Aller au contenu principal

LE BIEN, PRINCIPE DE L’INTELLIGENCE

ARTICLE

LE BIEN, PRINCIPE DE L’INTELLIGENCE

Solidarités Émergentes OLIVIER FREROT – 19 décembre 2020

Puisque l’intelligence (noûs) est une vision et une vision qui s’exerce, elle est donc une puissance qui est passée à l’acte. Elle aura donc une matière et une forme ; une vision en acte implique ces deux choses ; avant de voir actuellement elle était une ; d’une, elle est devenue deux choses et les deux ne font qu’une. La vision des yeux reçoit des choses sensibles son achèvement et sa perfection ; la vision de l’intelligence reçoit cet achèvement du Bien (agathov).

Si, en effet, elle était elle-même le Bien, qu’avait-elle besoin de voir ou même d’agir ? Les autres choses n’agissent que pour le Bien ou à cause du Bien ; mais le Bien n’a besoin de rien ; il n’a rien à lui que lui-même. Donc en parlant du Bien, ne lui ajoutez rien par la pensée ; lui ajouter quelque chose, quoi que ce soit, c’est l’amoindrir. Ne lui attribuez pas la pensée, si vous ne voulez y introduire une chose étrangère et faire de lui deux choses, l’intelligence et le Bien ; l’intelligence a besoin du Bien ; et le Bien n’a pas besoin de l’intelligence ; en atteignant le Bien, l’intelligence en prend la forme ; du Bien elle reçoit son achèvement ; la forme qui est là en elle dérive du Bien, et la rend semblable au Bien.

Telle est la trace du Bien qu’on voit en l’intelligence, tel il convient de concevoir le modèle ; l’on a la notion du Bien véritable d’après la trace du Bien, qui vient s’imprimer sur l’intelligence. Le Bien a donné à l’intelligence qui voit, une trace de lui-même ; et c’est pourquoi il y a un désir dans l’intelligence ; à chaque instant, l’intelligence désire, et à chaque instant elle obtient ce qu’elle désire. Mais le Bien ne désire pas ; et que désirerait il ? Et il n’obtient rien ; car il n’a rien désiré. Il n’est donc pas l’intelligence ; car il y a dans l’intelligence, un désir et un appétit de sa propre forme.

Oui, l’intelligence est belle, et elle est le plus beau des êtres ; dans la pure lumière et l’éclat sans ombre où elle est placée, elle enveloppe tous les êtres ; notre monde sensible, si beau, n’en est qu’une ombre et une image ; dans sa splendeur, elle n’admet ni l’inintelligence, ni les ténèbres, ni la disproportion ; elle vit d’une vie bienheureuse ; l’admiration saisit celui qui la voit, qui pénètre en elle et s’y unit comme il faut s’y unir.

Mais, de même que celui qui lève les yeux au ciel et y voit les astres briller, pense à leur créateur et le cherche, ainsi celui qui a contemplé, a vu et admiré le monde intelligible, doit rechercher le créateur ; qui a fait exister ce monde ? Où est-il, comment est-il, celui qui a engendré un fils tel que l’intelligence, si beau dans sa plénitude, mais tenant cette plénitude de son père ? Ce père n’est pas l’intelligence, ni la plénitude d’être ; il est antérieur à l’une et à l’autre ; l’une et l’autre sont après lui ; car elles ont besoin de penser et de se rassasier de l’être ; elles sont bien voisines du principe qui n’a besoin de rien et qui n’a même pas besoin de pensée ; l’intelligence possède la véritable plénitude et la pensée, parce qu’elle a le premier rang après le Bien ; mais, avant elle, il y a le principe qui n’en a pas besoin et qui ne les possède pas ; sinon, il ne serait pas le Bien.

Troisième Ennéade, « De la contemplation », § 11, traduction Emile Bréhier, Editions Les Belles Lettres, 1963 (1925), pp167-168.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :