Aller au contenu principal

PIRATAGE CYBER MONSTRE : 45% DE L’APPROVISIONNEMENT EN ESSENCE DE LA CÔTE EST AMÉRICAINE.

ETATS-UNIS : UNE CYBERATTAQUE PROVOQUE LA FERMETURE DU PLUS GRAND OLÉODUC D’ESSENCE

Nous avons publié à plusieurs reprises sur le risque cyber, l’autre risque majeur, avec les pandémies.

ALAIN BAUER : «LE PROCHAIN VIRUS SERA CYBER». ET L’IMPRÉPARATION TOTALE. https://metahodos.fr/2021/04/20/le-prochain-virus-sera-cyber-la-tribune-dalain-bauer/

NB: d’autres liens figurent dans cette publication

Une offensive pirate de grande envergure.

Colonial Pipeline, un des plus grands opérateurs d’oléoducs américains, a dû cesser toutes ses opérations depuis vendredi après avoir été victime d’une cyberattaque, a indiqué la compagnie qui transporte de l’essence et du diesel sur plus de 8.800 km de pipelines à travers les Etats-Unis. L’entreprise a annoncé dimanche rouvrir seulement une petite partie de ses lignes de distribution entre les terminaux.

Cette attaque informatique a impliqué un « ransomware » ou rançongiciel, un code qui exploite des failles de sécurité pour encrypter les systèmes informatiques et exiger une rançon pour les débloquer, a confirmé le groupe dans un communiqué dimanche soir.

Le président Joe Biden a été informé de la situation

« Peu de temps après avoir pris connaissance de l’attaque, Colonial a mis certains systèmes hors ligne par précaution pour contenir la menace », dit la compagnie. « Ces actions ont temporairement interrompu toutes les opérations de pipeline et affecté certains de nos systèmes informatiques, que nous sommes activement en train de restaurer », ajoute le communiqué.

Le groupe indique « rester en contact avec les forces de l’ordre et d’autres agences fédérales, y compris le ministère de l’énergie qui coordonne la réponse du gouvernement fédéral ». Le président Joe Biden a été informé de la situation, a par ailleurs indiqué dimanche Gina Raimondo, la secrétaire américaine au Commerce sur CBS.

« Nous travaillons avec les autorités locales et des Etats pour nous assurer un retour aux opérations normales dans les plus brefs délais afin qu’il n’y ait pas de perturbations dans l’approvisionnement », a ajouté la ministre.

Un plan de redémarrage du système est en train d’être élaboré

Colonial Pipeline, considéré comme l’un des plus grands opérateurs d’oléoducs américains, achemine de l’essence et du diesel sur plus de 8.800 km de pipelines à travers les Etats-Unis. Un plan de redémarrage du système est en train d’être élaboré, dit le groupe qui a pu rétablir le service sur des réseaux latéraux entre les terminaux et les points de livraison. Mais les lignes principales restent inopérantes.

« Nous ne remettrons notre système complet en ligne que lorsque nous pensons qu’il est sûr de le faire, avec le feu vert des autorités fédérales », ajoute la compagnie. Ni les autorités fédérales, ni Colonial Pipeline n’ont donné de date pour une réouverture complète du système qui alimente aéroports, terminaux et stations-service, depuis les raffineries autour du Golfe du Mexique vers la côte Est américaine.

Voici un article de La Tribune

ARTICLE

PÉTROLE : UNE CYBERATTAQUE PARALYSE COLONIAL PIPELINE QUI ACHEMINE 45% DES CARBURANTS DE LA CÔTE EST DES ÉTATS-UNIS

latribune.fr  |  10/05/2021, 20 Minutes

Colonial Pipeline qui relie raffineries, aéroports et stations-services via un immense réseau de pipelines à travers tous les États-Unis, a été contraint, à cause d’une cyberattaque le 7 mai, de bloquer toutes ses opérations de distribution. L’opérateur a redémarré une partie de ses oléoducs mais ne donne pas de date pour la réouverture complète du système. Le point sur le risque potentiel de pénurie de carburant qui a commencé à faire réagir les cours du pétrole.

Colonial Pipeline, un des plus grands opérateurs de gazoducs américains, a dû cesser toutes ses opérations vendredi 7 mai après avoir été victime d’une cyberattaque, a indiqué la compagnie qui achemine kérosène, essence et fioul sur plus de 8.800 km de pipelines à travers les États-Unis. Ce réseau d’oléoducs, qui relie des raffineries installées sur la côte du Golfe du Mexique autour de Houston (Texas) jusqu’aux stations-services et aéroports du nord-est des États-Unis dans la région de New York, transporte chaque jour environ 2,5 millions de barils de carburant – soit environ 45% de l’approvisionnement de la côte Est américaine.

Dimanche, Colonial Pipeline a indiqué qu’il était en capacité de rouvrir seulement une petite partie de ses lignes de distribution entre les terminaux.

Colonial Pipeline, carte

Blocage de tous les pipelines

« Le 7 mai, la compagnie Colonial Pipeline a appris qu’elle était victime d’une attaque de cybersécurité », indique le groupe dans un communiqué.

Le groupe indique avoir engagé une société de cybersécurité « de premier plan » pour résoudre le problème et a ouvert une enquête sur la nature et la portée de cet incident.

Cette attaque informatique a impliqué un « ransomware » ou rançongiciel, un code qui exploite des failles de sécurité pour encrypter les systèmes informatiques et exiger une rançon pour les débloquer, a confirmé le groupe dans un communiqué dimanche soir.

« Peu de temps après avoir pris connaissance de  l’attaque, Colonial a mis certains systèmes hors ligne par précaution pour contenir la menace », dit la compagnie.

« Ces actions ont temporairement interrompu toutes les opérations de pipeline et affecté certains de nos systèmes informatiques, que nous sommes activement en train de restaurer », ajoute le communiqué.

La Maison-Blanche mobilisée

La Maison blanche travaillait dimanche en étroite collaboration avec Colonial Pipeline, le principal opérateur américain d’oléoducs, pour l’aider à se remettre d’une cyberattaque qui l’a contraint à fermer un réseau de carburant essentiel alimentant les États de l’est du pays.

Cette attaque a poussé les parlementaires américains à demander un renforcement des protections des infrastructures énergétiques américaines essentielles contre les piratages informatiques.

La secrétaire américaine au Commerce, Gina Raimondo, a déclaré que la réparation de l’oléoduc était une priorité absolue pour l’administration Biden et que Washington s’efforçait d’éviter des perturbations plus graves de l’approvisionnement en carburant.

« C’est un effort de tous les instants », a-t-elle déclaré sur CBS. « Nous travaillons en étroite collaboration avec la société, l’État et les responsables locaux, pour nous assurer qu’ils reprennent leurs activités normales aussi vite que possible et qu’il n’y a pas de perturbation de l’approvisionnement. »

Pas de date pour la réouverture complète de ce service stratégique

Un plan de redémarrage du système est en train d’être élaboré, dit le groupe qui a pu rétablir le service sur des réseaux latéraux entre les terminaux et les points de livraison. Mais les lignes principales restent inopérantes.

« Nous ne remettrons notre système complet en ligne que lorsque nous pensons qu’il est sûr de le faire, avec le feu vert des autorités fédérales », ajoute la compagnie.

Ni les autorités fédérales, ni Colonial Pipeline n’ont donné de date pour une réouverture complète du système qui alimente aéroports, terminaux et stations services, depuis les raffineries autour du Golfe du Mexique vers la côte Est américaine.

Risque sur la fourniture de carburant aux États-Unis et hausse du brut

Selon Andy Lipow, un spécialiste du marché du pétrole et président du cabinet de conseil Lipow Oil Associates, « la région la plus touchée va être celle de Baltimore-Washington ainsi que les Carolines, la Georgie et l’Alabama ».

« Ce n’est donc pas un problème qui touche tout le pays mais plutôt la région mid-atlantique et une partie du sud-est », a-t-il indiqué à l’AFP. « L’impact dépendra de combien de temps cela dure. Le pipeline livre les produits raffinés tous les cinq jours », a expliqué M. Lipow.

Il ajoutait:

« Si l’oléoduc est fermé pour un ou deux jours, c’est un problème mineur. S’il reste hors service quatre ou cinq jours, on va avoir des pénuries dans les terminaux qui vont commencer à se répercuter dans les stations services. »

Sans oublier les aéroports, dont 7 sont desservis directement par ColPipe. Au-delà de quatre à cinq jours, les aéroports de Baltimore, Atlanta, Charlotte ou encore Nashville devront décider comment s’alimenter en kérosène afin que les compagnies aériennes puissent garder leurs programmes de vols, a encore souligné M. Lipow.

Après cette cyberattaque visant Colonial Pipeline, les cours du brut évoluaient en hausse ce lundi 10 mai dans la matinée. Le Brent gagne +0,64% à 68,72 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend +0,65% à 65,32 dollars.https://datawrapper.dwcdn.net/HxpeX/2/

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :