Aller au contenu principal

Danièle Sallenave : face au silence démocratique, quelle parole légitime?

PRESENTATION

Quand une parole devient-elle légitime ? Une réflexion sur la parole démocratique et sur son silence, avec l’écrivaine et académicienne Danièle Sallenave, qui publie un tract Gallimard : « Parole en haut Silence en bas » (2021).

Danièle Sallenave est auteure et membre de l’Académie française.  Après une thèse sous la direction de Roland Barthes, elle publie son premier récit en 1975 : _Paysage de ruines avec personnages_. En 1980, elle se voit décerner le prix Renaudot pour Les Portes de Gubbio. Elle est aussi l’auteure d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, récits de voyage, pièces de théâtre.  Danièle Sallenave est aussi l’auteure d’essais.

Après Jojo le gilet jaune (tracts Gallimard, 2019), qui revenait sur la question du mépris de classe, elle publie Parole en haut silence en bas (« Tract Grand Format » Gallimard, 21.01.21), une réflexion sur le silence des citoyens. Ainsi, en octobre 2020, une succession d’actes terroristes en France, dont le meurtre de Samuel Paty, a suscité de nombreux hommages officiels et des débats dans les médias. Mais le simple citoyen, lui, se tait, et à lui s’impose la répétition de mots inquiétants : islam, terrorisme, immigration…

EMISSION

Danièle Sallenave : face au silence démocratique, quelle parole légitime ?

LA GRANDE TABLE IDÉES par Olivia Gesbert FRANCE CULTURE 2 2 21

Quand une parole devient-elle légitime ? Une réflexion sur la parole démocratique et sur son silence, avec l’écrivaine et académicienne Danièle Sallenave, qui publie un tract Gallimard : « Parole en haut Silence en bas » (2021).

Danièle Sallenave est auteure et membre de l’Académie française.  Après une thèse sous la direction de Roland Barthes, elle publie son premier récit en 1975 : _Paysage de ruines avec personnages_. En 1980, elle se voit décerner le prix Renaudot pour Les Portes de Gubbio. Elle est aussi l’auteure d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, récits de voyage, pièces de théâtre.  Danièle Sallenave est aussi l’auteure d’essais.

Après Jojo le gilet jaune (tracts Gallimard, 2019), qui revenait sur la question du mépris de classe, elle publie Parole en haut silence en bas (« Tract Grand Format » Gallimard, 21.01.21), une réflexion sur le silence des citoyens.

Ainsi, en octobre 2020, une succession d’actes terroristes en France, dont le meurtre de Samuel Paty, a suscité de nombreux hommages officiels et des débats dans les médias. Mais le simple citoyen, lui, se tait, et à lui s’impose la répétition de mots inquiétants : islam, terrorisme, immigration…

Je souhaiterais qu’on mette en place des instances de débat démocratique pour que se fassent entendre des opinions qui peuvent être contradictoires; la démocratie, c’est la contradiction. (Danièle Sallenave)

Or l’autrice veut, aujourd’hui plus que jamais, connaître l’opinion de ses concitoyens, la démocratie étant d’abord le lieu de l’échange, du conflit et de la délibération. Le discours officiel ne se soucie pas d’ouvrir un grand débat démocratique qui associerait les citoyens aux décisions. Le citoyen ordinaire n’a que rarement l’occasion d’user publiquement de la liberté d’expression. 

Surtout, ce citoyen, celui que Danièle Sallenave nomme « L’Innombrable »  – caissière de supermarché, institutrice, journaliste, … – compte peu pour les hautes sphères du pouvoir, -du moins en était-il ainsi avant l’irruption des Gilets Jaunes. Il s’agit pour l’autrice de lui permettre de prendre la parole et de se défaire du sentiment d’illégitimité qui peut être le sien, véritable bâillon.

L' »Innombrable », c’est « cause toujours » : quand il parle, on ne l’écoute pas. (Danièle Sallenave)

À nous, écrit-elle, d’inventer des lieux propices à une démocratie de la délibération citoyenne : forums, agoras, sites en ligne, blogs divers. Elle cite le Discours de la servitude volontaire (1532) d’Etienne de La Boétie «Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres ». 

La démocratie est inachevée tant qu’elle n’a pas pris en compte les instances démocratiques qui vont des plus petites aux plus grandes. (Danièle Sallenave)

ECOUTER :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/daniele-sallenave-face-au-silence-democratique-quelle-parole-legitime

« Parole en haut silence en bas« 

Collection Tracts, Série Grand format, Gallimard Parution : 21-01-2021
« Jamais je n’ai eu autant besoin de connaître l’opinion de mes concitoyennes et concitoyens. Jamais je n’ai eu autant besoin de partager avec eux mes interrogations. Sur les attentats, leurs causes, leurs motivations. Sur les caricatures de Mahomet, aussi, disons-le franchement. »

L’Innombrable, c’est celui qui ne profite pas de la fameuse liberté d’expression devenue la valeur majeure de la République. C’est celui à qui elle ne s’applique pas. Qui porte un invisible bâillon. Un des noms de ce bâillon est : légitimité. C’est très compliqué, cette question de l’accès à la parole, orale, écrite. De se sentir légitime, ou interdit. Qui la donne, la légitimité ? Et comment vit-on l’illégitimité ? La vraie inégalité est là. Entre ceux qui ont un accès à la parole et ceux qui ne l’ont pas.64 pages, 150 x 210 mm, agrafé

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :