Aller au contenu principal

« Hyper-président tout le temps », règle n°2. – Avec The Conversation – PODCAST

Règle n°2, hyper-président tout le temps

Quels sont les atouts qui permettent d’entrer à l’Elysée ?

Comment se met-on dans la peau d’un candidat qui veut convaincre les Françaises et les Français ? 

C’est la question à laquelle répond the Conversation dans sa production de Podcasts..

Un premier Podcast a déjà été publié :

« MOI, PRÉSIDENT·E : RÈGLE N°1, LA  JOUER PEOPLE » – PODCAST https://metahodos.fr/2021/09/17/moi-president%c2%b7e-regle-n1-la-jouer-people/ avec :

  1. Alexis Lévrier Historien de la presse, maître de conférences, chercheur associé au GRIPIC, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) Voir notre précédente publication : https://metahodos.fr/2021/05/13/journalisme-et-pouvoir/
  2. Clea Chakraverty Cheffe de rubrique Politique + Société, The Conversation France

LE SECOND PODCAST : Moi, président·e le podcast qui vous donne les clés de l’Élysée.

LIEN : https://theconversation.com/moi-president-e-regle-n-2-hyper-president-e-tout-le-temps-167410

Au micro de Clea Chakraverty et de Fabrice Rousselot, les chercheurs de The Conversation France vous font entrer dans les coulisses de la campagne présidentielle et vous dévoilent les secrets qui permettent de décrocher la fonction suprême.

Dans ce second épisode, il est question du pouvoir dans toute sa verticalité. Si la Ve République est un régime parlementaire d’un point de vue juridique, le Président dispose d’un grande latitude dans ses prises décisions. Ainsi, bien souvent le Premier Ministre est choisi pour sa capacité à s’effacer au profit du chef de l’État. Dès lors, il est tentant pour le candidat fraîchement élu de prendre les décisions seul, loin de l’idéal démocratique. Une notion a même vu le jour pour illustrer ce phénomène : l’hyper-président.

Dans cet épisode, Delphine Dulong, professeure de sciences politiques (Paris 1 – CESSP), analyse ce phénomène de l’hyperprésidence et son impact en termes de gouvernance. Jusqu’à quel point peut-on incarner le pouvoir ?

Références : Premier ministre un rôle politique intenable, D. Dulong, édition Decitre (2021)

Crédits : Animation et conception, Fabrice Rousselot. Réalisation, Romain Pollet. Chargé de production, Rayane Meguenni. Crédits musique : « La Marseillaise », Oberkampf (1983). Photo d’illustration, Jean-Claude Coutausse. Archives, BFM, INA.

RAPPEL DE LA Tribune DES politistes Delphine Dulong et Brigitte Gaïti

Ils s’inquiétaient, dans une tribune au « Monde » de janvier 2021 du rétrécissement de l’espace de la décision politique autour de la figure présidentielle, au risque d’une perte d’efficacité sur le terrain.

EXTRAIT :

«  »La succession des séquences est désormais bien établie : une réunion du conseil de défense dont on ne sait rien, puis le premier ministre (ou le ministre de la santé), accompagné de ministres concernés, qui vient devant les caméras, s’installe à une tribune, retire son masque et égrène les mesures à prendre (heures de couvre-feu, commerces autorisés à ouvrir, dérogations pour des sorties, etc.).

«  »Le dispositif, inédit, s’est routinisé et dessine un nouvel espace décisionnel. Le conseil des ministres est éclipsé par ce conseil de défense, créé en 1906, activé durant la première guerre mondiale, constitutionnalisé en 1958 et réformé en 2002 puis en 2009, chargé, entre autres, de planifier les « réponses aux crises majeures ».

«  »Autre innovation spectaculaire surgie dans la crise : un conseil scientifique, fort d’une douzaine de membres, très largement composé de médecins hospitaliers, doit outiller la décision politique en statuant sur l’état de la pandémie, les connaissances scientifiques et les mesures propres à y mettre un terme. Le conseil scientifique semble devoir résumer l’expertise scientifique sur le sujet, mettant de côté les compétences d’autres administrations, d’agences et d’établissement sanitaires, de corps formés à l’urgence, au soin ou à la prévention.

«  »La loi d’urgence, votée et prolongée par un Parlement anesthésié qui peine à exister dans ce processus de décision, vient compléter cet assemblage.

Rêve technocratique

«  »Le Covid-19 conduit donc à la fois à une recomposition et à un dépeuplement sévère de l’arène décisionnelle. Le dispositif, conçu sur le mode de l’état-major et inspiré de l’organisation militaire, est réputé permettre le retour d’une capacité d’action efficace et rapide en dérogeant au processus ordinaire, fait de réunions interministérielles, de compromis et marchandages entre les services administratifs des ministères, les agences sanitaires, les corps ou les représentants des professions.

«  »Il faut aller vite, plus vite que le virus dont la publication des chiffres de contamination rend visible chaque jour la dangereuse progression. » »

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :