » lui-même issu de latin classique « digitus » qui vient de la racine indo-européenne « deik » qui veut dire montrer.

Voyant les réactions sur les réseaux sociaux, on imagine que le Président a envie de dire pouce à la divulgation de cette photo qui le met à l’index ce qui est pour lui, au plus bas dans les sondages, un problème majeur. Cette photo risque en effet de causer un nouveau divorce avec les Français, l’alliance se portant à l’annulaire, et ceci c’est mon auriculaire, pardon mon petit doigt, qui me le di

On peut affirmer qu’en prenant cette photo, Emmanuel Macron s’est mis le doigt dans l’œil et qu’un de ses gardes du corps aurait du lever le petit doigt en voyant les deux olibrius jouer avec leurs doigts. Ce type de photo met en effet le doigt dans l’engrenage de la désacralisation de la fonction présidentielle, ce cliché lui ayant filé entre les doigts. Les chômeurs, qui selon le président passent leur temps les doigts de pieds en éventail à ne rien faire de leurs dix doigts, ne vont pas lui pardonner, tout comme les retraités qui, avec l’augmentation de la CSG, suivent le chef de l’état au doigt et à l’œil.

Il va lui falloir, pourreprendre l’initiative, y aller du bout des doigts puisque depuis hier il ne cesse d’être montré du doigt. On va m’accuser de mettre le doigt là où ça fait mal mais aujourd’hui certains diront que le Président peut exprimer des regrets vis à vis de ce cliché. Et personnellement je mettrai un doigt d’honneur, pardon un point d’honneur à dire que non seulement il le peut mais surtout… il le doit!

Mes mots du jour, Philippe David, Editions Fauves,



CHRONIQUE

Referendum sur le climat : quand le foutage de gueule n’a plus de limites…

De Philippe David journaliste a Radio Sud 2020.12.15

Les Français vont être appelés aux urnes pour un référendum pour la première fois depuis le 29 mai 2005.

Le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen avait eu un résultat clair et net : non. Pourtant, trois ans plus tard, la classe politique avait montré aux français tout le mépris qu’elle avait pour le peuple, le suffrage universel et la démocratie en faisant voter en catimini par le parlement le Traité de Lisbonne, copie quasi-conforme du TCE, merci Sarkozy, merci Hollande. On aurait pu croire que ce déni de démocratie allait signer l’arrêt de mort du processus référendaire, l’un des marqueurs de la Vème République gaullienne. Pourtant, le Président de la République l’a annoncé hier soir, les Français vont devoir à nouveau s’exprimer par ce biais.

Surprise, ce référendum ne sera ni sur le Frexit (comme les britanniques se sont déjà exprimés à ce sujet), ni sur l’immigration, ni sur un autre sujet essentiel pour les Français mais sur…l’environnement, le but étant d’« introduire les notions de biodiversité, d’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique » dans l’article 1 de la Constitution. Et immédiatement le réflexe de penser « pas vous, pas ça ! », vous vient à l’esprit.

En effet, quelle est la crédibilité d’Emmanuel Macron d’interroger les français sur l’écologie alors que ses trois premières années et demie de mandat ont été marquées du sceau de la destruction de l’environnement ?

Qui a soutenu, validé et signé les traités de libre-échange avec le Canada et le Mercosur, pays qui pratiquent massivement la culture d’OGM et utilisent des pesticides interdits en Europe car dangereux pour l’environnement ? Emmanuel Macron.

Qui a soutenu, validé et signé le traité de libre-échange avec le Vietnam –  pays dont les normes environnementales n’ont rien à voir avec les nôtres – et dont le député européen Raphaël Glucksmann avait dit : « Peut-on encore ratifier des accords de commerce qui concourent à approfondir la mondialisation des échanges et l’aggravation des émissions de gaz à effet de serre et la crise écologique ? » ? Encore Emmanuel Macron.

Qui a validé la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, qui produisait une énergie décarbonée, pour importer à la place de l’électricité produite au charbon en Allemagne, le mode de production le plus producteur de CO2 ? Toujours Emmanuel Macron.

Et pourtant c’est le même Emmanuel Macron qui, en organisant ce référendum pour répondre à une convention n’ayant aucune légitimité puisque non issue du suffrage universel, veut se faire une virginité écologique à quelques mois de la prochaine élection présidentielle  alors qu’on ne sait même pas –  crise sanitaire oblige –  quand auront lieu les élections régionales qui étaient prévues en mars prochain…

Ainsi, le Chef de l’Etat nous a promis hier un référendum dont il veut qu’il soit un plébiscite censé assurer sa réélection dans la foulée puisqu’une question du style « voulez-vous sauver la planète ? » est aussi clivante qu’une question référendaire qui serait « voulez-vous éradiquer la misère et le malheur dans le monde ? ». Un référendum dont on ne sait même pas à quel moment il pourrait être organisé vu le calendrier électoral et qui ne pourrait avoir lieu qu’après un vote commun de l’Assemblée nationale et du Sénat, bref la quadrature du cercle.

Une fois encore, le foutage de gueule n’a plus de limites…
 

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :