Aller au contenu principal

ECOSYSTÈME CYBER: QUELLE STRATÉGIE NATIONALE DE SÉCURISATION?

Après les cyberattaques des centres hospitaliers de Dax et Villefranche-sur-Saône

de ces derniers jours, Emmanuel Macron a bousculé les choses et annoncé un plan massif de soutien à la sécurité informatique des hôpitaux, administrations et entreprises du pays, dont Clubic vous dévoile les détails.

Très attendu en ces temps troubles teintés de cyberattaques à profusion, Emmanuel Macron a dévoilé, jeudi 18 février, un plan à hauteur de 1 milliard d’euros investis d’ici 2025 pour renforcer la cybersécurité française. Le discours du chef de l’État est intervenu dans un contexte délicat notamment pour le secteur hospitalier, de plus en plus régulièrement frappé par des attaques par ransomware, comme l’ont été les hôpitaux de Dax et de Villefranche-sur-Saône ces derniers jours.

Un plan massif en cinq axes pour renforcer la cybersécurité français

Face à une situation qui devient urgente, le gouvernement pose donc sur la table un plan qui doit renforcer la protection des citoyens, des administrations et des entreprises, qui affrontent toutes et tous au quotidien le risque cyber. Comme l’a récemment rappelé l’ANSSI, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, le nombre d’attaques informatiques par rançongiciel a été multiplié par quatre quasiment entre 2019 et 2020, passant de 54 à 192.

Ces dernières années, les hackers et groupes cybercriminels ont su se professionnaliser, se structurer et développer une véritable assise financière. « Certaines de ces attaques sont étatiques et font partie de la nouvelle conflictualité entre États ; d’autres attaques sont mafieuses (…). Les systèmes les plus stratégiques, dans tous les pays, peuvent faire l’objet de telles attaques avec énormément de désorganisation et avec, soit des motifs cybercriminels, soit des fins lucratives, soit des fins de déstabilisation », a rappelé le président de la République.

Dans le détail, le volet économique de ce plan massif de soutien au développement de l’écosystème cyber repose sur cinq axes :

  • Le développement de solutions souveraines de cybersécurité, symbolisé notamment par l’ouverture du Campus Cyber, qui ouvrira à La Défense cet automne, sous l’égide de l’ANSSI et d’Orange Cyberdéfense notamment.
  • Le renforcement des liens et synergies entre les acteurs de la filière.
  • Le soutien de l’adoption de solutions cyber par les entreprises, les collectivités, l’État et les individus, en menant des actions de sensibilisation et en promouvant des offres nationales.
  • La formation de davantage de jeunes et professionnels aux métiers de la sécurité informatique, qui aujourd’hui souffrent de déséquilibres selon les postes recherchés.
  • Et un soutien en fonds propres.

L’État mise sur un nombre d’emplois doublé dans le secteur d’ici 2025

L’État fixe plusieurs objectifs majeurs dans l’optique de ce plan de soutien, à satisfaire d’ici 2025. « Il nous faut renforcer les formations dans le domaine de la cybersécurité et doubler à l’horizon 2025 le nombre d’emplois dans ce secteur stratégique », soutien Emmanuel Macron. En ce sens, d’ici 2025, le nombre d’emplois dans la filière devrait passer de 37 000 à 75 000.© Gouvernement

Parmi les autres objectifs, l’État table sur un chiffre d’affaires multiplié par trois sur la filière de la cybersécurité, passant de 7,3 milliards d’euros à 25 milliards d’euros en 2025. Le nombre de brevets enregistrés par le réseau des SATT et France Brevets doit bondir de 20%, et trois licornes françaises devraient émerger avant les cinq prochaines années dans ce secteur, promis à un avenir aussi solide que tumultueux.

Est ce suffisant ?

Certai sexperts pensent qu’il faut être beaucoup plus ambitieu: La multiplication par trois ou par quatre les effectifs dans la cybersécurité française est necessaire.

Dans les effectifs d’Hexatrust, il manque plus de 1200 postes à pourvoir. Il y a des besoins dans les PME, dans les ETI, chez les grands intégrateurs. Il faut égalemmentl que, dans les entreprises de services et les organisations, des référents connaissant parfaitement le risque cyber et capables de le mettre en pratique, maitrisent le sujet de la protection des données et la gestion du risque d’attaques informatiques.

La formation est une des clés . Une option cybersécurité dans le secondaire aurait aussi le mérite d’aider, par exemple, l’inclusion de jeunes femmes qui pourraient s’orienter plus rapidement vers ces métiers de la technologie, c’est un enjeu de nos métiers que de pouvoir se féminiser.

Il faut aussi mettre en place des formations post-bac, bac+2, bac+3, bachelors… Les efforts sur les ingénieurs était nécessaire, mais il manque des forces dans les métiers intermédiaires, des métiers de techniciens, d’opérateurs de cybersécurité, de support des utilisateurs, de nouveaux métiers dans lesquels il y a énormément de postes à pourvoir.

Lisons l’article cidesous de Alexandre Boero.

ARTICLE

Cyber : l’État détaille sa stratégie de sécurisation des réseaux informatiques des établissements de santé

Alexandre Boero 22 février 2021 – CLUBIC

Particulièrement touché par les attaques informatiques ces derniers mois, le secteur de la santé va bénéficier d’un traitement de faveur du gouvernement, pour mieux se protéger.

Les hôpitaux et autres établissements de santé se passeraient sûrement bien de cette épée de Damoclès. « Depuis le début de l’année, un établissement de santé est victime chaque semaine d’une cyberattaque », déplore le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran. Ce rythme effréné pousse désormais le gouvernement à gonfler son investissement dans la cybersécurité du secteur, à travers le Ségur de la Santé.

350 millions d’euros dédiés à la cybersécurité du secteur hospitalier et médico-social

Cela fait désormais deux ans que le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé un grand chantier de mise à niveau de la sécurité des systèmes informatiques des établissements de santé. Mais force est de constater que cette initiative est loin d’être suffisante. La preuve en est avec les nombreuses attaques, souvent par ransomware, dont sont victimes les hôpitaux ces derniers mois. Les récentes attaques de Dax et Villefranche-sur-Saône en sont une preuve supplémentaire.

C’est justement dans cette dernière ville que se sont rendus Olivier Véran et le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique, Cédric O, ce lundi 22 février, pour détailler un peu plus les contours du plan de soutien à la cybersécurité française de 1 milliard d’euros, annoncé par Emmanuel Macron le 18 février.

Pour rappel, le Ségur de la Santé a prévu une enveloppe de 2 milliards d’euros d’investissements pour donner un coup de fouet à la numérisation des établissements de santé et médico-sociaux. 350 millions d’euros seront dédiés au renforcement de la cybersécurité de ces structures.

PUBLICATIONS ANTERIEURES DE METAHODOS

https://metahodos.fr/2021/03/13/la-cyber-securite-doit-nous-mobiliser-tous/

https://metahodos.fr/2021/03/10/une-cyberattaque-a-touche-plusieurs-entites-francaises-entre-fin-2017-et-2020/

https://metahodos.fr/2021/03/07/cybersecurite-comment-eviter-une-pandemie-numerique-hbr/

https://metahodos.fr/2021/02/14/des-hackers-tentent-dempoisonner-un-reseau-deau-en-floride-korii/

https://metahodos.fr/2021/02/07/comment-evaluer-les-nouveaux-risques-cyber/

https://metahodos.fr/2020/09/13/du-cyber-et-de-la-guerre/

https://metahodos.fr/2020/06/07/la-gestion-des-donnees-quelle-souverainete/

https://metahodos.fr/2021/02/27/linternet-et-la-democratie-numerique/

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :